lundi 30 mars 2009

Actualités – France


Le Mouvement démocrate discute de son programme européen et François Bayrou de sa candidature à l’Elysée


Le Mouvement démocrate a lancé, lors d'une convention européenne consacrée à la crise, la réflexion sur son projet pour le scrutin du 7 juin alors que son président, François Bayrou a de plus en plus de mal à cacher son impatience pour la présidentielle de 2012. L'ex-futur-candidat à la présidentielle a débuté un discours de plus d'une heure avec un rappel de sa campagne de 2007 contre le "modèle américain" défendu par son rival UMP, Nicolas Sarkozy. Avec la crise, "le modèle qu'on voulait nous imposer (...) s'est effondré sous nos yeux. (…) Le projet que nous présentons est un projet de confrontation avec ceux qui gouvernent aujourd'hui". (…) C'est cet autre monde, cette autre politique, cet autre choix que nous allons défendre pendant l'élection présidentielle", a-t-il déclaré dans un lapsus. Le député des Pyrénées-Atlantiques s'est érigé en défenseur d'un "modèle républicain démocratique, laïque et social" qu'il a opposé à une "idéologie" d'"inégalités croissantes" incarnée, selon lui, par Nicolas Sarkozy, appelant ses partisans à défendre "de façon radicale" un projet "humaniste". Alors que le Mouvement démocrate doit tenir sept autres conventions thématiques, M. Bayrou a soumis aux discussions des adhérents un texte de "12 propositions pour l'avenir de l'Europe", qui sera adopté, une fois amendé, en mai. Ce texte propose notamment une "avant-garde européenne" composée des 16 pays de la zone euro, un grand emprunt européen de 3% du PIB pour aider les PME, ou encore que "toute préparation de décision de l'Union soit annoncée aux citoyens, sauf urgence, trois mois avant". Cette ébauche de projet propose également "un doublement progressif du budget européen pour la recherche" et un budget européen fixé en volume par le parlement européen et "alimenté par un impôt unique sur l'ensemble des pays de l'Union, par exemple un prélèvement sur les transactions bancaires et boursières".

Aucun commentaire: