dimanche 30 avril 2017

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. L’avant-garde centriste face à l’infamie Le Pen

Les centristes sont fort critiquables, tout au moins pour une partie d’entre eux, et j’ai eu maintes fois l’occasion de le dire quand ils se comportent en opportunistes ou lorsqu’ils oublient beaucoup des valeurs et des principes du Centre et du Centrisme.
Mais il y a un point sur lequel ils n’ont jamais transigé, où ils demeurent, dans l’honneur, fermes et debout, responsables et courageux, c’est face à l’infamie du Front national.
Bien sûr, il y a eu, ici ou là, quelques brebis galeuses centristes qui ont pu rejoindre ou se sont alliées avec cette extrême-droite populiste et démagogique mais nettement moins qu’à droite et à gauche.
Systématiquement elles ont été virées sans ménagements des formations auxquels ils appartenaient.
Et, surtout, pour cette présidentielle, aucun centriste n’a appelé à voter Le Pen, comme c’est le cas à droite avec des personnages comme Nicolas Dupont-Aignan, ou a appelé à ne pas voter pour Macron pour faire barrage à l’infamie, comme c’est le cas à gauche avec des personnages comme Mélenchon.
J’entends certains qui vont me ressortir le triste sire Jean Lassalle qui a appelé à un vote blanc contre le complot qui l’a empêché d’être au second tour.
Mais, outre le fait que je l’ai qualifié ici pour ce qu’il est, un clown populiste proche de beaucoup de thèses du FN, sa campagne a bien montré qu’il n’avait rien à faire avec le Centre, ce qui était le cas déjà bien avant pour ceux qui s’intéressent à l’espace centriste.
Or donc, tous les centristes, comme un seul homme – et c’est assez rare pour être signalé! – se sont levé pour appeler à voter en faveur d’Emmanuel Macron afin de faire barrage à Marine Le Pen et préserver la démocratie républicaine libérale dans ce qu’elle a de plus cher, la liberté, l’égalité, la fraternité et le respect.
Alors, oui, les centristes sont cette avant-garde qui dit non depuis toujours à l’extrême-droite et qui combat, sans aucune hésitation, les idées malfaisantes du clan Le Pen et la montée angoissante du FN lors des dernières élections.
Oui, les centristes sont ceux qui ne trouvent pas du tout mais vraiment pas du tout «normal» que la candidate de la haine soit au second tour de la présidentielle et que l’on n’ait pas lutté assez efficacement contre le venin liberticide du fanatisme, de l’intolérance, de la misanthropie, de la xénophobie, cette abomination répugnante qu’elle représente depuis si longtemps.
Car, oui, il faut bien appeler un chat, un chat, et une idéologie qui est le contraire de toutes les valeurs humanistes que défendent le Centre et le Centrisme, une infamie.
En tant qu’avant-garde, pendant cette campagne du deuxième tour mais aussi après, en vue des législative, et encore après et malheureusement pendant longtemps encore, les centristes ne doivent jamais cesser le combat contre la PME Le Pen, dénonçant sans relâche la menace et le danger qu’elle représente pour la démocratie, pour la république mais également pour la dignité humaine.
C’est pourquoi il ne manquera pas une vraie voix centriste le 7 mai pour faire barrage à Marine Le Pen.
Et ce sont des moments où l’on est fier d’être centriste.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire