jeudi 8 juin 2017

L’Humeur du Centriste. Macron-la-chance?

Emmanuel Macron
Depuis l’élection de Macron, beaucoup se plaisent à affirmer que sa victoire ne serait pas légitime pour de multiples raisons plus ou moins obscures.
Dans celles-ci revient souvent la chance.

Macron serait ainsi un grand veinard qui ne serait là que parce qu’il a bénéficié de circonstances exceptionnellement favorables.

De la défaite de Juppé à la primaire de LR à celle de Valls à celle du PS en passant par la déconfiture de Hollande l’empêchant de se représenter sans oublier l’affaire Fillon, la médiocrité de Hamon, l’incapacité de Le Pen à jouer le jeu d’une démocrate et le renoncement de Bayrou à se présenter puis son soutien.

Sans oublier, comme le dit Mélenchon dont on se demande où s’arrêtera son délire mégalomaniaque aussi piteux que détestable, que s’il avait été au second tour, il aurait «plié» Macron.

Oui, c’est vrai, Emmanuel Macron a bénéficié de circonstances favorables pour se faire élire.

Pour autant, peut-on parler de chance?

Parce qu’alors, il faut remonter jusqu’à sa naissance voire celle de ses parents et de ses aïeuls pour démontrer toute la chance qu’il a eue de parvenir là où il est aujourd’hui.

Et puis, il faudrait parler de la chance de tous ceux qui se sont fait élire.

Quelques exemples parmi d’autres: la guerre d’Algérie pour De Gaulle, le référendum sur la régionalisation pour Pompidou, la mort de Pompidou pour Giscard, la haine de Chirac envers Giscard pour Mitterrand, les guignols de Canal Plus pour Chirac puis la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour, la «bravitude» de Ségolène pour Sarkozy, Sarkozy pour Hollande.

Néanmoins, admettons un instant qu’il n’a eu que de la chance.

Encore faut-il la saisir.

Or Emmanuel Macron a eu l’intelligence de comprendre comment l’élection de 2017 se déroulerait, comment il fallait se positionner, comment il fallait réagir aux différents événements qui ont eu lieu pendant la campagne, ce qu’il fallait proposer aux Français et bien d’autres choses qui n’ont rien à voir avec une quelconque baraka.

Son élection n’est donc pas une question de chance même si la bonne fortune l’a favorisée mais comme beaucoup de ceux qui ont réussi leur entreprise dans la vie.

Mais voilà qu’on entend parler de chance pour Macron parce que la conjoncture économique, l’atmosphère sociale et la situation internationale lui seraient favorables…

Du coup, on se dit qu’on a bien de la chance d’avoir un tel veinard pour nous gouverner parce qu’il va tous nous faire gagner au loto.

Ou alors je ne comprends rien.



Centristement votre.



Le Centriste




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire