mercredi 7 septembre 2016

Présidentielle 2017. Sondage: Bayrou battu largement par Macron

François Bayrou en compagnie d'Emmanuel Macron
François Bayrou n’aimait pas Emmanuel Macron.
Avec les résultats de ce nouveau sondage sur le premier tour de l’élection présidentielle réalisé par TNS-SOFRES pour Le Figaro, il aura encore plus de raisons de le considérer comme un adversaire.
Ainsi, si l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande décide de se présenter en 2017 en candidat indépendant, il obtiendrait en 15% et 20% des voix selon les hypothèses retenues, nettement plus que François Bayrou qui aurait entre 8% et 13%.
Surtout, en cas de présence simultanée de Macron et Bayrou, le premier l’emporte à chaque fois.
Dans l’hypothèse où François Hollande est le candidat du PS et Nicolas Sarkozy est le candidat de LR, Emmanuel Macron obtient 16% des voix alors que François Bayrou n’en obtient que 9%.
Dans l’hypothèse où Arnaud Montebourg est le candidat du PS et Nicolas Sarkozy est le candidat de LR, Emmanuel Macron obtient 18% des voix alors que François Bayrou n’en obtient que 8%.
Et, pour enfoncer le clou, François Bayrou réalise son meilleur score (13%) dans l’hypothèse où François Hollande et Nicolas Sarkozy sont candidats mais pas Emmanuel Macron!
Ce dernier obtient son plus haut pourcentage (20%) dans l’hypothèse où Arnaud Montebourg et Nicolas Sarkozy sont candidats mais pas François Bayrou.
On voit bien que les électorats d’Emmanuel Macron et de François Bayrou se chevauchent mais que celui du premier nommé est plus large actuellement.
Reste que dans aucune des hypothèses testées, ni Macron, ni Bayrou ne sont présents au second tour.
Néanmoins, dans l’hypothèse où Montebourg et Sarkozy sont candidats, Macron devance nettement le premier et ne se retrouve qu’à deux points du second.
Seule consolation pour François Bayrou, lorsqu’il réalise sont meilleur score, il est désormais à égalité avec François Hollande mais loin de Nicolas Sarkozy.
A noter également qu’Alain Juppé demeure en tête au premier tour devant Marine Le Pen sauf quand Emmanuel Macron est candidat.
Dans ces cas de figure, la candidate du Front national devance le maire de Bordeaux dont une partie des électeurs votent pour l’ancien ministre de l’Economie.
Dans toutes les hypothèses, la représentante de l’extrême-droite se qualifie pour le second tour.
On voit bien que l’électorat d’Emmanuel Macron vient bien majoritairement de cet axe central réunissant les gaullos-réformistes, les libéraux sociaux et les sociaux-libéraux, tout comme ceux d’Alain Juppé et de François Bayrou.
A noter également que la présence d’Emmanuel Macron permet à Jean-Luc Mélenchon de devancer François Hollande ou d’être à égalité avec lui et de devancer, dans tous les cas de figure, Arnaud Montebourg.
(Sondage TNS-SOFRES réalisé du 2 ou 5 septembre 2016 par internet auprès d’un échantillon de 1006 personnes de plus de 18 ans représentatif de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)

Alexandre Vatimbella



A lire aussi:




Aucun commentaire: