lundi 9 mai 2011

Actualités du Centre – Grande Bretagne – Les centristes britanniques en pleine tourmente


Leur demande d’un changement de mode de scrutin avec introduction de proportionnelle rejeté par référendum (par 67% des votants) et une déroute aux élections locales mettent en grande difficulté les Libéraux-démocrates en Grande Bretagne.
Le parti centriste britannique qui fait partie de la coalition avec le Parti conservateur et dont le leader, Nick Clegg, est vice-premier ministre du gouvernement dirigé par David Cameron est en constante perte de vitesse depuis qu’il a accédé au pouvoir.
Deux explications principales sont à l’origine des déroutes électorales qui se suivent et se ressemblent pour les Libéraux-démocrates depuis un an. D’abord, cette alliance avec les conservateurs n’a pas été bien vue d’une partie de l’électorat d’une formation plutôt cataloguée au centre-gauche. Ensuite, celle-ci a très rapidement tournée le dos à ses promesses électorales de manière très cynique (même si la grave crise économique touchant le pays en est la cause) alors que, justement, une des raisons de son succès aux élections législatives avait été la perception de son honnêteté face aux deux grandes formations, le Parti travailliste et le Parti conservateur.
Les conservateurs, pourtant au pouvoir comme les libéraux-démocrates, ont même gagné des sièges aux élections locales ce qui démontre, a contrario, la claque prise par ces derniers. Pourtant, Nick Clegg déclaré que même si «c'est un coup dur pour ceux qui, comme moi, croient à la nécessité de réformes politiques», «le travail du gouvernement» allait continuer.
De son côté, le ministre du Commerce et un des leaders de la formation centriste, Vince Cable, a été plus critique face à ses alliés gouvernementaux: «les conservateurs sont apparus impitoyables et calculateurs» au cours de la campagne électorale, même s’il a conclu que cela «ne veut pas dire que nous ne pouvons pas travailler avec eux. (…)Il faut être professionnels et travailler avec des gens avec qui on ne fait pas forcément bon ménage. C'est cela être adulte en politique».

Aucun commentaire: