samedi 9 septembre 2017

L’Humeur du Centriste. Quand la haine des médias pour Macron devient ridicule

Emmanuel Macron et les médias
On a dit ici, de multiples fois et avant même l’élection d’Emmanuel Macron et même de son entrée en politique, que les centristes avaient deux fois plus d’ennemis que les gens de droite et de gauche car ils cumulaient les critiques venus des deux bords.
Ce qui vient de se passer dans l’ensemble de la presse – de BFMTV à l’Express, du Point à RTL, de Sud Ouest à La Dépêche, de l’Obs à Les Echos, etc. – ou presque en est une nouvelle preuve.
Les journalistes devraient parfois avoir honte et c’est le cas ici avec leur délectation à reprendre sans aucune vigilance et pudeur les attaques violentes d’un obscur universitaire britannique d’extrême-gauche dans une tribune parue dans le New York Times.
Passons sur le fait que certains médias comme BFMTV ou Les Echos aient titré qu’il s’agissait de critiques venant du quotidien lui-même pour en venir à l’essentiel, l’absence totale de jugement et de recul pour rentrer dans le chou de Macron.
Ainsi ce Christopher Bickerton, auteur de la diatribe en question, est devenu d’un seul coup une vedette parce qu’il a publié une tribune (il n’est même pas éditorialiste du journal) où il s’en donne à cœur joie contre le président français qu’il traite de «raté».
Mais pouvait-on attendre autre chose d’une personne – et c’est sont droit – qui est à la gauche de la gauche, proche des thèses de la France insoumise et qui écrit régulièrement en France pour Le Monde diplomatique, magazine d’extrême-gauche?
C’est comme si on louait les insultes de Mélenchon ou de Le Pen parce qu’elles sont parues dans un journal «sérieux»…
Mais, oups!, les médias et les journalistes qui ont tous repris cette tribune dont la teneur est affligeante de pauvreté intellectuelle et d’attaques minables, ne s’en sont pas vraiment préoccupés, tout à leur jubilation de pouvoir dire que le célèbre New York Times était un opposant à Macron alors même qu’il a célébré sa victoire voici peu…
Ici, le problème n’est pas que l’on aime ou non Macron, qu’on le critique ou qu’on l’encense, qu’on soit pour ou contre sa politique mais que l’on soit pour une responsabilité des médias et des journalistes quand ils exercent leur métier qui est d’informer les citoyens, une mission et non pas un simple boulot dans toutes démocratie républicaine.
En résumé, qu’ils fassent correctement leur travail.
Oui, le débat démocratique nécessite cette responsabilité au moment où les «fake news» (fausses informations) et les «alternative facts» (faits alternatifs) se déversent en flots continuent des réseaux sociaux aux organes de presse parfois victimes consentantes.
Aller jusqu’à chercher un obscur gauchiste qui ne fait dans sa prose que des procès d’intention à Emmanuel Macron pour pouvoir critiquer une nouvelle fois ce dernier est bien la preuve que médias et journalistes dans leur grande majorité jouent contre le président de la république.
C’est sans doute leur droit mais pas leur honneur quand ils emploient des stratagèmes de ce genre.
Et dire que l’Obs – magazine particulièrement anti-Macron – a osé dire, sans rire, dans les colonnes de son dernier numéro que le nouveau président de la république bénéficiait d’une presse bienveillante!
Les faits, rien que les faits apprend-on dans les écoles de journalisme…

Centristement votre.

Le Centriste


Aucun commentaire: