mardi 29 novembre 2016

L’Humeur du Centriste. Trump affirme que son élection était truquée!

Ajouter une légende
La démocratie peut produire des clowns qui, à force, de dire n’importe quoi, se ridiculisent.
Le pire, en l’occurrence, est que celui dont on parle n’est autre que Donald Trump et qu’il a récemment été élu président de la plus grande puissance mondiale.
Certains pensaient que le populiste démagogue prendrait la dimension de la fonction et qu’il pourrait être à la hauteur de la tâche qui l’attend.
Les premières nominations de personnalités d’extrême-droite à la Maison blanche ainsi que des déclarations à l’emporte-pièce et contradictoires sur ce qu’il ferait une fois en fonction, en janvier 2017, ont fait déchanter ceux qui se bercent d’illusions constamment et sont souvent encore plus dangereux dans leur niaiserie et leur crédulité que ceux qui les manipulent avec tant de facilité.
Mais on n’a peut-être encore rien vu.
Car, voilà que le bouffon a envoyé plusieurs tweets pour affirmer que son élection était… truquée!
Alors qu’Hillary Clinton a reçu plus de deux millions deux cent mille votes que lui, faisant d’elle l’incontestable vainqueur du vote populaire, il prétend, sans évidemment aucune preuve à l’appui, que des «millions de personnes ont voté illégalement».
Faut-il en déduire qu’il veut une nouvelle élection?!
D’autant qu’en 2012, il avait affirmé dans un autre tweet que «le collège électoral est un désastre pour la démocratie» alors même qu’il n’a remporté la présidentielle que grâce à un nombre supérieur de grands électeurs…
Ajoutons, pour être complet sur les délires et les imbécilités du personnage, qu’en 2004, il avait essayé de prouver que l’on pouvait voter plusieurs fois et que donc le système électoral était corrompu sauf qu’il s’était fait refoulé de tous les bureaux de vote où il avait tenté, en vain, de glisser un bulletin dans l’urne frauduleusement.
En réalité, Donald Trump essayait dans son délire des millions de votes illégaux de contre-attaquer devant le recomptage des bulletins de vote dans plusieurs Etats initié pour l’instant par la candidate écologiste Jill Stein dans le Wisconsin et la Pennsylvanie, après que des experts aient affirmé que des machines électroniques avaient pu être piratées ou mal fonctionner car les résultats étaient plus ou moins anormaux.
Au lieu de demeurer silencieux devant une procédure qui n’a malheureusement que peu de chance d’aboutir ou de déclarer qu’il faisait confiance dans la démocratie américaine dont le système qu’il dénonçait lui a permis de gagner, Trump a rué dans les brancards, démontrant une nouvelle fois son inaptitude à la fonction de président des Etats-Unis.
Une fois que l’on a ri à ce spectacle burlesque et ubuesque où, pour la première fois, le gagnant d’une élection prétend que celle-ci n’était pas honnête, il nous faut, centristes et donc défenseurs de la démocratie républicaine humaniste et responsable, commencer à pleurer mais surtout à ne jamais accepter qu’un Donald Trump puisse se retrouver à la Maison blanche et faire en sorte que, dès que ce sera possible, il soit mis là où il devrait être, les poubelles de l’histoire.

Centristement votre

Le Centriste


Aucun commentaire: