lundi 16 février 2015

L’Humeur du Centriste. UDI et MoDem moins détestés que les autres partis, ça sert à quoi?

Bon, il y a ceux qui voient le verre à moitié plein et d’autres qui le voient à moitié vide.
C’est la vie.
Mais les chiffres eux ne mentent pas – ou presque…
Ainsi, dans les sondages, lorsque l’on demande si les gens ont une bonne ou une mauvaise opinion des partis politiques, une majorité répond pour tous les partis qu’ils en ont une mauvaise.
Pour tenter de positiver les résultats, les médias disent que les partis les plus appréciés sont ceux qui sont moins détestés que les autres…
Ah, ce verre à moitié plein ou à moitié vide!
Dans cette compétition et selon une dernière étude de l’institut BVA*, l’UDI est la formation politique la moins détestée avec 54% de mauvaises opinions (ou la plus appréciée avec 41% de bonnes opinions), devant le Mouvement démocrate avec 57% de mauvaises opinions (ou 39% de bonnes opinions), loin devant leurs poursuivants, l’UMP et le Front national, à égalité parfaite avec 67% de mauvaises opinions et 30% de bonnes opinions (sachant que le FN a plus de «très bonnes opinions» que l’UMP, 11% contre 7%, mais aussi beaucoup plus de «très mauvaises opinions», 55% contre 37%).
Les partis centristes tirent un satisfecit de ces résultats similaires à ceux d’autres enquêtes d’opinions récentes.
Bravo donc pour être moins détesté que les autres, pardon, plus appréciés que les autres, enfin plus et moins que les autres…
Mais à quoi bon cela leur sert-il et cela sert-il leur combat centriste?
Dans les sondages d’intention de vote la réponse est claire et nette: à rien.
Ni l’UDI, ni le Mouvement démocrate ne sont les deux partis en tête des intentions de vote.
Ils seraient plutôt en queue de peloton, derrière le FN, l’UMP et le PS, voire à égalité avec le Front de gauche et juste devant les écologistes.
Comprenne qui pourra et l’on pourrait en conclure que les Français sont des masochistes, eux qui votent pour des partis qu’ils n’apprécient guère et ne votent pas pour ceux qu’ils apprécient plus.
Ou, alors, il y a une autre explication: on est d’autant plus apprécié politiquement que l’on n’est transparent et gentil mais pas parce que l’on est capable de gouverner.
Cette constatation, on peut la rapprocher de la popularité forte dans les sondages de François Bayrou depuis presque une décennie et son incapacité à avoir traduit celle-ci en termes électoraux.
Ainsi, si dans le sondage BVA, 37% des personnes interrogées souhaitent qu’il ait plus d’influence sur la vie politique, il n’a pas passé la barre des 10% aux dernières présidentielles et ne les dépasse pas dans les quelques sondages sur celles de 2017 qui ont déjà été publiés.
Cela signifie, en clair, que les centristes n’ont pas la confiance des Français pour gouverner le pays et qu’ils leur restent une tâche très importante à accomplir pour devenir crédibles.
Parlons maintenant du dernier enseignement de ce sondage qui est terrible pour l’UDI depuis le départ de Jean-Louis Borloo.
Alors que le parti est le moins détesté et le plus apprécié, l’institut BVA n’a pas éprouvé le besoin d’inclure dans sa liste de personnalités qui devraient avoir plus d’influence sur la vie politique, le moindre de ses dirigeants…
Donc, le parti le plus apprécié n’a aucun leader reconnaissable ou digne d’être dans une liste qui comprend trente-deux noms parmi lesquels on trouve même ceux de Nadine Morano, François Rebsamen et Florian Philippot.
La honte!
In fine, la question ultime serait donc: les Français savent-ils vraiment qui sont l’UDI et le MoDem?
Aux responsables de ces partis de travailler d’arrache-pied pour que la réponse soit oui le plus vite possible s’ils veulent peser réellement sur la vie politique.

Centristement votre

Le Centriste

*Sondage BVA pour itélé et Orange, réalisé les 10 et 11 février 2015 auprès d’un échantillon représentatif de 1084 personnes interrogées par internet / système des quotas / marge d’erreur de 3 points



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire