vendredi 9 décembre 2016

Actualités du Centre. Lagarde tacle Arthuis, critique Bayrou mais se tait sur Morin!

Que ce soit sur iTélé ou sur le site web du quotidien l’Opinion, Jean-Christophe Lagarde est demeuré silencieux sur la grave crise qui secoue l’UDI en ce moment.
Il a même réussi à détourner la réponse lorsque la question lui a été posée en préférant tacler Jean Arthuis (député européen UDI et ancien président de l’Alliance centriste, composante de la confédération centriste) qui s’est rallié à Emmanuel Macron – une «difficulté pour ceux qui sont déçus de l’avoir fait élire» –  et à passer pour pertes et profits le soutien de 200 jeunes de son parti au fondateur d’En marche, oubliant au passage que c’est lui qui avait ouvert la voie à un éventuel rapprochant avec de dernier avant de rejoindre le camp Juppé et de le pilonner.
La foi du converti, sans doute…
De même, il a estimé que François Bayrou n’avait plus d’espace politique pour une éventuelle candidature estimant que le président du MoDem était plus «conservateur» que François Fillon et qu’il n’avait aucune chance face à Emmanuel Macron qui est «plus en avance et plus attractif» que lui.
En outre, il s’est déclaré comme un soutien fidèle et indéfectible de François Fillon, non pas qu’il soit d’accord avec tout son programme a-t-il malgré tout avoué, mais parce qu’il estime, nouveauté dans son discours, que l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy est le seul en capacité de l’emporter au second tour contre Marine Le Pen.
Une étrange déclaration puisqu’aucun sondage récent n’évoque la victoire de la candidate du Front national contre Manuels Valls ou Emmanuel Macron au second tour et que ceux qui avaient testé ces hypothèses avaient donné gagnant les deux hommes.
Toujours est-il que le nom d’Hervé Morin n’a pas été prononcé par son plus fidèle ennemi, ni même le risque de scission qui pèse sur l’UDI.


Aucun commentaire: