jeudi 26 mars 2020

Vues du Centre. La pathétique récupération de la peur des Français par la meute des politiciens


Par Jean-François Borrou

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jean-François Borrou est le pseudonyme d’un journaliste proche des idées centristes.

On s’en doutait et on en a eu la triste confirmation: les politiciens de tous bords sont bien là pour récupérer à leur profit la peur des Français en ces temps d’épidémie de coronavirus.
Les propos pathétiques d’Eric Ciotti, Gérard Larcher, Olivier Faure, Yannick Jadot et, bien entendu, de Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan – liste malheureusement non-exhaustive – est une longue litanie d’imbécillités, d’irresponsabilités, d’idéologisme et d’appropriation d’une impudeur totale des angoisses de nos concitoyens.
Sans oublier leurs alter-égo des médias qui multiplient les sondages afin de démontrer que les Français ne font pas confiance à ce gouvernement pour gérer la crise et d’en tirer les conclusions qu’ils veulent, c’est-à-dire celles qui feront le plus polémique…
Soyons clairs: les pouvoirs publics et ce gouvernement ainsi que les précédents portent des responsabilités dans certaines déficiences de l’organisation des soins de santé et dans la gestion de la crise actuelle.
La destruction et le non-renouvellement des masques depuis la présidence de Nicolas Sarkozy est la preuve que la Droite, la Gauche et le Centre ont failli dans ce domaine.
Les restrictions budgétaires de l’hôpital – une obligation économique du fait des problèmes financiers du pays – a été mal gérée depuis les années de présidence de Jacques Chirac.
La faute de l’organisation des élections municipales décidée par Emmanuel Macron et Edouard Philippe est bien réelle.
Partout dans le monde, dans les démocraties, les régimes autoritaires et les dictatures (oui, monsieur Xi Jinping, c’est bien vos erreurs qui ont permis à cette épidémie de se propager dans le monde), les dirigeants ont commis des manquements, des bévues et des âneries voire des erreurs parfois graves.
Oui, il y a des responsabilités collectives des élus et des dirigeants politiques en France et dans le monde.
Mais aussi de toute la société car les comportements de beaucoup de Français (et de populations à travers le globe) devraient les amener à un peu plus de retenue dans leurs critiques.
Quant au milieu médical, certains en profitent pour régler leurs comptes ou faire avancer des revendications corporatistes qui n’ont rien à voir avec les soins et, surtout, cette épidémie.
Quoi qu’il en soit, l’heure n’est certainement pas à la polémique qui conforte tous ceux qui estiment qu’ils n’ont pas à être solidaires des autres – et il y en a malheureusement beaucoup – de se comporter tels des voyous qui mettent en jeu la vie des autres.
D’autant qu’il n’y a aucun doute que quel que soit le gouvernement en place et sa couleur politique, personne n’aurait agi différemment sauf à la marge ce qui n’aurait pas changer grand-chose.
Et les erreurs ou hésitations commises par ce gouvernement l’auraient été à 99% par tout autre.
Alors nous avons besoin d’une vraie cohésion, d’une vraie solidarité, d’une union de tous ceux qui veulent d’abord agir positivement et non se réfugier dans la négativité et la critique systématique.
Bien sûr qu’il faudra tirer les enseignements de cette crise sanitaire pour que l’on puisse gérer la prochaine qui pourrait être, en 2021, celle du… covid19!
Car, comme l’a expliqué l’immunologiste américain spécialiste des maladies infectieuses, Anthony Fauci, on constate que les pays de l’hémisphère sud, actuellement en automne, commence à voir l’épidémie arriver chez eux ce qui laisse penser qu’elle est bien circulaire et qu’il y a une probabilité importante qu’elle revienne chez nous l’année prochaine.
Il nous faut donc nous mobiliser pour améliorer notre système de soins, trouver des traitements et des remèdes efficaces dont, bien sûr, un vaccin.
Mais aussi pour agir et parler avec responsabilité.
Dur, dur, pour nos funestes politiciens cités plus haut…

Jean-François Borrou

Aucun commentaire:

Publier un commentaire