samedi 5 mars 2016

Actualités du Centre. UDI: l’heure du règlement de compte d’Hervé Morin a sonné

Si l’on avait encore des doutes sur la volonté d’Hervé Morin et de ses amis du Nouveau centre de faire la peau à Jean-Christophe Lagarde et à l’UDI, il suffisait de se rendre au congrès que cette composante de la confédération centriste organisait le 5 mars à Vendôme, quinze jours avant le congrès de Versailles qui devra déterminer si cette dernière aura un candidat indépendant à la présidentielle de 2017.
Tout d’abord en écoutant Morin au pupitre de la tribune sur lequel on pouvait lire sur une pancarte «Rassemblons le Centre» (ce qui n’était pas une plaisanterie) accusant Lagarde de lui avoir «volé l’élection» à la présidence de l’UDI.
Ensuite en laissant traîner ses oreilles dans les travées où on accusait ouvertement le président de l’UDI de tricherie et autres méfaits, comme d’habitude.
Enfin, en lisant la motion finale adoptée, soi-disant votée dans l’optique de reconstruire «un grand parti central de la modernité et de la rénovation» (sic) après les rendez-vous électoraux de l’année prochaine.
Ainsi, dans celle-ci, le Nouveau centre menace ouvertement de «reprendre sa liberté» si l’UDI présentait une candidature unique à la primaire de la Droite et du Centre.
Cette hypothèse qui n’a jamais été envisagée officiellement est une manière de menacer Jean-Christophe Lagarde d’une scission s’il avait l’intention de se présenter à cette primaire.
Mais elle pose un problème majeur: comment une composante de la confédération peut menacer de la quitter si un vote démocratique de tous les militants va à l’encontre de sa position qu’elle a fait exprès de prendre juste avant cette consultation?!
Jean-Christophe Lagarde, on l’aura compris, n’était évidemment pas présent à ce congrès alors que l’on y trouvait les représentants des diverses composantes de l’UDI dont Laurent Hénart, président du Parti radical et principal soutien de Lagarde – mais aussi chaud partisan d’une candidature indépendante de l’UDI à la présidentielle – ainsi que des représentants du Mouvement démocrate qui buvait du petit lait, eux qui se sont toujours proclamés les seuls légitimes du Centre.
Et, sans rire, Philippe Vigier, le président du groupe UDI à l’Assemblée nationale, pouvait affirmer que leur présence montrait que le Nouveau centre était le vrai rassembleur du Centre et ce, au moment, où il menace de détruire l’UDI.
Ce que ne réalise sans doute pas les leaders du Nouveau centre, sauf ceux qui ont déjà leurs valises prêtes pour rejoindre LR, c’est qu’en agissant ainsi, pour se venger de Jean-Christophe Lagarde mais aussi de Jean-Louis Borloo et assouvir leur haine, ils risquent aussi de s’autodétruire.



Aucun commentaire: