mercredi 10 novembre 2010

Une semaine en Centrisme. Un Borloo roulé dans la farine peut-il rebondir?


C’est Jean-Louis Borloo qui l’a annoncé: il ne sera pas premier ministre, Nicolas Sarkozy lui ayant laissé entendre que François Fillon serait reconduit à sa place. Info ou intox d’un prétendant qui veut encore y croire en faisant une tentative de dernière minute pour faire pression sur la décision de l’Elysée?

Car, comme il était prévisible, le président du Parti radical qui a fait ces confidences devant ses troupes, les agrémentées, de menaces envers le président de la république: il va se porter à la tête d’une hypothétique confédération des centres, il va reprendre sa liberté de parole et il va se présenter à l’élection présidentielle de 2012.

Le problème pour Jean-Louis Borloo est que sans le poste de chef du gouvernement il ne représente plus que lui-même, c’est-à-dire politiquement pas grand-chose et les sondages qui montraient que les Français ne voyaient pas en lui un leader pour occuper des postes de commandement ne lui serviront pas dans ses nouvelles ambitions affichées.

En outre, ces derniers mois, pour s’assurer d’être nommé à Matignon, il s’est dit solidaire de toutes les décisions prises par Nicolas Sarkozy même les plus controversées, même celles que les centristes ont rejeté. Il va lui falloir quelques contorsions aussi opportunistes que les précédentes pour dire qu’il n’était pas d’accord avec ce qu’il approuvait la veille…

Enfin, sa fameuse confédération des centres qu’il agite ne représentera au mieux qu’une partie des centristes de l’UMP, une partie des centristes du Nouveau Centre et quelques micro-partis comme la Gauche moderne, c’est-à-dire même pas la moitié des centristes en laissant de côté le Mouvement démocrate et l’Alliance centriste sans parler des Radicaux de gauche.

On peut comprendre le ressentiment éprouvé par Jean-Louis Borloo qui s’est peut-être vu en haut de l’affiche un peu trop tôt. Néanmoins, s’il n’est pas nommé, on peut dire qu’il a participé à l’instrumentalisation des centristes, de même que ceux qui l’ont suivi et qui ont montré, une fois de plus, qu’il suffisait qu’on leur propose quelques strapontins pour se rallier avec ceux qu’ils critiquaient vertement hier. Une instrumentalisation qui, malheureusement, ne sert pas le Centre et ses idées au moment même où la galaxie centriste est morcelée.

Evidemment, un homme politique est légitime à avoir de l’ambition pour lui-même et pour les idées qu’il défend. Rien à redire à se sujet. Cependant, le bal des prétendants autour de Jean-Louis Borloo a été quel que peu indécent. Ce qui ne veut pas dire que ceux qui tournoyaient autour du ministre de l’Ecologie ne seront pas du prochain gouvernement comme Jean-Christophe Lagarde, le président exécutif du Nouveau Centre, qui a indiqué avoir reçu des assurances de la part de Nicolas Sarkozy qu’il a rencontré en privé. Un poste dans l’équipe d’un président de la république qu’il critiquait il y a peu. Il faut dire que cela lui permettra d’avoir une exposition politique plus grande puisque son adversaire à l’intérieur du Nouveau Centre, Hervé Morin, ne lui laisse guère de place pour exister.

Reste que cet épisode laissera sans doute beaucoup d’amertume aux centristes qui ont rejoint la majorité présidentielle, eux qui se plaignaient déjà de ne pas compter pour grand chose. A moins que Nicolas Sarkozy soit encore en train de jouer avec les nerfs des uns et des autres. Le problème c’est que ce jeu ressemble plus à une bouffonnerie qu’à l’exercice responsable du pouvoir par un président de la république…

Alexandre Vatimbella

Directeur de CREC

Jean-Louis Pommery

Directeur des études du CREC

Aucun commentaire: