mardi 16 janvier 2018

Actualités du Centre. Axe central: une offre unique aux européennes?

Valls, Macron, Bayrou, Lagarde, Juppé, cinq des leaders de l'axe central
Depuis qu’Emmanuel Macron a soufflé l’idée à Alain Juppé qui l’a proposée tout en ne la proposant pas, la possibilité d’une liste unique aux prochaines européennes des formations et des personnalités représentatives de l’axe central (regroupant les libéraux progressistes de droite, les libéraux sociaux du Centre et les sociaux-libéraux de gauche, tous en faveur d’une plus grande intégration européenne) fait son chemin.
Personne ne sait encore si une offre commune pourra voir le jour, ni même si celle-ci serait plus efficace que plusieurs listes face aux eurosceptiques de LR voire du PS et aux anti-européens de FI et du FN.
On sait que François Bayrou (MoDem) est favorable à cette liste unique tout comme l’est Christophe Castaner (LREM) ou Franck Riester (Agir).
En revanche, Hervé Morin (Les centristes) ne s’est pas prononcé tandis que Laurent Hénart et Sylvia Pinel (Mouvement radical social-libéral) veulent leur propre liste tout comme Jean-Christophe Lagarde (UDI).
Mais les choses ne sont pas si simples car dans les partis favorables à une offre commune, il y a des adversaires à cette option et pour ceux qui y sont opposés, il y a des défenseurs de ce regroupement des pro-européens.
Toujours est-il, comme l’a déclaré au quotidien Le Parisien, Hervé Marseille, membre de l’UDI er président du groupe Union centriste au Sénat, «Les européennes seront le vrai test de la reconfiguration politique initiée à la présidentielle».
Et de préciser: «Nous sommes en accord avec le discours européen tenu par le chef de l’Etat à la Sorbonne. Nous sommes favorables au principe d’une circonscription unique préconisé par l’Elysée. Mais c’est trop tôt pour décider d’une liste commune».
D’autant que le proche de Lagarde n’exclut pas une alliance avec LR sauf si Laurent Wauquiez, son président, continue à critiquer l’Union européenne.
Néanmoins, il ne semble pas favorable à une liste UDI qui gravite actuellement autour des 3% d’intentions de vote…
La récente déclaration de François Bayrou expliquant qu’il ne sera pas tête de liste lors des européennes, ni même candidat, paradoxalement ouvre cependant la voie à une possible liste de tout l’axe central.
En effet, pour beaucoup de centristes, il aurait été hors de question de se ranger derrière le leadership du président du MoDem.
Surtout, le «recul» qu’Alain Juppé vient de prendre avec LR renforce l’idée d’une possible alliance entre ses troupes (dont fait partie, rappelons-le, le premier ministre, Edouard Philippe) et celle de la majorité présidentielle ce qui aurait, mécaniquement, un effet d’entrainement pour celles de l’UDI, de Les centristes et du Mouvement radical, formations qui soutenaient le maire de Bordeaux, voire Bruno Le Maire (actuel ministre de l’Economie), lors de la primaire de LR.
Bien évidemment, l’état de l’opinion publique jouera également en faveur ou non de cette liste unique ainsi que la conjoncture économique et sociale.
Si la première n’est pas favorable au président de la république et si la seconde est mauvaise, parions que beaucoup de formations de l’axe central préfèreront alors y aller sous leurs propres couleurs que derrière celle de la majorité présidentielle.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire