lundi 21 novembre 2016

Vues du Centre – Jeanne Valsami. Centriste, finalement j’ai voté à la primaire LR

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jeanne Valsami se définit comme une centriste engagée. Ses propos sont les siens et non ceux du CREC.

Bureau de vote de la primaire LR
J’ai hésité.
Puis j’ai vu les sondages où l’on disait que Nicolas Sarkozy était en train de rattraper Alain Juppé (à moitié faux) et, dans les derniers jours de la campagne, que François Fillon pouvait faire la surprise (totalement vrai).
Devant le risque d’un second tour entre l’ancien président de la république et son «collaborateur», deux visions très à droite de la politique à mener après 2017, même si Fillon n’a pris que très opportunément le créneau d’un libéralisme économique dur, c’est le seul qui restait, et que Nicolas Sarkozy jouait, à merveille, son personnage à la Trump, ou était-ce à Le Pen?!
Toujours est-il que je voulais que ce soit Juppé.
Non pas parce que je suis fan mais tout simplement parce qu’il est, selon moi, le plus proche des centristes aujourd’hui (et non hier…) et qu’avant de me pencher sérieusement sur le cas d’Emmanuel Macron, je voulais être sûre qu’il y aurait un homme modéré et compétent face à Marine Le Pen au second tour, si cela devait être le candidat LR qui affronterait la représentante de l’extrême-droite.
Bon, je l’avoue, j’ai failli rebrousser chemin quand j’ai vu la longue file d’attente devant le bureau de vote.
Je me suis dis, je ne suis pas de droite, je ne suis pas sympathisante de LR, donc, ce n’est pas grave.
Et puis j’ai imaginé un second tour de la présidentielle entre Sarkozy et Le Pen.
J’ai fait la queue…
Bien sûr, en tant que centriste, le résultat est mitigé.
Le côté très positif, c’est que Nicolas Sarkozy est éliminé et que, pendant quelques temps, on entendra plus ses vociférations et ses insultes sur tout et n’importe quoi.
Il a dit qu’il se retirait de la vie politique mais je n’y crois pas, il ne sait pas faire autre chose et il n’a que la soixantaine.
Le côté un peu négatif, c’est le score important de François Fillon, surtout parce que son programme n’est pas le mien mais aussi parce qu’il n’a pas la personnalité d’un président de la république.
Enfin, depuis que Sarkozy et Hollande ont été à l’Elysée, n’importe qui peut y aller…
Plus sérieusement, je compte aller voter au second tour pour Juppé.
Non pas adhésion à sa personnalité et à son programme, plutôt parce qu’il sera le moins mauvais candidat de la Droite et, peut-être du Centre.
Ensuite, que ce soit lui ou un autre, je ne sais pas pour qui je voterai en avril prochain.
J’ai parlé de Macron mais il peut aussi y avoir Bayrou sur la ligne de départ ou même Valls.
Là, si Juppé veut que vote pour lui, il faudra qu’il me convainque qu’il sera un bon président de la république.
Jusqu’ici, il m’a seulement convaincue qu’il était un bon rempart contre Sarkozy.

Jeanne Valsami



Aucun commentaire: