samedi 17 octobre 2020

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Assassiné pour avoir enseigné la liberté


Toute attaque terroriste est un acte odieux et inacceptable.

Toute victime d’un acte terroriste est une victime de trop.

Mais la décapitation d’un professeur d’histoire d’un collège de Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines par un terroriste excité par des dénonciations calomnieuses sur les réseaux sociaux de minables et au seul motif qu’il donnait un cours d’éducation civique sur la liberté d’expression et qu’il montrait, pour l’illustrer, aux élèves qui le souhaitaient des caricatures de Mahomet publiées par Charlie hebdo, est d’une dimension encore plus odieuse parce qu’elle touche au cœur de ce qu’est la démocratie républicaine: la formation de citoyens libres et responsables, respectueux de l’autre qui possèdent le droit imprescriptible de s’exprimer et de se forger une opinion par eux-mêmes.

Comme l’a dit avec la force de l’émotion le Président de la République, «Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression, la liberté de croire et de ne pas croire».

Parce que l’objectif des terroristes islamistes est, en attendant d’établir leur dictature sanglante sous le nom de califat universel, d’empêcher la libre expression le plus possible et d’éliminer tous ceux qui la défendent et la pratiquent en instaurant, dans le même temps, une terreur pour faire taire définitivement tous ceux qui agissent au nom de la liberté.

Assassiner un professeur est l’acte criminel emblématique de ces terroristes contre lequel tous les démocrates doivent se lever, s’indigner et faire front avec cette affirmation, «ils ne passeront pas», qu’a utilisée fort justement Emmanuel Macron.

Oui, ils ne passeront pas et, oui, ils ne feront pas taire ceux qui sont là pour nous apprendre à être libres.

La démocratie républicaine est en deuil parce que le plus profond de son âme a été atteint, parce qu’un de ses membres chargés de l’enseigner a été lâchement tué par un fanatique.

Mais ses partisans ne sont pas à terre et ne plieront jamais devant l’infâme et monstrueuse abjection parce qu’ils tirent leur résilience et leur courage des valeurs humanistes que des criminels de bas étage veulent détruire.

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.