lundi 7 novembre 2016

Présidentielle 2017. Bon pour Juppé, le silence de Bayrou l’est-il pour le Centre?

François Bayrou ne refuse jamais un micro ou presque jamais.
A part lors de son introspection après son échec à la présidentielle puis à la législative de 2012 au moment où tout le monde pensait, et lui avec, que sa carrière était derrière lui, le président du Mouvement démocrate a fait de ses apparitions dans les médias son arme favorite pour exister afin de compenser la quasi-inexistence de son parti au Parlement et donc dans le débat politique ainsi que pour cultiver son image de présidentiable.
Mais, là, si l’on consulte le site du MoDem qui reprend studieusement touts les propos de son chef, on s’aperçoit que cela fait huit jours – une éternité pour lui – qu’il ne s’est pas exprimé dans les médias, c’est-à-dire depuis son offensive contre Nicolas Sarkozy sur sa page facebook suite aux attaques et aux insultes du camp de l’ancien président de la république afin de décrédibiliser Alain Juppé à travers lui.
On conçoit que François Bayrou, peut-être même par une demande expresse d’Alain Juppé, préfère ne pas mettre de l’huile sur le feu alors même que l’électorat LR qui va voter à la primaire n’a guère une bonne opinion de lui et que nombre de ceux qui s’apprêtent à se prononcer pour le maire de Bordeaux dans les urnes pourraient changer d’avis s’il s’avisait de trop s’afficher et de ruer dans les brancards ou même à juste se défendre contre les agressions sarkozystes.
Car, pour Bayrou comme pour l’ensemble des centristes, la victoire d’Alain Juppé à la primaire de LR est devenue impérative s’ils veulent avoir un rôle d’une certaine importance à jouer lors de la présidentielle et des législatives de 2017 puis dans un futur gouvernement de la Droite et du Centre.
Pour autant, on peut se demander s’il s’agit d’une bonne stratégie.
En effet, ce silence peut également être interprété comme une victoire pour Nicolas Sarkozy, pire, comme la preuve de l’effet néfaste du soutien de Bayrou à Juppé et même comme une peur des centristes de s’exprimer pour ne pas grever leur avenir électoral et gouvernemental, justifiant alors les insinuations des sarkozystes comme quoi il y aura bien un accord très avantageux en leur faveur pour les législatives de la part du camp Juppé.
L’extinction de voix – même si elle est très passagère – de François Bayrou démontre que les centristes ont toujours du mal à exister par eux-mêmes lorsque des échéances électorales se pointent à l’horizon.
Si l’on peut comprendre le profil bas, qui n’est pas une première chez les centristes, on doit le regretter d’autant qu’il installe l’idée dans l’opinion que ceux-ci sont bien dans une dépendance avec la Droite, voire qu’ils ne sont en définitive qu’un simple appendice de cette dernière.
En cela, ce n’est pas bon pour le Centre.

Alexandre Vatimbella



A lire aussi:



Aucun commentaire: