samedi 24 septembre 2016

Présidentielle 2017. Bayrou évoque une nouvelle majorité en incluant… Macron!

L’omniprésence d’Emmanuel Macron dans le débat politique actuel et sa possible candidature à la présidentielle – avec une déclaration en ce sens avant la fin novembre selon le quotidien Le Parisien –, a obligé François Bayrou, contre son grès et qui a tenté de l’ignorer le plus longtemps possible, à se positionner vis-à-vis du leader d’En marche.
Jusqu’à présent, il s’agissait pour lui d’une critique acerbe, voire d’insultes, et d’un refus de l’accepter dans l’espace centriste.
Or, lors de son discours de bienvenue aux militants du MoDem à l’«université de rentrée» du parti à Guidel (Morbihan), Bayrou semble avoir mis de l’eau dans son vin en l’incluant dans la majorité centrale qu’il a évoquée et dont il espère l’éclosion à l’occasion de l’élection présidentielle.
En affirmant que «tout le monde se met à parler de recomposition», il prend en exemple Alain Juppé qui «’est exprimé plusieurs fois sur ce sujet en disant qu’il allait falloir que des courants qui jusqu’à maintenant étaient étrangers, se rassemblent» ainsi que Manuel Valls qui «a évoqué cette idée».
Mais, plus surprenant, il indique qu’«Emmanuel Macron évoque cette idée» en l’incluant de facto dans cette majorité centrale qui appelle de ses vœux.
En revanche, pas un mot sur Jean-Christophe Lagarde, le président de l’UDI, ni de Laurent Hénart, le président du Parti radical ou d’Hervé Morin, le président du Nouveau centre, qui militent également pour cette perspective.
C’est-à-dire tous les leaders du Centre – et parmi eux ses anciens lieutenants – dont il se veut pourtant le rassembleur légitime…
Derrière cette recomposition «un mot que nous avons porté souvent seuls devant l’opinion, (…) un choix que nous avons depuis longtemps présenté aux Français comme inéluctable», le président du MoDem estime que «c’est la création d’un paysage politique nouveau et d’une pratique politique nouvelle en France. Cela n’est pas la reprise des anciennes formes politiques même changées même cosmétiquement modifiées par un maquillage habile».
Il s’agit même de «la proposition d’un changement profond (…). Donc c’est une rupture franche avec ce qui s’est fait. C’est la volonté de voir notre vie démocratique et civique suivre un chemin nouveau. Cela veut dire aussi qu’on reconnaît l’échec de ce qui s’est passé avant».
Une recomposition qui, même si elle demeure floue pour l’instant dans son programme, doit permettre pour Bayrou au Centre, et donc à lui qui s’en estime le leader «naturel» de gouverner la France:
«Et le deuxième élément pour lequel je plaide dans cette recomposition au centre de la vie politique française, c’est l’unité et l’indépendance. On a besoin des deux. Si le Centre ne s’était pas divisé, s’il n’avait pas cédé aux sirènes du soi-disant parti unique de la Droite et du Centre avec des traits d’union entre chacun de ces mots, s’il était resté ce qu’il devait être, confiant dans ses forces, fier de ses idées, il aurait gouverné la France. Et je suis persuadé que sur l’agenda qui est celui des responsables politiques, il faut que l’unité soit au premier rang. Plus vite nous retrouverons cette unité en passant sur tout: sur les vanités, sur les agacements qui sont hélas la trame de la vie politique classique, plus vite la vie politique de ce pays retrouvera son équilibre».
Quant au soutien à Alain Juppé, François Bayrou a voulu rappeler tout ce que le maire de Bordeaux devra au Mouvement démocrate s’il gagne la primaire puis la présidentielle grâce à son sacrifice et à celui des militants de son parti:
«Je veux rappeler qu’il y a une enquête qui dit que l’électorat qui est le plus actif et volontaire dans le soutien à Alain Juppé, à 75%, c’est l’électorat du MoDem».
Et d’ajouter: «Parfois, on nous a demandé: ‘Pourquoi avez-vous fait ce choix?’. Parce que nous pensons que le temps est au rassemblement à condition que les valeurs portées devant les Français justifient le rassemblement. Et c’est ce qu’Alain Juppé est en train de faire».
Avant de lui faire un gros compliment: «L’attitude qu’Alain Juppé a choisi honore la vie politique et justifie le soutien que nous lui apportons».
Pas sûr que ces propos soient bien reçus dans le camp Juppé où l’on veut absolument se démarquer d’un soutien trop ostentatoire de Bayrou pour ne pas apparaître trop «centriste» aux yeux de l’électorat de LR qui ne goûte guère un Bayrou qui a voté pour Hollande en 2012.

Alexandre Vatimbella



A lire aussi:



Aucun commentaire: