lundi 8 avril 2019

Actualités du Centre. Paroles centristes spécial Grand débat

Voici une sélection des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux à propos des premières conclusions du Grand débat et de l’intervention du Premier ministre, Edouard Philippe, sur le sujet.

Edouard Philippe (Premier ministre)
- A tous les Français qui ont pris le temps d’écrire une contribution, de répondre à un questionnaire en ligne, de remplir un des 16 000 cahiers citoyens disponibles dans les mairies, de participer à des réunions publiques : merci.
- Dès notre arrivée, nous avons baissé les cotisations sociales, baissé la taxe d’habitation, baissé l’impôt sur les sociétés. Notre pays a atteint une sorte de "tolérance fiscale zéro": nous devons aller encore plus vite.
- Un débat, ça ne marche que si des femmes et des hommes s’en emparent, le nourrissent, le modifient, le densifient, l’agitent. Et cela, il n’y a que l’intelligence collective qui en est capable : celle du peuple français.
- Ce temps consacré au Grand débat était nécessaire : pour que chacun puisse s'exprimer, pour que nous puissions écouter, pour que les thématiques retenues s'installent dans le débat public et pour que d'autres thématiques puissent émerger.
- Dans ce débat, rien ne devait être caché et très vite, la liberté de parole a pris le relais. Toutes les données sont désormais disponibles et ouvertes à tous ceux qui voudront s'en saisir, les interroger et les analyser.
- Le besoin de changement est si radical que tout conservatisme serait impardonnable. Vous pouvez compter sur ma détermination absolue pour faire du succès du Grand débat, une chance pour les Français, pour nos territoires et pour notre avenir.
- Les Français ne sont pas climato-sceptiques. Changer de comportement, oui. En revanche, ils ne veulent plus que des taxes leur dictent ce qu’ils doivent faire
- Certains annonçaient l’avènement d’une forme de démocratie directe et médiatique permanente. Ce n’est pas ce que les Français veulent. Ils veulent une démocratie plus représentative, plus transparente, plus efficace.
- Nous ne pourrons plus gouverner comme avant. L'expérience du Grand débat sera utile pour bâtir une démocratie participative au long cours.
- Nous vivons dans un pays où, à certains endroits, on ne se voit plus et on ne se parle plus. Et quand le service public ferme ou déménage, c’est l’Etat – le dernier rempart - qui abandonne aussi.
- Les Français ont compris, avec plus de maturité que certaines formations politiques, qu’on ne peut pas baisser les impôts si on ne baisse pas la dépense publique.
- Ces réunions publiques se sont déroulées dans des conditions exemplaires. Nous avons reconquis des espaces publics dans lesquels il est possible d’échanger avec respect plutôt que de s’insulter dans l’anonymat. Sans les maires de France, ce débat n’aurait eu de grand que le nom.

Sébastien Lecornu (LREM, ministre des collectivités territoriales, animateur du Grand débat)
- Que ce soit sur Internet, dans un cahier citoyen ou dans un débat public, tous les Français ont pu participer au Grand débat national.
- Le Grand débat national est désormais achevé et les différentes contributions citoyennes ont été analysées de façon indépendante, sous l'autorité du collège des garants.
- J’ai pu constater l’envie, la mobilisation, et quelques soient les sensibilités politiques ou la taille de la commune, une attitude républicaine des maires dans le Grand débat! Ils ont organisé 50% des 10 134 réunions locales et 16 337 maires ont ouvert des cahiers citoyens.

Emmanuelle Wargon (LREM, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, animatrice du Grand débat)
 Partout en France, il y a eu des débats sur les enjeux nationaux avec animation et avec respect. C’était un vrai moment démocratique.

Marc Fesneau (MoDem, ministre des relations avec le Parlement)
Grand débat et paroles des Français: Premier enseignement : un débat inédit par sa forme et son ampleur. 1 commune sur 2 engagée, grâce aux maires comme chevilles ouvrières 2,8M de citoyens ayant consulté la plateforme en ligne 1,9M de contributions 10 000 réunions locales. Deuxième enseignement : un débat ouvert, transparent, apaisé et serein. Un débat dont les garanties d’honnêteté et d’inclusion sont reconnues par le collège des garants.

Stanislas Guerini (LREM, délégué général)
Pour ces jeunes qui se lèvent et qui disent au gouvernement "ne laissez pas tomber nos propositions pour l'environnement", nous avons le devoir d'apporter des réponses fortes, de dépasser nos différends pour refaire Nation.

François Bayrou (MoDem, président)
- Ce qui est important, c'est de mesurer l'enjeu qui est immense car, d'habitude, c'est l'élection présidentielle qui permet à un pays de définir tant bien que mal, parce qu’il y a évidemment la pression des sondages, la pression de l'air du temps, ce que va être le cap, la direction mais cela fait trente ans que, les Français l'ont vérifié, l'élection présidentielle de ce point de vue-là ne suffisait pas, car, dès qu’elle est passée, on se retrouve avec les difficultés de la veille et les habitudes de la veille. Cette fois-ci, parce qu'il y a eu ce mouvement et parce qu'il y a eu le Grand débat avec des centaines de milliers de Français qui ont participé, qui ont donné leur sentiment, leur avis directement ou par écrit, alors maintenant on va pouvoir, en dehors des pressions électorales, définir ce que doit être ce que les Français attendent de la direction de leur pays.
- [Emmanuel Macron] a déjà montré beaucoup de courage en allant, pendant des dizaines d’heures et même on dit une centaine d’heures, directement devant les Français pendant un temps extrêmement long et qui a permis à tout le monde de voir quel homme il était, de quel homme il s'agissait.
- [Il faut] que les Français vérifient que c'est un nouvel acte qui va s'ouvrir. Je disais trente ans d'insatisfactions, de déceptions, de fermentation de ces questions que l'on a vu surgir et qui sont de toutes natures, démocratiques, sociales, économiques et de considérations pour les Français. Donc, il faut que tous les citoyens aient le sentiment, la certitude, que c'est un nouvel acte qui va s'ouvrir.

Mouvement radical
Le gouvernement a entendu l’exaspération de nos concitoyens et pointé les priorités : justice fiscale et sociale, démocratie directe, transition écologique. Le Mouvement radical fait des propositions concrètes. Place maintenant à l’action avec les élus et corps intermédiaires!

Laurent Hénart (Mouvement Radical, président)
Le Premier ministre a officiellement conclu ce jour le Grand Débat national. Si les radicaux restent vigilants sur l’utilisation de la production de ce Grand débat, nous saluons cette opération inédite d’expression citoyenne. Le Premier ministre a fait preuve d’écoute et de compréhension des fortes demandes exprimées par nos concitoyen(ne)s en matière de justice fiscale et sociale, de transition écologique, de renouvellement démocratique ou de soutien nécessaire à l’économie. Sur tous ces sujets, les radicaux ont d’ores et déjà travaillé à des mesures concrètes, telles que la généralisation de l’intéressement (ou participation) à toutes les entreprises de plus de 10 salariés, une nouvelle gouvernance basée sur des relations contractuelles entre l’État, les territoires et les acteurs sociaux, la garantie de vraies libertés pour les territoires, notamment l’attribution d’un pouvoir réglementaire, ou encore l’utilisation de référendums citoyens encadrés et préparés. Nous appelons désormais l’exécutif à passer à l’action en changeant en profondeur de méthode pour répondre aux problèmes critiques auxquels nos concitoyens sont confrontés. Tous, la démocratie représentative, les corps intermédiaires et les citoyen(ne)s directement par l’usage du référendum, doivent désormais participer à la transformation de notre pays.

Bertrand Pancher (Mouvement radical, député)
Restitution du Grand débat national par Edouard Philippe: C’est important d’indiquer les grandes tendances , ce qui le sera davantage ce sont les 1ères mesures demandées, la façon dont on va travailler collectivement les propositions et le nouveau cadre démocratique


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire