jeudi 7 juillet 2016

Présidentielle 2017. Primaire LR: le vote centriste en faveur de Juppé s’effrite

L'écart se resserre entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé
La cinquième vague du sondage IPSOS pour le Cevipof de Sciences po Paris s’est focalisé sur l’image de François Hollande et sur la primaire de LR.
Concernant cette dernière, elle montre une baisse des intentions de vote en faveur d’Alain Juppé, notamment de la part des centristes qui comptent aller voter pour départager les candidats de droite.
Soutien le plus solide du maire de Bordeaux, les sympathisants du MoDem et de l’UDI qui sont sûr de participer au vote lors de la primaire choisiront toujours très majoritairement celui-ci à 59% devant Bruno Le Maire (21%), Nicolas Sarkozy (9%) et François Fillon (6%).
Mais, au-delà de ces chiffres bruts, la tendance est très défavorable à Alain Juppé.
Ainsi, en janvier dernier, 75% des sympathisants centristes sûrs de voter choisissaient Alain Juppé.
Même si, depuis, lors des vagues de mars, avril et mai, il a perdu de nombreux points, il n’avait jamais été aussi bas (-16 par rapport à janvier, son plus haut score).
Le principale bénéficiaire n’est pas Nicolas Sarkozy (même s’il passe de 7% des intentions de vote à 9% entre janvier et juillet), mais Bruno Le Maire qui gagne 12 points depuis janvier passant de 9% à 21% (même si son plus haut score date de mars).
De son côté, François Fillon est sur une ligne quasiment plate, passant de 7% en janvier à 6% en juillet sans aucun soubresaut, ni vers le bas, ni vers le haut.
Toujours est-il que selon IPSOS, Alain Juppé remporterait le premier tour de la primaire LR avec 38% (-3) des voix, devant Nicolas Sarkozy avec 30% (+3) des voix, Bruno Le Maire, 16% (=), François Fillon, 9% (-1) et Nathalie Kosciusko-Morizet, 2% (=).
Par ailleurs, par rapport à la vague de mai dernier, les sympathisants centristes sont plus nombreux à déclarer vouloir voter à la primaire de LR.
Ils sont désormais 7% au MoDem (+2) et 13% à l’UDI (+1%).
Ces sympathisants centristes formeront ainsi 12% de l’électorat de la primaire (7% pour l’UDI et 3% pour le MoDem).
Même si ce chiffre est faible, il peut permettre à l’un des candidats de faire la différence si la compétition se resserre, ce que semblent indiquer l’ensemble des derniers sondages en la matière.
(Sondage IPSOS réalisé du 17 au 26 juin 2016 par internet auprès d’un échantillon de 19100 personnes (dont 1234 sûr d’aller voter à la primaire de LR) de plus de 18 ans représentatif de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)



A lire aussi:



Aucun commentaire: