mercredi 19 juillet 2017

Vues du Centre. Mais qui vous avait élu monsieur de Villiers?!

Par Aris de Hesselin
Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Aris de Hesselin est un avocat international, centriste et un européen, défenseur d’une mondialisation humaniste. Ses propos sont les siens et non ceux du CREC.

Emmanuel Macron, chef des armées
Le Chef d’état-major des armées a démissionné et, disons-le tout net, c’est un bien pour la démocratie.
Car si Emmanuel Macron a été élu par le peuple, qui a donc élu le général Pierre de Villiers?
Personne.
Et qu’est-ce qui fait la différence entre une démocratie et une dictature?
Que le pouvoir militaire est sous l’autorité du pouvoir civil et qu’il obéisse aux élus de la nation dont le premier d’entre eux est, en France, le Président de la république qui est, selon la Constitution, le Chef des armées.
Bien entendu les militaires sont légitimes à discuter de l’armée, de son organisation et des moyens qui lui sont alloués.
En revanche, ils ne sont pas autorisés, en tant que militaires et c’est dans ce cadre qu’est intervenu monsieur de Villiers, à critiquer le pouvoir civil, voire à prononcer des paroles insultantes à son encontre.
Ici, monsieur de Villiers a outrepassé sa fonction et son devoir de réserve.
Les adversaires d’Emmanuel Macron s’en donne à cœur joie depuis quelques jours en prenant sa défense.
Rafraîchissons-leur leur mémoire déficiente.
Si Hitler est demeuré au pouvoir, c’est grâce à l’armée.
Idem pour Mussolini et Staline, Pinochet et Franco, Salazar et Ceausescu.
Si aujourd’hui Xi Jinping, Vladimir Poutine, Kim Jong Un, Robert Mugabe ou Nicolas Maduro sont au pouvoir, c’est parce qu’ils ont le soutien de l’armée.
Et cela a toujours été le cas de tous les régimes autoritaires et dictatoriaux.
Quand le général Mac Arthur a mené une fronde contre le pouvoir civil aux Etats-Unis, le président Truman l’a viré et c’était normal.
Alors, oui, tant que centriste et défenseur intransigeant de la démocratie républicaine, je le redis, c’est un bien que monsieur de Villiers ait démissionné, c’est bien que le pouvoir civil est le dernier mot, c’est bien que la démocratie sorte vainqueur de ce bras-de-fer indigne d’un général de la République.
Car, comme l’a justement dit Emmanuel, «Si quelque chose oppose le Chef d'état-major des armées au Président de la République, le Chef d'état-major des armées change.»
Et que ceux qui disent le contraire et se disent démocrates aillent un peu plus loin que leur détestation de monsieur Macron dans cette affaire.
Ah, encore un mot.
Ce monsieur Pierre de Villiers est le frère cadet d’un autre de Villiers, Philippe, homme politique connu pour ses accointances avec l’extrême-droite.
C’est sans doute pourquoi il est bien aimé des catholiques intégristes et des ultraconservateurs.

Aris de Hesselin


1 commentaire:

Centriloque a dit…

Bonjour, je suis entièrement d'accord avec vous sur le primat (nécessaire) du pouvoir civil sur le pouvoir militaire, ainsi que sur le devoir de réserve (tout aussi nécessaire) de l'Etat-major. Le président de la République est le chef des armées et il est élu au suffrage universel, ce qui n'est pas le cas du chef d'Etat-major. Cela étant dit, il faut tout de même rappeler qu'Emmanuel Macron s'était engagé, pendant la campagne, à augmenter le budget de la défense (objectif: passer graduellement de 32 à 50 milliards d'euros en 2025); or, la coupe de 850 millions d'euros dans le budget de la défense va à l'encontre de cet engagement. Par ailleurs, les propos très durs d'Emmanuel Macron à l'égard de Pierre de Villiers étaient, je trouve, maladroits et indignes de la fonction présidentielle. Je ne pense pas qu'il faille se réjouir de la démission du Général de Villiers, qui était unanimement reconnu comme un homme extrêmement droit et compétent, et qui avait engagé une modernisation des forces armées françaises. Il n'est jamais bon pour l'armée de perdre un homme de cette qualité. Et pour finir, le fait que Pierre de Villiers soit le frère de Philippe de Villiers n'a rien à faire dans ce débat: le Général de Villiers n'a pas à être jugé à l'aune des idées politiques de son frère! (l'écrivain gauchiste Frédéric Beigbeder a un frère, Charles, qui est hommes d'affaires, membre du Medef et de LR!).