lundi 28 novembre 2011

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Tous les centristes défendent les mêmes principes de base immuables


Si je me bats pour le Centrisme du XXI° siècle, celui qui doit se construire aujourd’hui dans un monde tel qu’il est et qui doit préparer le monde de demain, un Centrisme du juste équilibre qui façonne mais aussi qui prend en compte la réalité de l’évolution de nos sociétés, je ne renie pas le Centrisme d’hier car celui fonctionnait sur quelques principes de base qui demeureront immuables pour tous ceux qui souhaitent bâtir un société humaniste.
Le Centre possède depuis sa création politique, un socle solide sur lequel il s’est bâti et s’est structuré au cours des XVIII° et XIX° siècles. Un socle qui venait d’encore plus loin et qui rassemble toujours ceux qui croient à la justesse de cet investissement dans un combat politique pour une démocratie sociale du consensus pacifiée et non de l’affrontement idéologique dur.
Ceux qui se sont déclarés du Centre au cours de l’histoire ne l’ont pas fait parce qu’ils estimaient que leur positionnement leur permettrait de ne pas être en première ligne. Bien au contraire. Ils savaient qu’ils seraient, justement, des cibles faciles pour les extrêmes qui n’ont qu’à enflammer les peuples avec des grands mots et des promesses utopiques tout en ridiculisant ceux qui seraient présentés comme des petits comptables du quotidien, mous et insipides, hésitant constamment entre la Gauche et la Droite, en quête de postes dans une démarche opportuniste.
Mais défendre la réforme dans la modération, le consensus dans l’apaisement, le progrès dans le pragmatisme, le tout en faisant preuve de responsabilité face aux conservatismes frileux et aux chamboulements radicaux destructeurs est loin d’être une sinécure et ces principes sont loin d’être insipides.
Au contraire.
L’humanisme - la personne humaine au centre de tout - dont ils procèdent a une vision forte: bâtir une société, non pas idéale ou parfaite, mais où l’on œuvre pour tous et où l’on veut trouver des solutions qui donnent à chacun la chance de vivre sa vie du mieux possible.
D’autant que bâtir le réel est bien plus ardu que d’imaginer des utopies dont on sait qu’on ne pourra jamais les mettre en place…
Le courage politique est bien dans l’action et non dans l’incantation.
Parvenir à cela est un challenge loin d’être gagné d’avance. La violence, les oppositions et les confrontations dures de groupes défendant leurs intérêts particuliers face à la cohésion de la communauté et en niant la liberté des autres l’ont montré à travers l’histoire.
Ces quelques principes forts, tous les centristes les défendent et les font leurs. Ils ont en commun cette volonté de réformer encore et toujours la société pour l’adapter au réel tout en ne s’écartant pas des valeurs humanistes.
Il est bon de le rappeler actuellement alors que les centristes sont divisés et semblent oublier ce qui les rassemble pour ne mettre en avant que ce qui les éloignent.
Qu’ils cultivent leurs différences pour enrichir la réflexion et l’action centristes est une bonne chose. Le monolithisme n’est guère propice à une pensée libre.
Qu’ils expriment leurs personnalités et leurs spécificités ne peut que faire progresser le débat d’idées.
Néanmoins, qu’ils n’oublient jamais que vouloir être centriste n’est pas seulement une simple affirmation mais recouvre l’appartenance à un vrai courant de pensée qui n’est pas arrivé jusqu’au deuxième millénaire par hasard, ni en oubliant ses racines.

Aucun commentaire: