mercredi 26 janvier 2011

Actualités du Centre – François Sauvadet (Nouveau centre) refuse une confédération centriste indépendante


Petit à petit les masques se lèvent sur la volonté de certains centristes de construire une confédération centriste totalement indépendante. On connaissait le refus de François Bayrou, les réticences de Jean-Louis Borloo, les réserves d’Hervé Morin et l’indécision de Pierre Méhaignerie. Seul Jean Arthuis, le président de l’Alliance centriste milite jusqu’à présent pour une vraie réunion de tous les centristes dans une formation indépendante qui ne prendrait pas ses ordres ni à Droite, ni à Gauche et qui, comme tout parti politique digne de ce nom est prêt à négocier avec tout le monde des alliances et de présenter un candidat à l’élection présidentielle dans la clarté de son programme.
Car qui pourrait contester à l’UMP ou au Parti socialiste de négocier avec qui bon leur semble des alliances politiques. Du coup, les déclarations de François Sauvadet, le président du groupe Nouveau centre à l’Assemblée nationale, ne manquent pas de surprendre de la part d’une personnalité qui affirmait vouloir une réunion de tous les centristes. Ne voilà-t-il pas qu’il refuse un possible rapprochement entre son parti et l’Alliance centriste de Jean Arthuis, fustigeant «un accord signé sur un coin de table». Son argumentation est peu claire: «Nous sommes dans la majorité. Une confédération ne peut se faire dans la semaine sur un accord signé sur un coin de table avec Jean Arthuis. Ce n'est pas parce que le temps est compté qu'il faut fragiliser notre mouvement. Ce n'est pas d'une confédération petit bras dont a besoin le pays mais d'un rassemblement qui permette de créer les conditions d'une candidature crédible. (…) Le Nouveau centre est dans un pacte d'alliance clair. (…) Oui, on peut discuter entre les deux tours mais dans le cadre majoritaire». Si l’on comprend bien François Sauvadet il faut une confédération indépendante de l’UMP qui, quoiqu’il arrive, se désistera en faveur du candidat de l’UMP! On connaît des indépendances plus… indépendantes. Du coup, à quoi bon un candidat qui ne pourra même pas négocier son désistement contre la reprise d’une partie de son programme puisque celui-ci sera automatique. François Sauvadet aura peut-être l’occasion d’expliquer cette contradiction et sa vision d’un Centre complètement inféodé à la Droite.
Evidemment, il convient de décoder les dires du député de la Côte d’Or en rappelant que François Sauvadet est contre une candidature de son président, Hervé Morin, à l’élection présidentielle, défendant celle de Jean-Louis Borloo, le président du Parti radical, qui n’a pas la réputation d’être ami avec le président du Nouveau centre. Il faut donc, d’abord, y voir une lutte entre deux membres du Nouveau centre qui ont engagé une lutte pour le pouvoir dans leur parti. Et comme Hervé Morin, François Sauvadet a besoin d’exister médiatiquement. D’où son «coup de gueule». Dès lors, s’attaquer à Jean Arthuis qui milite pour un Centre indépendant et fier de l’être, c’est s’attaquer indirectement à Hervé Morin qui lui a proposé un rapprochement politique.
On le voit, le Nouveau centre se prépare une année difficile faite de rivalités et de coups bas d’autant qu’à l’Elysée des mauvaises langues affirment que la candidature d’Hervé Morin à la présidentielle n’obtiendra jamais le soutien des parlementaires de son parti. Gageons que si Nicolas Sarkozy est réélu pour un second mandat, on en retrouvera certains dans des ministères pour service rendu. En tout cas, ils s’y voient déjà…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire