dimanche 17 mars 2019

Vues du Centre. Oui, les «gilets jaunes» est bien un mouvement de foule séditieux porté par des médias irresponsables

Par Jean-François Borrou & Alexandre Vatimbella

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jean-François Borrou est le pseudonyme d’un journaliste proche des idées centristes.
Alexandre Vatimbella est le directeur du CREC

Gilets jaunes & médias
L’irresponsabilité qui accompagne le mouvement de foule des gilets jaunes atteint des degrés insupportables.
Si certains pouvaient encore penser que les manifestants qui éructent la haine et l’antisémitisme chaque semaine et dont le mode d’action est la violence et la casse sont des grands démocrates qui veulent rénover le pays, ce qui s’est passé aujourd’hui devrait définitivement leur ouvrir les yeux, tout au moins leur faire fermer leur bouche…
Comme nous l’avons dit ici depuis le début, ce mouvement de foule est bien antidémocratique avec des revendications inacceptables dont d’ailleurs on ne sait même plus ce qu’elles sont exactement.
D’ailleurs, ceux qui les soutiennent ardemment sont avant tout des partis qui veulent se débarrasser de la démocratie représentative, le RN de ma famille Le Pen et FI du pathétique Mélenchon.
Quand quelques milliers d’excités lancent un «ultimatum» à la république, il faut, sans faiblir, les empêcher de créer le chaos.
Et il faudra bien que les médias rendent des comptes pour leur incroyable couverture d’un mouvement qui, rappelons-le, ne concerne que quelques dizaines de milliers de personnes dans toute la France!
En ouvrant constamment leur antenne à des personnages dont les propos sont aussi pauvres que leurs moyens d’action sont liberticides, ils se rendent coupables de complicité de populistes et extrémistes qui, in fine, veulent détruire un système qui leur permet d’exister.
Or, aucun taux d’audience, aucun tirage d’exemplaires, aucune recette publicitaire ne peut justifier une exposition de la haine et de la violence qui encourage ceux qui en sont les protagonistes d’aller encore et toujours plus loin.
Les  centristes, comme tous les défenseurs de la démocratie républicaine ne peuvent que demander au Gouvernement d’agir pour que le débat public se déroule dans la sécurité et le respect de l’autre.
Et ils ne peuvent que faire leur, les propos du Président de la République:
«Ce qu’il s’est passé aujourd’hui sur les Champs-Élysées, ça ne s’appelle plus une manifestation. Ce sont des gens qui veulent détruire la République, au risque de tuer. Tous ceux qui étaient là se sont rendus complices de cela.»
Et, nous, nous entendons et étendons cette complicité à ces journalistes de ces médias qui tendent constamment leur micro à ces ennemis de la démocratie au-delà de toute couverture médiatique et journalistique normale.
Un exemple qui résume tout c’est la différence de couverture entre les manifestations contre le réchauffement climatique qui ont réuni quatre fois plus de monde que celles des gilets jaunes, les secondes ayant sans conteste la priorité des responsables des chaînes de télévision.
Oui, il faut un sursaut démocratique de tout le pays, surtout une capacité des Français à regarder la réalité en face et à se mobiliser pour défendre une démocratie républicaine libérale, ce régime que tous les peuples ne chérissent que quand ils en sont privés…

Jean- François Borrou
Alexandre Vatimbella


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire