jeudi 8 octobre 2020

Présidentielle USA 2020. Grand discours du centriste Joe Biden à Gettysburg pour une Amérique réconciliée

Joe Biden

Dans une Amérique divisée voire diamétralement opposée, Joe Biden, en bon centriste qu’il est, a fait de la réconciliation du pays une priorité face à un Donald Trump qui s’évertue à répandre la confrontation entre ses concitoyens plutôt que l’union.

Lors de la commémoration de la bataille la plus célèbre de la Guerre de sécession qui s’est déroulée en 1863 à Gettysburg (Pennsylvanie), bataille qui a été un tournant dans cette guerre civile et remportée par l’Union, il a prononcé un discours remarqué et remarquable à ce propos dont voici la transcription:

 

Allocution de Joe Biden à Gettysburg (Pennsylvanie)

Le 4 juillet 1863, l'Amérique s'est réveillée devant les décombres de la bataille peut-être la plus importante jamais livrée sur le sol américain. Cela a eu lieu ici sur cette terre à Gettysburg.
Trois jours de violence, trois jours de carnage. 50 000 blessés, capturés, disparus ou morts. Plus de trois jours de combats.
Quand le soleil se leva ce jour-là, Lee se retira.
La guerre durera encore près de deux ans, mais l’épine dorsale de la Confédération avait été brisé.
L'Union serait sauvée, l'esclavage serait aboli. Le gouvernement du peuple, par et pour le peuple ne périrait pas de la terre, et la liberté renaîtrait sur notre terre.
Il n'y a pas d'endroit plus approprié qu'ici aujourd'hui à Gettysburg pour parler du coût de la division - de ce que cela a coûté à l'Amérique dans le passé, de ce que cela nous coûte maintenant et de la raison pour laquelle je crois en ce moment que nous devons venir ensemble en tant que nation.
Pour le président Lincoln, la guerre civile concernait la plus grande des causes: la fin de l'esclavage, l'élargissement de l'égalité, la recherche de la justice, la création d'opportunités et le caractère sacré de la liberté.
Ses paroles vivront pour toujours.
Nous les entendons dans nos têtes, nous les connaissons dans nos cœurs, nous nous inspirons d'elles lorsque nous cherchons l'espérance aux heures d'obscurité.
«Il y a quatre-vingts ans et sept ans, nos pères ont engendré sur ce continent une nouvelle nation conçue dans la liberté et vouée à la proposition que tous les hommes sont créés égaux.
Ici, sur cette terre sacrée, Abraham Lincoln a réinventé l'Amérique elle-même. Ici, un président des États-Unis a parlé du prix de la division et de la signification du sacrifice.
Il croyait au sauvetage, à la rédemption et à la ré-consécration de l'Union, tout cela à une époque non seulement de division féroce, mais aussi de mort généralisée, d'inégalités structurelles et de peur de l'avenir.

Et il nous a appris ceci: une maison divisée ne pouvait pas tenir. C'est une vérité formidable et intemporelle.
Aujourd'hui, encore une fois, nous sommes une maison divisée. Mais cela, mes amis, ne peut plus être.
Nous sommes confrontés à trop de crises. Nous avons trop de travail à faire. Nous avons un avenir trop brillant pour le laisser naufragé sur des bancs de la colère, de la haine et de la division.
Tandis que nous nous tenons ici aujourd'hui, un siècle et demi après Gettysburg, nous devrions réexaminer ce qui peut arriver lorsque l'égalité de justice est refusée, et lorsque la colère, la violence et la division ne sont pas contrôlées.
Alors que je regarde à travers l'Amérique d’aujourd'hui, je suis inquiet. Le pays est dans un moment dangereux. Notre confiance mutuelle diminue. L'espoir est insaisissable.
Trop d'Américains ne voient pas notre vie publique comme une arène de médiation de nos différences. Ils y voient plutôt l’occasion d’une guerre partisane totale et implacable.
Au lieu de traiter l'autre parti comme l'opposition, nous le traitons comme l'ennemi.
Cela doit prendre fin.
Nous devons raviver un esprit de bipartisme dans ce pays, un esprit de pouvoir travailler les uns avec les autres.
Quand je dis cela, je suis accusé d’être naïf.
On m’a dit que c’était peut-être ainsi que les choses fonctionnaient auparavant, mais ce n’est plus le cas.
Eh bien, je suis ici pour dire qu’elles le peuvent. Et elles le doivent si nous voulons faire quelque chose.
Je me présente comme un fier démocrate, mais je gouvernerai en tant que président américain.
Je travaillerai avec les démocrates et les républicains et je travaillerai aussi dur pour ceux qui ne me soutiennent pas que pour ceux qui le font.
C’est le travail d’un président.
C’est un devoir de diligence pour chacun.
Le refus des démocrates et des républicains de coopérer n'est pas dû à une force mystérieuse hors de notre contrôle. C’est une décision. Un choix que nous faisons.

Et si nous pouvons décider de ne pas coopérer, nous pouvons également décider de coopérer.
C’est le choix que je ferai en tant que président.
Mais il se passe quelque chose de plus grand dans la nation que notre politique brisée, quelque chose de plus sombre, quelque chose de plus dangereux.
Je ne parle pas des différences d’opinion ordinaires. Des points de vue concurrents donnent vie et dynamisme à notre démocratie.
Non, je parle de quelque chose de différent, de quelque chose de plus profond.
Trop d'Américains ne cherchent pas à surmonter nos divisions, mais à les approfondir.
Nous devons chercher non pas à construire des murs, mais des ponts. Nous devons chercher non pas à serrer les poings, mais à ouvrir les bras. Nous ne devons pas chercher à nous déchirer, mais à nous rassembler.
Vous n’avez pas à être d’accord avec moi sur tout - ni même sur la plupart des choses - pour voir que ce que nous vivons aujourd’hui n’est ni bon ni normal.
J'ai pris la décision de me présenter à la présidence après Charlottesville.
Fermez vos yeux. Souvenez-vous de ce que vous avez vu.
Les néo-nazis, les suprémacistes blancs et le KKK sortant des champs avec des torches allumées. Veines bombées. Chantant la même bile antisémite entendue dans toute l'Europe dans les années 1930.
C'était de la haine en marche, en plein air. En Amérique.
La haine ne disparaitra jamais. Elle se cache seulement.
Et quand on lui donne de l'oxygène, qu'on lui donne la possibilité de se répandre, quand on la traite comme un comportement normal et acceptable, nous avons ouvert une porte dans ce pays, nous devons agir rapidement pour la refermer.
En tant que président, je le ferai.
J'enverrai un message clair et sans équivoque à la nation. Il n'y a pas de place pour la haine en Amérique.

Elle ne recevra aucune autorisation. Elle ne recevra pas d'oxygène. Il ne lui sera accordé aucun refuge.
Ces dernières semaines et mois, le pays a été secoué par des cas de force policière excessive, par des cas déchirants d'injustice raciale et des vies perdues inutilement et de manière insensée, par des manifestations pacifiques appelant à la justice, et par des exemples de violence et de pillage. et des incendies qui ne peuvent être tolérées.
Je crois à la loi et à l’ordre. Je n'ai jamais soutenu la suppression des crédits pour la police.
Mais je crois aussi que l’injustice est réelle.
C’est le produit d’une histoire qui remonte à 400 ans, au moment où les hommes, les femmes et les enfants noirs ont été amenés ici pour la première fois, enchaînés.
Je ne pense pas que nous devions choisir entre l’ordre public et la justice raciale en Amérique.
Nous pouvons avoir les deux.
Cette nation est à la fois assez forte pour faire face honnêtement au racisme systémique et assez forte pour offrir des rues sûres à nos familles et aux petites entreprises qui sont trop souvent victimes de ce pillage et de ces incendies.
Nous n’avons pas besoin de milices armées errant dans les rues américaines, et nous ne devrions pas tolérer les groupes extrémistes suprémacistes blancs qui menacent nos communautés.
Si vous dites comme moi que nous devons faire confiance aux autorités américaines chargées de l’application de la loi pour faire leur travail, laissez-les faire leur travail sans que les groupes extrémistes agissent en tant que justiciers.
Et si vous dites que nous n’avons pas besoin de faire face à l’injustice raciale dans ce pays, vous n’avez pas ouvert les yeux sur la vérité en Amérique.
Il y a eu des voix puissantes en faveur de la justice ces dernières semaines et mois.
La fille de George Floyd, Gianna, âgée de 6 ans, que j'ai rencontrée, était l'une de ces voix lorsqu'elle a dit: «Papa a changé le monde.»
La mère de Jacob Blake en était une autre lorsqu'elle a déclaré que la violence ne reflétait pas son fils et que cette nation avait besoin de guérison.
Et Doc Rivers, l’entraîneur de basket-ball a refoulé ses larmes en disant: «Nous sommes ceux qui se font tuer. Nous sommes ceux qui se font tirer dessus… Nous avons été pendus. C’est incroyable pourquoi nous continuons à aimer ce pays, et ce pays ne nous aime pas en retour. »

Pensez-y. Pensez à ce qu'il faut à une personne noire pour aimer l'Amérique. C’est un amour profond pour ce pays que nous n’avons jamais pleinement reconnu depuis trop longtemps.
Ce dont nous avons besoin en Amérique, c'est d'un leadership qui cherche à désamorcer les tensions, à ouvrir des voies de communication et à nous rassembler pour guérir et continuer d’espérer.
En tant que président, c'est précisément ce que je vais faire.
Nous avons payé un prix élevé pour avoir permis aux profondes divisions dans ce pays d'avoir un impact sur la façon dont nous avons traité le coronavirus. 210000 Américains morts et les chiffres grimpent. On estime que près de 210 000 Américains supplémentaires pourraient perdre la vie d’ici la fin de l’année.
Assez. Pas plus.
Mettons de côté l’esprit partisan. Mettons fin à la politique. Suivons la science.
Porter un masque n’est pas une déclaration politique. C’est une recommandation scientifique.
La distanciation sociale n’est pas une déclaration politique. C’est une recommandation scientifique.
Le développement et finalement l’approbation et la distribution d’un vaccin ne sont pas une déclaration politique. Ce sont des décisions scientifiques.
Nous ne pouvons pas annuler ce qui a été fait. Nous ne pouvons pas revenir en arrière. Mais nous pouvons faire mieux. Nous pouvons faire mieux dès aujourd'hui.
Nous pouvons avoir une stratégie nationale qui met la politique de côté et sauve des vies.
La pandémie n'est pas un problème d'Etats rouges (républicains) contre des Etats bleus (démocrates). Le virus ne se soucie pas de l'endroit où vous vivez ni du parti politique auquel vous appartenez.

Il nous infecte tous. Il prend la vie de n'importe qui. C'est un virus - pas une arme politique.
Il y a une autre division durable en Amérique à laquelle nous devons mettre fin: les divisions économiques qui ne donnent des opportunités qu’à quelques privilégiés.
L'Amérique doit être une terre de mobilité. Ce doit être le genre de pays où un Abraham Lincoln, un enfant de la frontière lointaine, peut atteindre notre plus haute fonction.
L'Amérique doit se préoccuper des possibilités. Les possibilités de prospérité, pas seulement pour quelques privilégiés mais pour le plus grand nombre - pour nous tous.
Les travailleurs et leurs enfants méritent une chance.
Lincoln le savait. Il a dit que le pays devait donner aux gens «un champ ouvert et une chance équitable».
Et c’est ce que nous allons faire dans l’Amérique que nous allons construire - ensemble.
Nous avons mené une guerre civile qui garantit une Union qui cherche à tenir la promesse de l'égalité pour tous.
Et par à-coups - nos meilleurs sentiments ont prévalu juste assez contre nos pires impulsions pour faire une nouvelle et meilleure nation.
Et ces meilleurs sentiments peuvent à nouveau prévaloir, maintenant. Ils doivent à nouveau prévaloir. Maintenant. Cent ans après que Lincoln ait parlé ici à Gettysburg, le vice-président Lyndon B. Johnson est également venu ici et a déclaré: «Notre nation a trouvé son âme avec honneur sur ces champs de Gettysburg… Nous ne devons pas perdre cette âme dans le déshonneur maintenant sur les champs de la haine.»
Aujourd'hui, nous sommes à nouveau engagés dans une bataille pour l'âme de la nation.
Les forces des ténèbres, les forces de division, les forces d'hier nous séparent, nous retiennent et nous enchainent.
Nous devons nous en libérer.
En tant que président, j'embrasserai l'espoir, pas la peur. La paix, pas la violence. La générosité, pas l’avidité. La lumière, pas l’obscurité.
Je serai un président qui fait appel au meilleur de nous-mêmes. Pas le pire.
Je serai un président qui regarde vers l'avenir. Pas quelqu'un qui s'accroche au passé.
Je suis prêt à me battre pour vous et pour notre nation. Tous les jours. Sans exception, sans réserve. Et avec un cœur plein et dévoué.
Nous ne pouvons pas et ne laisserons pas permettre aux extrémistes et aux suprémacistes blancs de renverser l'Amérique de Lincoln et Harriet Tubman et Frederick Douglass.
Pour renverser l'Amérique qui a accueilli des immigrants venus de côtes lointaines.
Pour renverser l’Amérique qui a été un havre et une maison pour tous, quel que soit leur parcours.
De Seneca Falls à Selma en passant par Stonewall, nous sommes à notre meilleur lorsque la promesse de l'Amérique est accessible à tous.

Nous ne pouvons pas et ne permettrons pas que la violence dans les rues menace le peuple de cette nation.
Nous ne pouvons pas et ne renoncerons pas à notre obligation d’affronter enfin le bilan du pays concernant le racisme et de la justice raciale.
Nous ne pouvons pas et ne continuerons pas à être coincés dans une politique partisane qui permet à ce virus de prospérer alors que la santé publique de cette nation en souffre.
Nous ne pouvons pas et n’accepterons pas une équation économique qui ne favorise que ceux qui ont déjà réussi.
Tout le monde mérite une chance de prospérité.
Le devoir et l'histoire appellent les présidents à pourvoir au bien commun. Et je le ferai.
Ce ne sera pas facile. Nos divisions d'aujourd'hui sont anciennes. Les inégalités économiques et raciales nous façonnent depuis des générations.
Mais je vous donne ma parole: si je suis élu président, je rassemblerai l'ingéniosité et la bonne volonté de cette nation pour transformer la division en unité et nous rassembler.
Nous pouvons être en désaccord sur la manière d’aller de l’avant, mais nous devons faire le premier pas.
Et cela commence par la façon dont nous nous traitons, comment nous nous parlons, comment nous nous respectons.
Dans sa deuxième adresse inaugurale, Lincoln a déclaré: «Avec méchanceté envers personne, avec charité pour tous, avec fermeté dans le droit comme Dieu nous donne de voir le droit, efforçons-nous de terminer le travail dans lequel nous sommes, de lier la nation et de panser ses blessures.»
Nous devons à présent faire notre travail pour réunir l’Amérique, panser les blessures de la nation, surmonter l’ombre et la suspicion.
Et donc nous, vous et moi, ensemble, nous devons continuons, maintenant.
Après avoir entendu le deuxième discours inaugural, Frederick Douglass a déclaré au président:
«M. Lincoln, c'est un sacré effort.»
Nous devons nous consacrer maintenant à notre propre effort sacré.
La promesse de Gettysburg, qu'une nouvelle naissance de la liberté était à portée de main, est en danger.
Chaque génération qui a suivi Gettysburg a été confrontée à un moment où elle a du répondre à cette question de savoir si elle allait permettre que les sacrifices consentis jusque là soient vains.
C'est notre moment de répondre à cette question américaine essentielle pour nous-mêmes et pour notre temps.
Et ma réponse est la suivante:
Ce n'est pas possible après tout ce que ce pays a traversé, après tout ce que l'Amérique a accompli, après toutes les années où nous sommes restés un phare pour le monde, il ne se peut pas qu'ici et maintenant, en 2020, nous autorisions le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple à disparaitre de cette terre.
Non, ça ne peut pas. Cela ne doit pas.
Nous avons entre nos mains le pouvoir ultime: le pouvoir de voter. C'est l'instrument le plus noble jamais conçu pour enregistrer notre volonté de manière pacifique et productive.
Et donc nous devons voter.
Et nous voterons quel que soit le nombre d'obstacles qui se dressent sur notre chemin. Parce qu'une fois que l'Amérique aura voté, l'Amérique sera entendue.
Lincoln a déclaré: «La nation vaut la peine de se battre.»
C'était me cas. Ça l’est toujours.
Ensemble, en tant que nation, sous Dieu, indivisible, unissons nos forces pour combattre les ennemis communs de l'injustice et de l'inégalité, de la haine et de la peur.

Conduisons-nous comme des Américains qui s'aiment et qui aiment leur pays et qui ne détruiront pas, mais construiront.
Nous devons cela aux morts qui sont enterrés ici à Gettysburg.
Et nous le devons aux vivants et aux générations futures encore à naître.
Vous et moi faisons partie d'une grande alliance, une histoire commune de divisions surmontées et d'espoir renouvelé.
Si nous faisons notre part, si nous sommes ensemble, si nous gardons foi dans le passé et les uns envers les autres, alors les divisions de notre temps peuvent céder la place aux rêves d'un avenir encore meilleur.
C'est notre travail. C'est notre engagement. Telle est notre mission.
Nous pouvons mettre fin à cette ère de division.
Nous pouvons mettre fin à la haine et à la peur.
Nous pouvons être ce que nous sommes à notre meilleur: les Etats-Unis d'Amérique.

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.