vendredi 11 octobre 2019

Propos centristes. France – Attaque de la Turquie contre les Kurdes ; modèle social financé par modèle productif ; Revenu universel d’activité…

Voici une sélection, ce 11 octobre 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
- Je condamne avec la plus grande fermeté l’offensive militaire unilatérale qui est en cours en Syrie. J’appelle la Turquie à y mettre un terme le plus rapidement possible. La Turquie fait courir un risque humanitaire à des millions de personnes.
- Mon message à l’ensemble des entrepreneuses et entrepreneurs : il n’y a que l’envie, l’ambition et la force. Nous, on en a beaucoup, beaucoup et beaucoup encore.
- Il n’y a pas de modèle social si à côté il n’y a pas un modèle productif pour le financer. Ce modèle ne peut tenir sans des entrepreneurs qui créent de la valeur.
- [Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme] Ils s’appellent Connie, Elhadj, Zolelwa. Ils ont le SIDA, ont survécu à la tuberculose ou ont perdu un enfant du paludisme. Pour eux, nous nous sommes battus et avons levé 13.92 milliards de dollars. On continue le combat : nous aurons les 14 milliards dans quelques semaines !
- SIDA, tuberculose, paludisme : derrière ces mots se cachent des vies, des jeunes qui aspirent à une vie normale, à être amoureux de qui ils veulent, à avoir un travail, à mener des études. Nous n’avons pas d’autre choix que de réussir à lever ces 14 milliards de dollars.
- La France n’augmentera finalement pas sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme de 15% mais de 20% ! Un grand merci à Bill Gates qui a accepté de nous suivre en ajoutant lui aussi 60 millions de dollars supplémentaires.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Edouard Philippe (Premier ministre)
- Transparence, principe de précaution, suivi sanitaire et environnemental : je l’avais annoncé, le comité pour la transparence et le dialogue sur l’incendie de l’usine Lubrizol est désormais installé. À tous ceux qui ont été impactés, aux Rouennais : l’engagement de l’État à vos côtés reste total.
- Le Comité des signataires de l’Accord de Nouméa que j'ai présidé hier a permis de fixer les conditions pour réussir l’organisation de la 2e consultation sur l’accession à la pleine souveraineté de la Nouvelle-Calédonie.

Jean-Yves Le Drian (ministre des Affaires étrangères)
- L'offensive turque est extrêmement grave car ça remet en cause cinq ans de combat contre Daech.
- Les terroristes doivent être jugés là où ils ont commis leurs crimes.
- La France demande la réunion de la coalition internationale (...) pour mettre chacun au pied du mur. L'enjeu c'est notre sécurité qui est mise en question par l'offensive turque.
- [Offensive turque] Apparemment, le président Trump ne s'y est pas opposé.

Nicole Belloubet (ministre de la justice)
Réception des archives officielles du procès de Nuremberg au mémorial de la Shoah. Honorée d’avoir été témoin de ce moment de transmission d’une mémoire essentielle et nécessaire. Pour l’Histoire et les générations futures.

Florence Parly (ministre des Armées)
- Offensive en Syrie contre les Kurdes : "C'est une action grave que la Turquie a mise en œuvre
-Entretien ce matin avec mon homologue grec, Nikos Panagiotopoulos. La Grèce s’engage avec nous dans des coopérations de défense majeures.
- En 2010, nous avons décidé de bâtir une force conjointe interarmées avec le Royaume-Uni. Concrètement, cela veut signifie pouvoir, en quelques jours seulement, envoyer les forces françaises et britanniques en opération sous le commandement d’un état-major bilatéral. L’exercice Griffin Strike, c’est : 2000 militaires de la Marine Nationale et de la Royal Navy qui s’entraînent ensemble au large de Glasgow ; 15 bâtiments, 3 sous marins et des moyens aériens franco-britanniques ; plus de 10 jours d’entraînement

Bruno Le Maire (ministre de l’Economie et des Finances)
- Nous avons devant nous un défi considérable : le Pacte roductif. Que produire, comment, et avec qui pour que la France reste une grande nation industrielle et agricole, respectueuse de l'environnement ?
- Avec Emmanuel Macron, nous sommes totalement déterminés à réussir la reconquête industrielle. Les décisions que nous avons prises depuis 2 ans donnent des résultats : pour la première fois depuis plus de 10 ans, la France recrée des emplois industriels.

Elisabeth Borne (ministre de la Transition écologique et solidaire)
- [Incendie Lubrizol Rouen] Nous n’attendons pas des industriels qu’ils polémiquent sur l’origine de l’incendie, ce sera à l’enquête de la déterminer. Ils doivent être à la hauteur de la situation : qu’ils assument leurs obligations et soient exemplaires dans l’accompagnement du territoire !

Jean-Michel Blanquer (ministre de l’Education)
- Ce soir, nous sommes tous kurdes.
- Le développement durable au cœur des établissements par des actions concrètes. Avec Elisabeth Born et tous les recteurs, en atelier avec les associations et les institutions qui travaillent sur les enjeux environnementaux, pour déployer leur action avec professeurs et élèves.

Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics)
- Le budget 2020 soutient l'emploi et la compétitivité des entreprises Françaises. La baisse des impôts pour les entreprises sera de 1 milliard d'euros en 2020. Sur l'ensemble du quinquennat, elle atteindra 13 milliards d'euros.
Plus de la moitié des dépenses publiques sont des dépenses sociales. Le projet de financement de la sécurité sociale 2020 financera nos priorités pour répondre à l’urgence sociale.
- Le gouvernement est déterminé à lutter sans relâche contre le trafic de tabac de contrebande. C’est un enjeu de santé publique et de protection de nos concitoyens.

Frédérique Vidal (ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation)
Alors qu'1,7 million de jeunes ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation, le gouvernement se mobilise contre la précarité et lance une grande consultation citoyenne sur le RUA [Revenue universel d’activité]. Prenez la parole sur ce chantier fondamental pour la jeunesse et notre pays!

Cédric O (secrétaire d’Etat chargé du Numérique)
-Faire émerger de nouveaux champions technologiques en Europe est un enjeu d’intérêt général. Nous devons prendre conscience que nous sommes dans une compétition internationale féroce, que nous pouvons gagner grâce à nos talents.
- La France, sous l’impulsion d’Emmanuel Macron, est bien décidée à relever le défi. Depuis 2 ans, le gouvernement a entrepris des réformes courageuses dans l’éducation, la formation, l’économie, pour qu’enfin nous puissions rivaliser avec les géants chinois et américains.
- En France et en Europe, nous avons les talents et l’ambition nécessaires pour ne pas passer à côté de l’histoire et nous imposer sur la scène internationale comme un acteur incontournable de la technologie.

Brune Poirson (secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire)
- [COP25] [Il faut un] signal politique très fort. (…) Il est très important d'être très clairs sur la direction que nous souhaitons prendre, et le point d'arrivée c'est la neutralité carbone d'ici 2050.
- L'esprit de l'accord de Paris reste vivant, et que nous respections ses objectifs de limiter le réchauffement mondial à 1,5 degré et une neutralité carbone d'ici 2050. C'est tant précieux et vital pour l'humanité que nous devons faire tout notre possible
- Pour respecter l’Accord de Paris, nous avons besoin d’ambition, de cohérence et d’émotion : de l’ambition pour être certains d’atteindre les objectifs que l’on se fixe ; de la cohérence pour guider nos politiques publiques au quotidien ; de l’émotion pour faire parler la science.

Christelle Dubos (secrétaire d'État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé.)
- [Le « revenu universel d’activité] C’est l’une des réformes majeures portées par la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, lancée en septembre 2018 par le président de la République. Il s’agit de réunir le plus grand nombre d’aides sociales en une seule prestation plus lisible, plus simple et plus incitative au retour à l’emploi. Ce rapprochement concernera à minima trois allocations : le Revenu de solidarité active (RSA), la prime d’activité et l’aide au logement (APL).
- Près de 30 % des personnes qui peuvent toucher le RSA ne le demandent pas. C’est autant de personnes en difficulté qui se retrouvent dans une situation encore plus précaire que celle qu’elles vivent déjà. Cela s’explique par un système d’aides sociales trop compliqué dans lequel les Français ne se retrouvent plus. Par ailleurs, il ne favorise pas assez le retour à l’emploi. Or, nous voulons que ce revenu universel d’activité soit une arme contre la pauvreté. Nous vivons dans un pays riche qui compte 9 millions de pauvres. C’est 14 % de la population. On estime que ce taux de pauvreté serait de 22 % sans notre système social. Il permet donc de limiter la précarité, mais ne permet pas assez de sortir de la pauvreté. Si les conditions actuelles restent identiques, on estime qu’il faudrait en moyenne six générations pour que les descendants d’un enfant né dans une famille pauvre sortent de la pauvreté.
- Nous voulons briser ce cercle vicieux de la misère par des mesures de bon sens qui s’attaquent aux inégalités du quotidien : comme les petits-déjeuners servis à l’école, la cantine à 1 € pour les familles rurales pauvres ou la lutte contre le surendettement. Et par des réformes de fond comme la création du Revenu universel d’activité et la mise en place d’un véritable service public de l’insertion. Parce que le meilleur moyen de sortir de la pauvreté est d’accompagner les personnes vers l’emploi.
- Nous réfléchissons à la création d’un grand revenu universel qui pourrait regrouper aussi l’allocation adulte handicapé, le minimum vieillesse et être étendu aux 18-25 ans en situation de précarité. Nous élargissons le débat en ouvrant une consultation citoyenne, via un site internet dédié [consultation-rua.gouv.fr] ouvert au grand public ce mercredi 9 octobre. Nous voulons recueillir l’avis de tous les Français sur cette réforme. Rien que le RSA, l’allocation logement et la prime d’activité concernent 15 millions de personnes, pour 37 milliards d’euros de budget annuel. Il s’agit à la fois de refonder notre protection sociale et de reprendre confiance dans ce système auquel nous sommes tous très attachés. Nous voulons écouter les idées, connaître les inquiétudes, prendre le temps nécessaire pour que ce Revenu universel d’activité soit une réussite totale.
- Quels doivent être les grands principes du futur Revenu universel d’activité ? Quelles prestations devrions-nous rassembler ? Devons-nous inclure les jeunes de 18-25 ans dans le dispositif ? Tous les 18-25 ans ou seulement ceux qui ont déjà travaillé ? En tenant compte des revenus de leur famille ou en ne prenant en compte que leurs ressources individuelles ? Est-ce qu’on devra toujours faire une première démarche pour recevoir sa prestation ? Toutes ces questions seront posées dans la consultation à tous les Français. Mais je voulais aussi donner la parole plus particulièrement aux personnes les plus fragiles. C’est pourquoi nous allons également organiser six ateliers citoyens d’ici la fin de l’année, à Bordeaux, Roubaix, Saint-Etienne, Besançon, Chartres et Avignon. Ils réuniront entre 80 et 100 personnes chacun, dont la moitié de bénéficiaires des aides sociales - premiers concernés par la réforme - ainsi que des professionnels du travail social ou du monde associatif. L’ensemble de ce qui sera exprimé, sur le site Internet ou lors des ateliers, fera l’objet d’une synthèse publique début 2020 qui nous aidera à écrire notre projet de loi.
- La mise en application [du Revenu universel d’acitivit »] n’est envisagée qu’en 2022, voire 2023, pas avant. Je ne veux pas d’un système qui fonctionnerait « à peu près », mais une réponse efficace à la précarité.
- Tant que nous n’avons pas décidé de toutes les allocations qui seront regroupées, nous ne pouvons pas définir le montant de ce futur revenu. En revanche, nous posons plusieurs garanties très fortes. Un, nous ne réduirons pas le montant global des aides sociales. Pas question de chercher à faire des économies déguisées, ni de porter une réforme qui pénalise les plus vulnérables ! Deux, si nous intégrons l’allocation adulte handicapé, nous nous engageons à ce que les 10 milliards de budget qu’elle représente soient effectivement réservés au handicap dans le futur système. Trois, l’aide au logement restera calculée à part et pourra être versée directement aux bailleurs sociaux, comme c’est le cas aujourd’hui. Enfin, si les jeunes sont intégrés au revenu universel d’activité, le budget sera augmenté.

Sibeth Ndiaye (porte-parole)
- 30% des bénéficiaires du RSA ne le demandent pas. Pour le minimum vieillesse, c’est 40%. Des chiffres insupportables. Trop complexe, notre système d’aides sociales finit par ne plus protéger. Nous VOUS donnons donc la parole pour construire le #RUA qui nous protégera, vraiment.
- [Crise des urgences]Nous sommes depuis 10 ans le premier gouvernement à avoir augmenté les tarifs hospitaliers, à avoir restitué aux hôpitaux la totalité des crédits qui ont été mis en réserve.
- [Crise des urgences] Nous manquons cruellement d'urgentistes. La ministre a eu l'occasion de présenter un plan d'action pour les urgences, [...] dont 80% est consacré à des ressources humaines nouvelles.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Par ce vote négatif du Parlement européen, Sylvie Goulard a fait l’objet d’un jeu politique qui touche la Commission européenne dans son ensemble. Le Président Emmanuel Macron fait part de sa volonté d'échange avec Ursula von der Leyen pour comprendre ce qu'il s'est passé.

Richard Ferrand (président de l’Assemblée nationale)
Artisan de la réconciliation entre l’Éthiopie et l’Érythrée, le prix Nobel de la Paix décerné à Abiy Ahmed est une juste distinction pour ce Premier ministre, qui n’a cessé d’œuvrer pour la paix et la coopération internationale. Un vent d’espoir pour l’Afrique !

Stanislas Guerini (délégué général)
- La communauté internationale doit faire bloc derrière les Kurdes. Nous leur devons. La décision de la France et de nos alliés européens de saisir le Conseil de sécurité de l'ONU est une bonne chose. Il en va de notre sécurité et de nos valeurs.
- Ceux qui se partagent l'Europe et la paralysent depuis des décennies ont une fois de plus préféré les enjeux politiciens aux intérêts de l'UE. Derrière le rejet de Sylvie Goulard, c'est le match perdu aux élections européennes qu'ils rejouent. Les Européens méritent mieux.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
- La réforme des retraites est très ambitieuse, nous la ferons. Aujourd'hui, le système est incompréhensible, inégal et ne tient plus financièrement. La réforme prévoit des transitions pour que tout le monde s'y retrouve, nous prenons le temps de la concertation.
- Ce n'est pas une défaite pour le président, c'est une défaite pour l'Europe. Les mêmes partis qui ont bloqué la nomination de Sylvie Goulard sont ceux qui bloquent l'Europe depuis 20 ans ! Nous sommes déterminés à profondément transformer l'Europe.
Les députés LaREM saluent l’attribution du Prix Nobel de la Paix au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed. C'est la récompense de son engagement pour la réconciliation nationale en Éthiopie et un encouragement à poursuivre l'ouverture du pays après des décennies d’isolement.

PieyreAlexandre Anglade (député)
- La droite et la gauche européenne au Parlement européen n’acceptent pas la nouvelle donne politique issue des dernières élections européennes. Ils préfèrent plonger l’Europe dans l’incertitude et la crise que de remettre en cause leur hégémonie.

Loïc Dombreval (député)
Le gouvernement a lancé une consultation citoyenne pr construire le revenu universel d’activité : un grand nombre d’aides sociales en une prestation unique plus accessible ; une plus grande sécurité financière pour les plus vulnérables.

Laurent Saint-Martin (député)
-  Première partie du projet de loi de Finances : adoptée en commission à l’Assemblée nationale au terme de 3 jours d'examen ! Plus de pouvoir d'achat. Mieux d'écologie. Moins de «petites taxes» pour un impôt plus lisible et  plus juste
-  Nos promesses ont été tenues ! 14 Md$ seront versés au Global Fund pour la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. La France, deuxième contributeur historique du Global Fund, réaffirme ses engagements en augmentant sa participation de 20%, pour un total de 1,3 Md$.

Guillaume Vuilletet (député)
Plus de 110 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex-compagnon depuis le début de l'année, c'est insupportable.

Nathalie Loiseau (députée européenne)
L’attaque de l’armée turque contre les Kurdes de Syrie est une faute et fait courir à l’Europe des risques sérieux. La victoire contre Daesh est fragilisée, la lutte contre le terrorisme affaiblie. L’Europe doit se souvenir de qui l’a soutenue dans son combat et se faire entendre

Séphane Séjourné (député européen)
Sylvie Goulard a été très clairement otage de jeux politiques nationaux et européens. Cela montre que depuis le début, il n’a jamais été question de ses compétences. Les ressentiments ne doivent pas écrire la politique européenne.

Pascal Canfin (député européen)
322 députés de la majorité s’engagent à rendre public leur agenda de rencontres avec les lobbies. Un engagement important pour le bon fonctionnement de la démocratie ⁦

●MoDem
Sarah El Hairy (porte-parole)
Suite à la candidature écartée de Goulard, nous devons maintenant nous unir pour conserver ce portefeuille européen stratégique pour la France nous ne pouvons pas nous réjouir d'une éventuelle perte d'influence.

Erwan Balanant (député)
[Violences conjugales] Dans les cas d'extrême urgence, nous devons permettre au Procureur de la République de prendre une ordonnance de protection afin d'améliorer la protection des victimes

Bruno Joncour (député)
Prix Nobel de la Paix 2019 au Premier Ministre éthiopien Abiy Ahmed : Une décision juste et justifiée pour un artisan de paix et de réconciliation Un encouragement fort à persévérer et à poursuivre son action.

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)
- L’assassin Erdogan menace l’Europe en jouant une fois de plus avec le destin des malheureux réfugiés. L’UE doit répondre à ce honteux chantage en disant qu’elle interdirait alors toute importation des 84 Mds de produits turcs que nous importons (50% de ses exportations)!
- Contrairement à beaucoup, je ne me réjouis pas du rejet par le Parlement Européen de Sylvie Goulard au prétexte du camouflet à Emmanuel Macron car : 1) elle aurait été une excellente commissaire ; 2) le portefeuille de la France risque d’être rétréci ; 3) ça pue la petite politique!
- Un homme suspecté de radicalisation nommé responsable du fichier recensant les auteurs d'infractions terroristes, comment est-ce possible ?

●Mouvement radical
Laurent Hénart (président)
Je condamne avec la plus grande fermeté l’attaque antisémite et raciste survenue lors de Yom Kippour à Halle. L’actualité en Allemagne comme en France démontre, chaque semaine un peu plus, l’inacceptable retour des haines en Europe, qui frappent des individus pour ce qu’ils sont


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire