vendredi 8 mars 2019

Actualités du Centre. Européennes 2019: Laurent Hénart veut que le Mouvement radical s’allie avec LREM et le MoDem

Laurent Hénart
Dans un entretien au Figaro, Laurent Hénart annonce qu’il va proposer au congrès (qui a lieu demain, 9 mars) du parti qu’il dirige, le Mouvement radical, de s’allier à la liste LREM et MoDem, qui a déjà reçu le soutien d’Agir et de membres modérés de LR, pour les élections européennes de mai prochain.
C’est un nouvel apport à la vision européenne centriste défendue par Emmanuel Macron qui est également celle de François Bayrou, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin, Jean Arthuis.
C’est un nouveau revers, en revanche, pour Jean-Christophe Lagarde et sa liste UDI puisque, rappelons-le, Laurent Hénart, alors second du Parti radical valoisien dirigé par Jean-Louis Borloo, est un des créateur du parti centriste en 2012.

Extraits de l’interview de Laurent Hénart:

- A l'occasion de son congrès, le Mouvement radical va arrêter sa position pour les élections européennes. Quelle option défendez-vous?
Notre congrès du 9 mars aura à trancher cette question, qui fait vraiment débat. Pour ma part, je défends depuis plusieurs mois la participation de tous les proeuropéens à une liste de rassemblement qui dépasse nos divergences nationales. Face aux populistes, l'Europe est confrontée à un défi inédit depuis la chute du mur de Berlin. L'aventure européenne peut s'arrêter demain. Dans ce contexte, comment justifier que ceux qui croient en l'avenir de l'Union et défendent le même projet se divisent en plusieurs listes? Ce scénario nous conduirait à avoir moins d'élus au Parlement européen. Surtout, je refuse que l'élection du 26 mai soit dévoyée en élection nationale, pour refaire le match de 2017, ce que veulent Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.
- A quelles conditions êtes-vous prêts à intégrer la liste de la majorité?
Avant tout, cette liste ne doit pas être celle de la majorité parlementaire et gouvernementale, mais bien celle du rassemblement de fervents européens, qu'ils soient radicaux, écologistes, sociaux-démocrates ou issus de la droite modérée. C'est le projet qui doit faire la liste et la tribune du président de la République peut en être le socle. Les radicaux ne peuvent qu'en partager le diagnostic et les propositions. J'attends d'En marche! de l'écoute et de l'ouverture.
- Quelle cohérence peut avoir une liste composée de partenaires venus de partis différents? Tous les futurs élus auront-ils vocation à se retrouver dans un même groupe parlementaire?
La recomposition politique va se poursuivre au niveau européen, car les groupes PPE à droite et PSE à gauche sont confrontés respectivement à des divergences internes et à un déclin politique. Le Mouvement radical siège au groupe central de l'Alliance des libéraux et des démocrates européens (ALDE). Comme le MoDem et l'UDI d'ailleurs. Ce groupe devra sans doute s'élargir en rassemblant tous les fédéralistes européens.
- La crise des «gilets jaunes» a-t-elle changé Emmanuel Macron, avez-vous le sentiment qu'il est davantage à l'écoute des territoires?
Elle lui a permis de mesurer la grande diversité des réalités locales et l'intense besoin de justice sociale. Sa volonté affichée de travailler avec les maires est positive. Maintenant, il faut aller au bout, en bâtissant des politiques définies ensemble dans le cadre de contrats d'aménagement avec les collectivités. C'est un point clé de la contribution des Radicaux au grand débat, que nous adopterons le 9 mars.
- Le départ de certains ex-PRG permet-il au Mouvement radical de garder le cap qu'il s'est fixé?
La réunification des Radicaux est irréversible, parce que plus rien ne nous sépare. Le clivage droite-gauche est largement périmé. Les deux grands partis qui l'incarnaient, le PS et LR, ont perdu la confiance majoritaire des Français et les difficultés de l'exécutif profitent aux populistes de LFI et du RN. Notre mouvement est une vigie de la République et une offre politique nouvelle, indépendante, qui défend la justice sociale, la transition écologique, la laïcité et les pouvoirs locaux. Ceux qui prennent un autre chemin seront toujours les bienvenus pour mener avec nous ce combat.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire