samedi 30 novembre 2019

Actualités du Centre. Grande Bretagne – Législatives: les centristes à la traîne et à la peine dans les sondages

Si l’on en croit une projection en sièges publiée le 27 novembre par l’institut YouGov, les Conservateurs sont partis pour remporter, non seulement, la majorité des sièges à la Chambre des communes lors des législatives du 12 décembre prochain, mais une large victoire telle qu’ils ne l’avaient plus connue depuis l’ère de Margaret Thatcher.
Crédités de 359 députés (sur les 650 que comptent la chambre), ils devanceraient les Travaillistes (avec 211 sièges), les indépendantistes écossais du SNP (avec 43 sièges) et les Liberal democrats centristes (avec seulement 13 députés), le parti du Brexit n’ayant aucun élu ainsi que les Verts.
Mais les responsables de cette étude disent également qu’il s’agit d’une photographie de la campagne à un moment donné et que les chiffres pourraient être totalement différents dans deux semaines…
Bien évidemment, les résultats des sondages donnent une image totalement différente de la campagne (rappelons que le système électoral britannique est par circonscription et à un tour avec l’élection du candidat qui arrive en tête quel que soit son score) puisque si les Conservateurs sont en tête depuis son début et sans contestation possible, ils ne totalisent cependant qu’entre 41% et 43% des intentions de vote, devant les Travaillistes (entre 30% et 34%), les Liberal democrats (entre 13% et 16%), le Parti du Brexit et les Verts (entre 3% et 5%), le SNP (entre 3% et 4%).
Les centristes sont ainsi le troisième parti du pays mais ne réussissent toujours pas à se rapprocher des Travaillistes et encore moins des Conservateurs.
Leur message, dans un système politique traditionnellement dominé par la Gauche et la Droite, ne parvient pas à susciter une dynamique même si, rappelons-le, leur score est déjà plus du double que lors de la précédente législative (qui avait néanmoins été un camouflet pour eux).
Leur programme est bien sûr dominé par leur opposition au Brexit.
Mais ils militent également et entre autres pour une vraie politique contre les agressions au couteau (qui sont en augmentation exponentielle dans le pays); l'augmentation de l'impôt sur le revenu de 1% afin de recueillir des fonds en faveur du système de santé public, le NHS, en grande difficulté actuellement avec un risque de graves détériorations; la garde gratuite pour les enfants de deux à quatre ans; le recrutement de 20.000 enseignants supplémentaires; parvenir à 80% de la production d'électricité à partir de sources renouvelables d'ici à 2030 (dans le cadre d’un large programme pour lutter contre le réchauffement climatique); taxer ceux qui voyagent fréquemment par l’avion; un gel des tarifs ferroviaires; la légalisation du cannabis.
A noter que dans nombre de circonscriptions, afin de permettre aux candidats du «Remain» (les partisans de ceux qui veulent demeurer dans l’UE) les mieux placés d’avoir une chance de l’emporter, une alliance a été nouée entre les Liberal democrats, les Verts (Green party) et les indépendantistes du Pays de Galle (Plaid Cymru).
De même, plusieurs anciens élus conservateurs opposés à la politique de Boris Johnson (en particulier sur le Brexit) ont décidé de soutenir des candidats centristes.
Plusieurs événements récents pourraient faire évoluer les votes, notamment les accusations de plus en plus fortes d’antisémitisme qui pèsent sur les Travaillistes et surtout sur leur leader Jeremy Corbyn (à l’opposé, certains accusent les Conservateurs d’«islamophobie»…) ainsi que l’attentat terroriste qui a eu lieu le 29 novembre dans le quartier du London bridge par un islamiste et qui a fait deux morts.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire