vendredi 19 septembre 2008

Actualités – France


Le premier « Carrefour des centres » contesté à l’intérieur même du Nouveau Centre


Le premier «Carrefour des centres» organisé à l'initiative du président du Nouveau Centre, Hervé Morin, et du sénateur UMP Jean-Pierre Raffarin a eu lieu hier à Epaignes dans l’Eure en présence de 400 personnes environ. Le premier thème retenu pour cette «manifestation de réaffirmation du centrisme politique sur l'échiquier politique français» : L'Europe chevillée au cœur. Mais ses principales têtes d'affiche, l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing, fondateur de l'UDF, et Jean-Pierre Raffarin, ex-Premier ministre, s'étaient décommandés, le premier étant en Allemagne, et le second plongé dans la campagne pour la présidence du Sénat.

Par ailleurs, la tenue de cette rencontre a déclenché une levée de boucliers de l'aile sociale du parti. En cause : l'invitation lancée aux libéraux de l'UMP. Outre Jean-Pierre Raffarin qui parraine le séminaire, le sénateur UMP Gérard Longuet, coleader avec Hervé Novelli des Réformateurs, est sur la liste. «Nous sommes des sociaux, nous n'avons rien à faire avec ces libéraux qui, pour certains, se sont séparés de l'UDF en 1998 car ils étaient tentés par une alliance avec le FN…», s'agaçait le numéro deux du parti, Jean-Christophe Lagarde qui ajoutait : "Je pense qu'inviter Jean-Pierre Raffarin à un Carrefour des centres était une erreur de casting. C'est un libéral qui a montré quand il était Premier ministre qu'il n'avait pas la sensibilité politique d'un centriste. Autant nous pouvons avoir des convergences de vues sur l'Europe, autant nous avons des différences nettes en matière de politique économiques et sociales." En revanche, l'élu de Seine Saint-Denis trouve tout à fait justifié de pouvoir dialoguer avec des personnalités comme les anciens socialistes Jean-Marie Bockel et Eric Besson ou les UDF Michel Mercier et Jean Arthuis, voire avec des Radicaux. "Nous pensons à peu près la même chose sur de nombreux sujets, même si nous avons des parcours politiques différents", reconnaît Jean-Christophe Lagarde. «Nous avons des points de convergence et des échéances communes, pourquoi ne pas discuter ensemble de ce qui avait fait la force de la famille UDF ?», a rétorqué insiste Hervé Morin

Aucun commentaire: