mercredi 5 novembre 2014

L’Humeur du centriste. Ah! au fait, Juppé n’est ni centriste, ni bobo…

Ouf! Alain Juppé vient de nous rassurer: «Je ne suis pas centriste» a-t-il déclaré à la télévision et il «ne pense pas» que son discours soit «bobo centriste»…
En voilà une info!
Mais qui avait jamais cru que l’ancien «meilleur d’entre nous» chiraquien avait quitté le radicalisme teinté de gaullisme – ou alors le contraire – de son mentor pour épouser les thèses centristes?…
Pourtant, il semble bien qu’il fallait cette mise au point.
Car comme le dit au Figaro un de ses proches, Hervé Gaymard – aussi célèbre que Juppé pour avoir eu des problèmes d’appartement parisien… –, «l’axe Bayrou-Juppé vient de Bayrou en réalité».
Et pan sur le bec du président du Mouvement démocrate qui voulait se refaire une virginité droitiste grâce à son ami d’Aquitaine dont Gaymard précise, autre petite vacherie, qu’il «a été son ministre», question de remettre un peu de hiérarchie dans ces «relations amicales».
Mais quelle preuve Juppé avance-t-il pour prétendre qu’il n’est pas centriste? Parce que son projet «n’est pas un filet d’eau tiède» c’est-à-dire qu’il n’est pas «bobo-centriste».
Et pan deux fois sur le bec de tous les centristes qui sont déjà dans la file d'attente afin de monnayer leur soutien contre un strapontin gouvernemental si ce grand ami du Centre (sic) est élu en 2017.
Au-delà de sa vision bien pauvre et simpliste du Centre et du Centrisme, pourquoi donc Juppé veut-il mettre les points sur les i?
Sans doute pour montrer qu’avec l’âge il n’est pas devenu un mou de la droite mais qu’il reste «droit dans ses bottes» et qu’élu il fera passer la retraite à 65 ans, qu’il assouplira le code du travail, qu’il incitera «les demandeurs d’emplois à rechercher plus activement du travail par une dégressivité des indemnités» et qu’il sera «impitoyable sur l’immigration».
Tout cela sur fond de popularité record qui en font l’actuel favori de la prochaine présidentielle avec nombre d’électeurs centristes mais aussi d’électeurs socialistes qui sont séduits par sa posture de «sage» que certains médias nous vendent à longueur de journée.
Heureusement qu’il vient de nous faire une bonne piqûre de rappel qui, en substance, dit aux centristes, «votez pour moi mais ne vous attendez pas à ce que je sois des vôtres».
Espérons que cela donnera des idées et des ailes à tous ceux qui rêvent de se présenter comme (vrai) candidat du Centre en 2017.

Centristement vôtre.

Le Centriste



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire