lundi 1 avril 2019

Actualités du Centre. Slovaquie: une centriste libérale élue cheffe de l’Etat

Zuzana Caputova
Le groupe ALDE (Alliance des libéraux et des démocrates pour l’Europe, centriste) du Parlement européen ne s’y est pas trompé qui a tweeté:
«Les pro-européens sont en marche. Félicitations à Zuzana Caputova! Le peuple slovaque a envoyé un puissant signal d’espoir à toute l’Europe: humanisme, décence, solidarité et courage peuvent gagner à l’époque du populisme, de l’égoïsme et de la peur.»
De même que la tête de la liste centriste Renaissance, Nathalie Loiseau:
«Félicitations à Zuzana Caputova, avocate démocrate et libérale qui devient la première présidente de Slovaquie. Elle a fait de la lutte contre la corruption un des thèmes majeurs de sa campagne.»
La victoire de l’avocate centriste, libérale, progressiste et réformiste Zuzana Caputova, 45 ans, à la présidence de la Slovaquie est en effet une très bonne nouvelle et pas seulement pour le camp de l’axe central européen mais pour tous les défenseurs de la démocratie républicaine dans l’Union européenne et ailleurs.
Il faut dire que la Slovaquie n’était pas réputée ces derniers temps pour son tropisme centriste mais plutôt pour des gouvernements nationalistes avec un penchant populiste ainsi que pour sa corruption endémique qui avait d’ailleurs conduit au meurtre d’un journaliste enquêtant sur les affaires politco-financières gangrénant le pays.
Dès son élection, Zuzane Caputova a tenu les même propos qu’Emmanuel Macron après la sienne – on les compare souvent dans leur vision progressiste de la politique et leur ascension rapide face à des menaces extrémistes et populistes (elle a créé un nouveau parti en 2017, Slovaquie progressiste) – en demandant à ses concitoyens:
«Cherchons ce qui nous unit, plaçons la coopération au-dessus des intérêts personnels. (…) Pour moi, cette élection a prouvé que l’on peut gagner sans attaquer ses adversaires et je crois que cette tendance se confirmera lors des élections au Parlement européen et des législatives slovaques l’année prochaine».
Même si la présidente n’aura pas énormément de pouvoirs, elle peut d’abord être un symbole (le président sortant Andrej Kiska qui la soutenait a déclaré «de nombreux pays nous envient probablement d’avoir choisi une présidente qui symbolise des valeurs telles que la décence. La Slovaquie est en crise morale et a besoin d’une présidente comme Zuzana Caputova».
Ensuite, elle a la capacité d’insuffler une dynamique de victoire à son camp, d’autant qu’elle est vue comme une personne «propre» par ses concitoyens.
Son programme s’axe avant tout sur la lutte contre la corruption (pour une justice indépendante) et un engagement pour la protection de l’environnement.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire