mardi 22 novembre 2016

Présidentielle USA 2016. Trump s’en prend directement à la démocratie

Dans les rues de New York
Les attaques de Trump contre la démocratie continuent et prennent un tour des plus inquiétants maintenant qu’il a été élu président et qu’il prendra ses fonctions en janvier prochain.
Après avoir nommé des extrémistes de droite à la Maison blanche et à son gouvernement, le voilà qui vient de décider tout seul de ne pas poursuivre Hillary Clinton comme il l’avait pourtant affirmé lors de sa campagne, promettant de la mettre en prison.
Le problème est que la décision de traduire ou non la candidate centriste devant un tribunal revient exclusivement à la justice et que son propos empiète directement sur le troisième pilier de la démocratie, le pouvoir judiciaire, prémisse peut-être à d’autres interventions de ce genre.
Rappelons qu’actuellement rien ne permet de poursuivre Clinton devant un tribunal pour quoi que ce soit qu’elle est fait.
Après s’être mêlé des prérogatives du troisième pouvoir, il s’est attaqué au quatrième, la presse.
Il a ainsi convoqué les médias audiovisuels à son domicile de New York – et ceux-ci qui n’ont toujours rien compris s’y sont rendus comme des moutons à l’abattoir – pour les insulter et les menacer.
Certains estimeront qu’ils l’ont bien cherché en couvrant de manière indigne une campagne tout en relayant tous les mensonges, les insultes et les menaces proférées par le démagogue populiste tout au long de celle-ci, lui permettant in fine de se faire élire tout en ayant réveiller, au passage, tous les plus bas instincts des êtres humains.
Ils n’auront pas tort mais il ne s’agit pas ici de dénoncer les pratiques de ces médias qui sont une honte pour la profession de journaliste mais de constater que Trump s’en prend, en tant que président-élu et non plus candidat, à la liberté de la presse, un des piliers essentiels de la démocratie, comme l’indépendance de la justice.
«Cette rencontre a été un désastre total, a dit un des participants au quotidien New York Post. Les dirigeants des chaînes et les présentateurs des journaux télévisés pensaient qu’ils allaient discuter de la manière de couvrir l’administration Trump mais, à la place ils se sont fait passer un savon à la façon Trump».
Ainsi, lors de cette rencontre, le promoteur newyorkais a insulté tous les représentants des chaines de télévision.
«Nous sommes dans une pièce remplie de menteurs, de médias fourbes et malhonnêtes qui ont eu tout faux» a-t-il affirmé.
Il a poursuivi en traitant les journalistes de «pire forme d’humanité» avant de s’en prendre directement à CNN, interpellant son patron, Jeff Zucker: «je hais votre chaîne, tout le monde à CNN est un menteur et vous devriez avoir honte».
Tous ceux qui ont pensé que Donald Trump mettrait de l’eau dans son vin – et il y en a encore pour le prétendre! – en seront pour leurs frais.
Il suffit de voir avec quel enthousiasme les leaders des organisations les plus exécrables du pays, du Ku Klux Klan au parti néonazi en passant par tous les groupuscules prônant la suprématie de la race blanche, accueillent la plupart de ces décisions pour être conscients du danger qu’il représente pour la démocratie républicaine.
Et, pendant ce temps, le dernier décompte des voix obtenues par chacun des candidats à la présidentielle donne une avance d’un million sept cent vingt-sept mille quatre cent voix pour Hillary Clinton (ce qui fait, en pourcentage, 1,4 point d’avance en sa faveur).

Alexandre Vatimbella



Aucun commentaire: