dimanche 3 avril 2016

Une Semaine en Centrisme. C’est quoi «les valeurs de la Droite et du Centre»?

«Valeurs de la Droite et du Centre», voilà une expression que l’on entend de plus en plus dans la bouche des dirigeants de Les républicains mais aussi dans les médias.
Qu’est-ce d’abord qu’une valeur?
En philosophie, plus particulièrement en philosophie morale mais aussi en philosophie politique, la question de la valeur et d’un système de valeur divisent depuis Platon sur ce que l’on entend par ces termes, souvent fourre-tout, ainsi que sur leur réalité.
Pour le philosophe athénien, les valeurs se rapportaient à un Bien qui était indiscutable.
Néanmoins, au cours des siècles, le concept de valeur a été balloté entre les «objectivistes» et les «subjectivistes» (entre système de valeurs universelles et système de valeurs propre à chaque individu), sans oublier ceux qui niaient qu’il puisse en exister, comme les plus extrémistes d’entre eux, les nihilistes avec Nietzsche à leur tête.
Sans entrer dans un débat que l’on ne pourrait que survoler ici, disons qu’en politique, il existe des systèmes de valeurs défendus par les différents courants politiques ainsi que des systèmes plus larges englobant plusieurs de ces courants, comme par exemple, les fameuses «valeurs républicaines».
Quant à la valeur, elle peut se définir, très schématiquement, comme une référence et une base à l’action qui la légitiment.
Venons-en maintenant à la question de ces «valeurs de la Droite et du Centre» que nous rabâchent sans cesse les dirigeants de LR (Les républicains) pour embrigader dans un même mouvement droitistes et centristes dans leur primaire et dès le premier tour de l’élection présidentielle.
Selon la «Charte de la primaire LR», non seulement les candidats mais leurs parrains devront les partager.
On a bien compris que cette obligation a comme but d’éliminer les candidats mais surtout les parrains venus de formations politiques de gauche ou d’extrême-droite.
En revanche, qu’est-ce que cela veut dire «valeurs de la Droite et du Centre»?
Que toutes les valeurs de la Droite sont celles du Centre et inversement?
Qu’il faut partager à la fois les valeurs de la Droite et les valeurs du Centre pour être candidat et parrain?
Que c’est une nouvelle escroquerie pour embarquer le Centre sans sa volonté dans cette primaire qui n’est celle que d’un parti, Les républicains?
Que dit la Charte de la primaire adoptée par les instances de LR?
En son article un, elle déclare que «Le candidat à la présidence de la République soutenu par le parti Les Républicains en vue de l’élection présidentielle de 2017 est désigné à l’occasion d’une primaire ouverte à l’ensemble des citoyens partageant les valeurs républicaines de la droite et du centre et s’engageant pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France».
Voilà qui ne donne guère de précision sur ces valeurs sauf qu’elles sont «républicaines».
Mais si elles ne sont que républicaines, cela signifie a priori que la gauche les partage également.
Essayons de voir ce qui distingue les valeurs de la Droite et du Centre, si tenté qu’il y en ait de réelles qui soient, à la fois, particulières et communes aux deux.
Puisqu’il s’agit des valeurs «républicaines», prenons d’abord la devise de la France, liberté, égalité, fraternité.
On ne peut pas dire que ce sont des valeurs uniquement de la Droite et du Centre, la Gauche s’en réclamant également.
Mais s’il s’agit de l’intensité de ces valeurs et de leurs relations entre elles, on ne peut pas dire que la Droite et le Centre soient exactement sur le même plan.
Si la liberté semble aussi importante des deux côtés (de même que la responsabilité qui va avec) et qu’elle a, à très peu de chose près, la même signification pour la Droite et le Centre, c’est moins le cas pour l’égalité où si l’égalité politique est identique, ce n’est pas le cas pour l’égalité sociale qui est un peu plus forte au centre qu’à droite – même si la méritocratie est autant défendue de chaque côté – ce qui découle, avant tout, d’une fraternité plus étendue chez les centristes qui vient, notamment, de leur héritage démocrate-chrétien, du personnalisme de Marc Sangnier et du solidarisme de Léon Bourgeois.
Donc, si l’on s’arrête au triptyque français, soit tous les partis républicains partagent ses valeurs, soit, si on prend, leur interactions les unes vis-à-vis des autres et leur degré d’application, elles ne sont pas identiques ce qui signifie, dans ce cas, qu’elles ne sont pas communes aux partis de droite et aux partis du Centre.
Si l’on veut parler des «valeurs humanistes» alors, là aussi, tous les partis politiques s’en revendiquent.
Evidemment, ce terme générique souvent employé ne signifie pas grand-chose si l’on ne dit pas quelles sont ces valeurs, ce que les politiques ne font pas souvent…
Peut-être que là, la Droite et le Centre partagent les mêmes, à l’intensité identique, ce qui les différencierait de la Gauche et de l’extrême-droite.
On peut estimer que ces valeurs sont, outre la liberté, l’égalité et la fraternité, la tolérance, la solidarité et l’on englobera également la vertu qu’est le respect.
Mais il faut néanmoins constater que le Centre défend une tolérance plus grande que la Droite ainsi qu’une solidarité plus étendue, la Droite privilégiant avant tout ici l’intérêt individuel.
Quant au respect du à la personne, le Centre en fait une de ses pierres angulaires alors que la Droite se focalise souvent sur celui du avant tout aux institutions.
Si l’on prend le principe de laïcité et que l’on dit par un rapprochement un peu excessif qu’il est une valeur, alors même chose que pour la devise nationale, tous les partis républicains la défendent mais la voient avec une intensité selon les cas et dans une application dans le champ sociétal qui sont différentes.
Cela vaut pour le Centre et la Droite dont les positions ne sont pas identiques.
Si l’on prend la sûreté dans ce que «vivre en sécurité» serait une valeur, même chose que pour la devise nationale, le principe de laïcité ou les valeurs humanistes, tous les partis politiques s’en réclament même s’ils ont des vues souvent très différentes quant à l’application de cette «valeur».
Bien entendu, on pourrait continuer à étaler des valeurs ou des concepts qui se rapprochent de ce qu’est une valeur mais on quitterait la définition même de la Charte de la primaire de LR qui ne parle que des «républicaines».
Force est de reconnaître, in fine, que ces valeurs républicaines de la Droite et du Centre» sont identiques à celles de la Gauche sur les grands principes.
Si l’on étudie leurs articulations entre elles et leurs degrés, alors chaque courant idéologique est différent d’un autre, ce qui semble normal si l’on estime que la Droite n’est pas Centre qui n’est pas la Gauche qui n’est pas la Droite sans même parler de l’extrême-gauche ou de l’extrême-droite.
Dès lors, soit les valeurs communes à la Droite et au Centre sont celles qui sont communes à tous les partis républicains, soit leurs articulations entre elles et leurs degrés d’application dans l’organisation de la société qui sont différents font qu’il n’existe pas une ligne politique identique entre la Droite et le Centre, donc pas de valeurs communes dans cette acceptation pratique de l’expression «valeurs communes».
Ce qui revient à signifier que la Droite n’est pas le Centre est inversement.
Ce qui n’empêche évidemment pas une coalition entre partis droitistes et centristes… républicains.

Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC


Aucun commentaire: