samedi 12 octobre 2019

Propos centristes. Monde – Destitution de Trump ; Brexit ; trahison des Kurdes par Trump

Voici une sélection, ce 12 octobre 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux dans l’Union européenne et dans le monde à propos de la procédure de destitution de Donald Trump, de la trahison de ce dernier envers les Kurdes attaqués par la Turquie d’Erdogan et des derniers développements concernant le Brexit..

► Union européenne
Renew Europe
Dacian Ciolos (président)
Le gouvernement britannique a présenté quelques propositions la semaine dernière... enfin ! Mais à l'heure actuelle, ils ne peuvent servir de base à un accord. Toute nouvelle proposition britannique doit respecter l'accord du Vendredi Saint, protéger nos citoyens et l'intégrité du marché unique.

Guy Verhofstadt (député)
La proposition de Johnson il y a une semaine n'était pas sérieuse. La vraie raison en était de commencer un jeu de reproches, dans lequel tous les autres sont des traîtres ou des renifleurs. Le vrai traître est celui qui risque de provoquer un désastre dans son pays et dans ses citoyens, en poussant le Royaume-Uni hors de l'UE

Petras Austrevicius (député)
Les forces militaires turques ont commencé à attaquer une partie du nord-est de la Syrie contre les forces kurdes. Nous demandons aux dirigeants turcs de mettre fin à l'opération, de se retirer de la région et de commencer à coopérer à la mise en place de la sécurité nécessaire.

● Royaume Uni
Liberal democrats
Les plans désastreux de Johnson en faveur du Brexit nuiraient à nos services publics et entraîneraient d’énormes pertes d'emplois. La Grande-Bretagne mérite mieux.
Alors que les deux vieux partis se divisent plus que jamais sur le Brexit, les libéraux-démocrates restent forts et unis : nous sommes déterminés à stopper le Brexit.

Jo Swinson (présidente)
Plaisir de rencontrer Michel Barnier aujourd'hui. Son travail consiste à négocier un accord, mais je suis certain que le meilleur accord que nous ayons est de demeurer membre de l'UE et c'est pour cela que je continuerai à me battre.

Christine Jardine (députée)
Boris Johnson n'a aucune intention de tenir sa promesse de garantir automatiquement les droits des citoyens de l'UE vivant au Royaume-Uni. Nous devons stopper le Brexit & empêcher un nouveau scandale à la Windrush [Le scandale Windrush de 2018 concerne des personnes détenues à tort, privées de leurs droits légaux, menacées d'expulsion et, dans au moins 83 cas, déportées à tort du Royaume-Uni par le ministère de l'Intérieur].

Heidi Allen (députée)
Les libéraux démocrates ont une position très claire: nous voulons stopper le Brexit parce que nous pensons que c'est ce qui est le mieux pour la Grande-Bretagne

► Monde
● Etats-Unis
Parti démocrate
- Le jeu de la Maison Blanche sur les enquêtes du Congrès: obstruer à chaque tour en prétendant n'avoir rien à craindre. Il n'est donc pas surprenant que leurs propos disent qu'ils ne se préoccupent d'aucune information que l'ambassadeur Yovanovitch pourrait partager.
- Quand Mike Pence ment aux médias pour protéger Donald Trump, il vous ment pour empêcher Trump d'être tenu pour responsable envers le peuple.

Nancy Pelosi (speaker de la Chambre des représentants)
- Il y a une question simple au cœur de notre enquête : est-ce acceptable pour un président de faire pression sur les gouvernements étrangers pour qu'ils sapent nos élections pour son bénéfice politique ? Les membres républicains du Congrès devraient consulter leur serment sur cette question.
- Les Républicains refusent maintenant de répondre à la question la plus simple : s’il est acceptable pour un président de faire pression sur des pays étrangers pour qu’ils sapent nos élections. Les élections américaines devraient être décidées par les Américains, et non par des «faveurs» de gouvernements étrangers.
- Ce que les Républicains craignent le plus, c'est la vérité. Pour éviter les faits, ils mettent en scène la confusion, sapent la Constitution et attaquent la personne que le Président craint le plus, Adam Schiff. Le peuple américain veut que la vérité soit exposée.

Chuck Schumer (sénateur, leader des démocrates au Sénat)
- C'est scandaleux. Donald Trump doit expliquer immédiatement pourquoi il a trahi les Kurdes et pourquoi son copain Erdogan aurait menacé nos forces !
- Avec qui a surjoué Donald Trump cette semaine ? L’Iran ? LaRussie ? La Chine ? L’Arabie saoudite ? LaTurquie ? L’Etat islamique ?
Le fait que le Président Donald Trump dorlote des dictateurs, prend des décisions irrégulières et manque de stratégie met en danger la vie des Américains de bien des façons.
- DonaldTrump retire les troupes américaines du nord de la Syrie qui combattaient l'EI aux côtés des Kurdes, nos partenaires et amis fiables. Il abandonne les Kurdes, et cette action permettra à Poutine et Assad de récupérer des terres riches en ressources en Syrie
- L'abandon des Kurdes, qui ont combattu nos troupes contre l'EI, est moralement répréhensible et pourrait mettre la vie américaine en danger. En retirant les troupes américaines hors de Syrie du Nord et en laissant la Turquie attaquer les Kurdes, on rapporte que jusqu'à 10 000 combattants de l'EI pourraient être libérés.

Adam Schiff (représentant, président de la commission du Renseignement à la Chambre des représentants)
-Nous avançons méthodiquement mais rapidement pour découvrir comment le Président a utilisé les leviers de sa fonction pour faire pression sur l'Ukraine pour enquêter sur un opposant politique. Aujourd'hui, nous avons assigné le secrétaire à l'Énergie Rick Perry pour des documents. Les Américains méritent d'apprendre tous les faits.
- Il y a quelques semaines, nous avons demandé des informations à deux associés Giuliani, Lev Parnas et Igor Fruman [arrêtés par le FBI à l’aéroport de Washington en tentant de fuir les Etats-Unis]. Ils auraient travaillé avec Giuliani pour faire pression sur l'Ukraine pour qu'elle s'en prenne aux opposants de Trump. Aujourd'hui, nous avons assigné ces deux personnes.
- L'effort désespéré de la Maison Blanche pour dissimuler et dissimuler ne dissuadera pas le Congrès d'exposer les faits :Trump a abusé de son pouvoir et mis en danger notre sécurité nationale. Nous avons le dossier d'appel. Nous avons les textes. La preuve de sa grave inconduite ne fait que croître.
- La Maison Blanche dit qu'il n'y a rien de mal à faire pression sur un gouvernement étranger pour qu'il intervienne dans une élection américaine. Ils disent : ils ne coopéreront pas à une enquête de destitution à moins que ce ne soit selon leurs modalités. Ils veulent dire : le Président est au-dessus de la loi. La Constitution dit le contraire.
- Les nations européennes comptent parmi nos plus proches alliés. Notre sécurité est entrelacée. Si la capitulation impulsive de Trump envers Erdogan conduit à une résurgence de l'EI, elle menace tout le monde - en Syrie, en Europe, et ici chez soi.

Joe Biden (ancien vice-président)
- Devant le peuple américain, Donald Trump a violé son serment d'investiture et trahi cette nation. Il doit être destitué.
- Le Président Trump a décidé que nous n'avions ni le pouvoir ni la volonté politique de le tenir responsable. Il ne se contente pas de nous tester... il se moque de nous. Nous devons lui prouver qu'il a tort. Il doit être destitué.
- Comme tout tyran, le président Trump se déchaîne parce qu'il a peur. Il a peur de voir à quel point je le battrai en novembre prochain.
- Permettez-moi de dire clairement au président Trump : Je ne vais nulle part. Vous n’allez pas me détruire. Et vous ne détruirez pas ma famille. Je me fiche de la saleté de vos attaques.
- Donald Trump a vendu les Forces démocratiques syriennes.. les courageux Kurdes et Arabes qui se sont battus avec nous pour détruire le califat de l'EI. Et il a trahi un allié local clé dans la lutte contre le terrorisme.

Kamala Harris (sénatrice de Californie,)
Compte tenu de son implication connue dans les efforts de Donald Trump pour pousser l'Ukraine à l'aider politiquement, le procureur général Bill Barr doit se récuser de l'affaire impliquant les amis de RudyGiuliani.

Beto O’Rourke (ancien représentant du Texas)
Les Kurdes ont tout risqué pour nous aider à combattre l'EI et maintenant, nous les abandonnons, laissant la place à une résurgence de l'État islamique. Ce n'est pas la manière de mettre fin aux guerres. L'approche de Trump consistant à abandonner nos alliés tuera un nombre incalculable de Kurdes ; et rendre notre pays moins sûr.

Cory Booker (sénateur du New Jersey)
Trump peut dire qu’il ne coopèrera pas avec la procédure de destitution qui se déroule contre lui, mais il n’est pas le dictateur en chef. En tant que membres du Congrès, nous avons tous prêté serment de défendre et de défendre la Constitution, y compris le contrôle de l'exécutif.

Hillary Clinton (ancienne secrétaire d’Etat)
- Nous n'aurions pas vaincu l'EI à ce moment-là sans les Kurdes. Ils méritent mieux que de voir les États-Unis se retirer brusquement.
- [Le prochain président] héritera d'alliances brisées, d'adversaires enhardis et de toutes sortes de divisions internes qui devront être résolues.
- Il me semble qu'il y a des preuves d'abus de pouvoir et d'obstruction à la justice et d'outrage au Congrès.
- Trump recherche une aide étrangère pour ses propres intérêts personnels et politiques. C'est une dangereuse violation de notre sécurité nationale.
- Trump croit qu'il peut changer la réalité simplement par la force de sa personnalité et ses mensonges et accusations constants
- Il ne s'agit plus seulement de ce qu'il dit de fou et dont tout le monde s'inquiète. C'est une menace directe à la sécurité nationale de l'Amérique.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire