vendredi 24 mai 2019

Actualités du Centre. Paroles centristes: Premier Conseil de défense écologique; Ascoval; fédérer plutôt qu’opposer; violence faites aux femmes …

Ajouter une légende
Voici une sélection des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux.

► France
● Emmanuel Macron (Président de la République)
- Comme je m’y étais engagé devant nos concitoyens, j’ai réuni ce matin le premier Conseil de défense écologique.
- Sur les sujets d’écologie, nous avons besoin que la totalité du gouvernement soit mobilisée.
- Sur les sujets d’écologie, le temps n’est plus à la parole. Il y a eu ce temps-là. Il y eu le temps où l’on prenait des lois pour les autres, pour après. Depuis deux ans, nous sommes dans le moment où nous devons prendre des décisions pour aujourd’hui, pour maintenant.
- Beaucoup a été fait en deux ans. Il importe de faire le bilan, de voir où nous en sommes, ce qui a été réussi, ce qui n’a pas été réussi, voir les détails de la bonne mise en œuvre des plans climat et biodiversité.
- La plus grande démocratie du monde a voté. Je félicite chaleureusement le Premier ministre Narendra Modi, et me réjouis de le revoir bientôt pour approfondir le partenariat stratégique entre la France et l’Inde.

● Gouvernement
Edouard Philippe (Premier ministre)
- Avec le Haut Conseil pour le climat et la convention citoyenne pour la transition écologique qui sera lancée au mois de juin, la France va désormais disposer d’une méthode et d’une gouvernance inédite.
- La querelle politicienne et le "French bashing" ne doivent pas masquer l’essentiel : très peu de pays ont fait autant que la France en matière de transition écologique ces dernières années.

Bruno Le Maire (ministre de l’Economie et des Finances)
- Nous croyons dans la reprise d’Ascoval par British Steel. Le repreneur a confirmé qu’il tiendra ses engagements financiers. Il se rendra sur le site en fin de semaine prochaine. Le projet est viable, l’aciérie a un avenir.
- La loi PACTE vient d'être promulguée. Elle va donc devenir une réalité pour des millions d'entrepreneurs et de salariés, en simplifiant la vie des entreprises, en partageant mieux la valeur avec les salariés, en redéfinissant le rôle de l’État et des entreprises dans l’économie.

Français de Rugy (Ministre de la Transition écologique et solidaire)
- Fin des forages pétroliers, aides à l'isolation, au changement de voiture, de chaudière, fin du charbon : nous sommes les 3e plus ambitieux d'Europe pour le climat. Les 1ers résultats : -4,5% d'émissions de CO2 en 2018. Beaucoup reste à faire mais nous sommes sur la bonne voie !
- Aujourd'hui, nous accélérons pour la biodiversité : création d'une aire marine protégée dans les Terres australes et antarctiques françaises, création ou extension de 20 réserves naturelles nationales d'ici 2022, renforcement de la lutte contre l'artificialisation des sols.
- Sortie du glyphosate en 3 ans - nous sommes les seuls à le faire en Europe -, -50% des pesticides d'ici 2025, interdiction des pailles et gobelets en plastique, création d'un nouveau parc national, ... La protection de la biodiversité est au cœur de l'action du gouvernement.
- Pour le climat, nous allons plus loin : 1 milliard d'euros de prêts en plus pour la rénovation énergétique, contribution de l'aérien au financement des transports propres, refus systématique de signer un accord commercial avec un pays qui ne s'inscrit pas dans l'Accord de Paris.
- Le projet Montagne d’Or est incompatible avec nos exigences de protection de l’environnement qui doivent être au cœur de tous les processus miniers. C’est pourquoi nous allons réformer le code minier pour qu’elles concernent demain tous les projets.

Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances
Il faut arrêter de raconter n'importe quoi sur Ascoval: l’entreprise n'est pas en faillite. De même, Bristish Steel – qui ne possède pas Ascoval mais appartient au même actionnaire – n'est pas en faillite mais en "procédure collective", l’équivalent du redressement judiciaire.

► Union européenne
● Belgique
Maxime Prévot (cdH, président)
- Pour le cdH, il faut rassembler, fédérer plutôt qu’opposer, diviser c’est l’engagement que nous formulons et que nous tiendrons!
- La justice a été mon premier combat ! Nous en avons fait une condition de participation gouvernementale, il faut la refinancer! Il faut+de magistrats,+ de juges pour qu’il y ait moins de souffrance, c’est une obligation légale mais aussi morale !
- Comment financer notre programme politique ? Le bureau fédéral du plan a validé le financement des mesures de notre programme !
- Nous devons rééquilibrer les choses, nous avons un régime fiscal qui date de l’après guerre qui n’intègre pas la transition écologique, la révolution numérique, nous devons agir sur les salaires les plus bas !
- Il faut réinvestir dans les transports en commun! Le cdH défend un péage inversé, une dynamique plus positive qui n’est pas stigmatisante ou culpabilisatrice. Le cdH ne veut pas prendre dans la poche des travailleurs alors qu’on n’arrête pas de parler de pouvoir d’achat
- Nous devons nous fédérer sur les enjeux climatiques. On doit mieux habite la terre
- Nous devons améliorer la qualité de vie de chacun quelque soit sa situation, son lieu de vie, zone rurale ou urbaine, quelque soit son origine parce que ce qui fait la richesse, la valeur ajoutée de notre société, ce sont les liens qui sont tissés!
- Nous proposons au cdH, le délai de 3 mois pour fixer les demandeurs d’asile. Aujourd’hui des familles attendent 5,8, 10 ans avec des enfants scolarisés, une vie de famille créée, ce n’est pas normal!
- Le pouvoir d’achat c’est ce que l’on gagne et ce que l'on paye, il faut agir sur les  deux aspects pour pouvoir (sur)vivre. Agissons sur les leviers du logement car le coût du loyer pèse lourdement dans les budgets des ménages et sur les coûts de soins de santé.
- Nous avons une obligation de solidarité pour ceux qui quittent des scènes de guerre, de violences. On a aussi un devoir de responsabilité. La politique menée ces dernières années a été indigne pour un pays comme le nôtre.
- Le maintien des centres fermés pour les enfants: non. Pour un parti comme le notre qui met l’humain au centre de son projet, enfermer un enfant dans un centre c’est aux antipodes de nos valeurs. Au cdH, nous ne l’accepterons pas.
- Le climat doit être une priorité du prochain gouvernement. Des gens ont du mal à nouer les deux bouts, il faut les accompagner et non les culpabiliser: isolation des bâtiments, circuits courts,…il faut être dans une démarche vertueuse plutôt que vert tueuse.

► Monde
● Canada
Justin Trudeau (Premier ministre)
- On offre à la Nation crie Poundmaker des excuses pour les injustices historiques, les difficultés et l'oppression qu’elle a subies. J'espère que cette exonération marquera un nouveau départ vers un avenir meilleur, alors qu’on continue ensemble sur la voie de la réconciliation.
- Le chef Poundmaker était un leader honorable qui a toujours lutté pour la paix. En 1885, le Canada l'a traité à tort comme un criminel et un traître. Aujourd'hui, on l'innocente totalement et on l’honore en tant qu'homme d'État et artisan de la paix.

● Etats-Unis
Joe Biden (Parti démocrate, candidat à la primaire des présidentielles de 2020)
- Nous sommes nés d'une idée selon laquelle chaque personne - peu importe d'où elle vient - peut tout accomplir si elle y travaille.
- Notre politique aujourd'hui est devenue si mesquine et médiocre: elle divise et notre président est le diviseur en chef. Ce n'est pas qui nous sommes.
- Je sais comment faire fonctionner le gouvernement - non pas parce que j’en ai parlé ou tweeté. Mais parce que je l’ai fait.
- Je suis fier d’être aux côtés des travailleurs de tout le pays aujourd’hui. Nous devons restaurer la dignité du travail et veiller à ce que tout le monde soit traité avec respect. Cela commence par l'augmentation du salaire minimum à 15 dollars, le renforcement de nos syndicats et la création de milieux de travail sécuritaires.
- Au cours de la dernière année, six enfants sont morts tragiquement sous la garde des États-Unis à la frontière. C’est inacceptable. Ce n’est pas ce que nous sommes. Et le silence est complicité. C’est à nous tous de prendre la parole. L'Amérique est une nation d'immigrés. Nous devons garantir à chacun d'être traité avec dignité.
- Au cours des 25 années écoulées depuis l’adoption de la loi sur la violence à l’égard des femmes, nous avons fait de grands progrès dans la protection des femmes contre les abus. Mais la dernière réautorisation est bloquée au Sénat. C’est scandaleux. Cela ne devrait pas être une question partisane – le Sénat devrait adopter la loi sur la violence à l’égard des femmes immédiatement.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire