dimanche 17 mars 2019

Présidentielle USA 2020: Le centriste Beto O’Rourke, candidat à la primaire démocrate

Vidéo de déclaration de Beto O'Rourke
Le centriste progressiste texan, Beto O’Rourke a donc décidé de se présenter à la primaire démocrate en vue d’être le candidat du parti pour la prochaine présidentielle américaine qui se tiendra en novembre 2020.
Cette candidature n’est pas une surprise depuis que l’ancien représentant au Congrès a vu sa notoriété monter en flèche après sa candidature au Sénat en 2018 où il a été battu de peu par le sortant, le radical de droite, le républicain Ted Cruz, dans un Etat, le Texas, parmi les plus conservateurs du pays (même si la forte immigration latino est en train de changer petit à petit la carte électorale).
Il est beaucoup trop tôt pour dire si O’Rourke a la moindre chance d’être le candidat du Parti démocrate et un potentiel président des Etats-Unis.
Evidemment, tout le monde pense au précédent Barack Obama qui est d’ailleurs le modèle du Texan, à la fois dans les idées qu’il défend et dans la manière de faire de la politique.
Cependant, les sondages ne sont pas pour l’instant en sa faveur puisque les électeurs à la primaire démocrates ne sont qu’un peu plus de 5% à lui accorder leurs faveurs, loin derrière ceux qui choisissent Joe Biden (qui vient de dire qu’il ne savait pas encore s’il allait se présenter), Bernie Sanders ou Kamala Harris.
Mais son positionnement centriste (à l’instar de celui de Biden et Harris) couplé avec sa jeunesse et son aura, peuvent lui faire gravir rapidement les échelons sondagiers…
D’autant que toutes les dernières élections présidentielles ont vu des challengers improbables s’imposer (Clinton, Bush, Obama, Trump).
En se déclarant, il a affirmé sa volonté de réunir tous les Américains comme l’avait fait Barack Obama en 2008:
«Je me présente pour vous servir en tant que prochain président. Les défis actuels sont les plus grands de mémoire d’homme auxquels nous sommes confrontés. Personne ne peut les affronter seul. Seul ce pays peut le faire, et seulement si nous construisons un mouvement qui nous inclut tous.»
Et d’ajouter de manière quelque peu emphatique:
«La seule façon pour nous de tenir la promesse de l'Amérique est de tout donner et de le faire pour nous tous. Nous sommes vraiment maintenant, plus que jamais, le dernier grand espoir de la Terre».
Comme tout candidat qui se respecte, il s’est également présenté comme un «outsider» et un «maverick», c'est-à-dire comme celui qui vient de l’extérieur du microcosme politique de Washington et qui est indépendant des machines électorales des deux grands partis (même s’il est membre de l’un d’entre eux).
Son centrisme est une constante (il faisait partie des démocrates modérés au Congrès) avec une touche sociale et sociétale «liberal» (centre-gauche).
Ainsi, il s’est déclaré en faveur de la légalisation de la marijuana et lors de sa course au Sénat de l'année dernière, il a adopté le programme «assurance-maladie pour tous».
A noter qu’il s’est et dit favorable à la destitution de Trump.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire