lundi 21 novembre 2016

Présidentielle 2017. Primaire LR: Deux-tiers des centristes choisiraient Juppé au second tour

Alain Juppé vote à la primaire
Deux sondages réalisés après le premier tour de la primaire LR éclairent le choix des votants le 20 novembre et donnent des indications sur celui du 27 novembre.
Rappelons que les résultats quasi-définitifs du premier tour sont: Fillon à 44,2%, Juppé à 28,6%, Sarkozy à 21,6%.
En ce qui concerne le second tour où Alain Juppé affrontera François Fillon, 64% des sympathisants centristes ont l’intention de voter pour le maire de Bordeaux alors que 31% choisiraient le député de Paris selon un sondage Opinionway.
Cette mobilisation forte des centristes, la plus élevée des familles politiques, pour Juppé ne parviendrait pas malgré tout à le faire gagner puisqu’il s’inclinerait 44%-56% face à Fillon, grâce à un très fort vote des sympathisants de LR en faveur de ce dernier (61%).
Si cela indique une tendance, il faut noter que 18% des personnes interrogées et qui ont voté au premier tour ne se prononcent pas entre les deux candidats, ce qui laisse une marge de manœuvre pour Juppé s’ils se rendent aux urnes et votent en sa faveur.
Pour bien comprendre le ressentiment de l’électorat de Nicolas Sarkozy vis-à-vis d’Alain Juppé, si 67% de celui-ci ira voter pour Fillon comme le fera son chef de file qui a toutefois laissé le vote de ses électeurs libres, seuls 2% se déplaceront pour glisser un bulletin au nom du maire de Bordeaux (31% toutefois n’ont pas encore choisi).
Quant au petit nombre d’électeurs de Bruno Le Maire, ils suivront à 59% sa consigne de vote en faveur de Fillon (19% pour Juppé) alors que ceux de Nathalie Kosciusko-Morizet, ils suivront à 62% sa consigne de vote en faveur de Juppé (0% en faveur de Fillon!).
Selon un sondage Odoxa pour France 2, 15% des électeurs à la primaire LR étaient des centristes (8% sympathisants du MoDem, 7% sympathisants UDI).
Quant aux motivations des électeurs, elle est à 73% un vote d’adhésion au programme et à la personnalité du candidat et à 27% une volonté d’empêcher la victoire d’un autre candidat.
Ces derniers chiffres ne permettent toutefois pas de savoir le niveau exact de rejet qu’a suscité chacun des candidats.
En effet, les sondés pouvaient répondre qu’ils choisissaient un candidat positivement alors même qu’une partie de leur motivation étaient d’empêcher la victoire d’un autre.
Et s’il y a eu autant de votants, 51% seulement étaient des sympathisants de LR, ce qui montre que la «mobilisation du peuple de Droite» dont se sont félicités tous les candidats n’était pas aussi importante que cela.
A noter que 94% de ceux qui sont allés voter estiment que le vainqueur de cette primaire sera le prochain président de la république.
Au niveau des réactions, François Bayrou est demeuré silencieux pour l’instant alors que Jean-Christophe Lagarde s’est dit confiant dans la victoire d’Alain Juppé le 27 novembre parce qu’il s’agit maintenant, selon lui, d’une comparaison entre deux programmes et non plus entre des personnalités et que celui du maire de Bordeaux est réaliste par rapport à celui de Fillon qui est impossible à mettre en œuvre.
(Sondage Opinionway réalisé le 20 novembre 2016 par internet auprès d’un échantillon de 3095 personnes qui ont voté à la primaire LR, âgées de plus de 18 ans et représentatives de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points // Sondage Odoxa réalisé les 19 et 20 novembre 2016 par internet auprès d’un échantillon de 699 personnes ayant voté à la primaire de LR ou déclarant aller le faire, âgées de plus de 18 ans et représentatives de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)


Aucun commentaire: