dimanche 12 juillet 2020

Propos centristes. France – Plan de relance; priorité à l’emploi; sauver les entreprises; pollution de l’air; Ségur de la santé; Sainte Sophie; désastre du secteur de la culture; politiquer familiale; citoyenneté; réforme des retraites…


Voici une sélection, ce 12 juillet 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
Srebrenica 1995. N’oublions jamais le génocide et ses victimes. Sachons protéger les civils et agir pour la paix et la sécurité en Europe comme dans le monde.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)
- Réunion avec les membres de mon Gouvernement pour fixer notre méthode de travail. Je l'ai rappelé: je souhaite que les ministres aillent sur le terrain pour entendre les demandes des Français, des entreprises et des élus locaux.
- Le décès de Philippe Monguillot, lâchement agressé dimanche à Bayonne pour avoir accompli son travail, nous touche en plein cœur. La République reconnaît en lui un citoyen exemplaire et ne l'oubliera pas. La Justice punira les auteurs de ce crime abject.
- Échanges avec des habitants et associations des Grésilles à Dijon. Une société harmonieuse est une société où chaque individu est reconnu à sa juste place. Nous devons réconcilier la société par le terrain.
-Dijon a été le théâtre de scènes de violences inadmissibles. Je me suis rendu sur place pour soutenir l'action des forces de sécurité, qui combattent toute forme de violence et de communautarisme.

Jean-Yves Le Drian (ministre de l'Europe et des Affaires étrangères)
La France déplore la décision du Conseil d’Etat turc de modifier le statut de musée de Sainte-Sophie et le décret du Président Erdogan la plaçant sous l’autorité de la direction des affaires religieuses. Ces décisions remettent en cause l’un des actes les plus symboliques de la Turquie moderne et laïque. L’intégrité de ce joyau religieux, architectural et historique, symbole de la liberté de religion, de tolérance et de diversité, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, doit être préservée. Sainte-Sophie doit continuer à représenter la pluralité et la diversité du patrimoine religieux, le dialogue et la tolérance.

Barbara Pompili (ministre de la Transition écologique)
- Après le confinement, nous avons pu retrouver la nature. Pour en profiter pleinement, respectons-la. Je lance aujourd’hui dans la forêt de Fontainebleau la campagne de sensibilisation «Cet été la nature nous accueille, ne gâchons pas nos retrouvailles avec elle».
- Dans 9 zones en France, la pollution de l’air est trop élevée. Nous allons mettre fin à ces dépassements grâce à la création obligatoire d’ici 6 mois de «zones à faibles émissions» qui interdisent la circulation des véhicules les plus polluants.

Bruno Le Maire (ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance)
Réunion de travail avec mes collègues du gouvernement. Objectif: définir collectivement notre méthode de travail pour agir efficacement et immédiatement au service des Français. Ma priorité: notre plan de relance pour plus d'emplois.

Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur)
- Philippe Monguillot faisait son travail. C’est pour cela qu’il a été sauvagement agressé. Cet acte ignoble ne doit pas rester impuni. Grâce au travail de la police, les auteurs présumés sont aujourd’hui mis en examen et placés en détention. L’autorité doit être affirmée.
-Rencontre avec les conducteurs des transports publics de Bayonne, très touchés par la disparition tragique de leur collègue. Le gouvernement partage leur émotion, tout comme l’ensemble des Français. Ces actes sont ignobles, nous ne devons jamais les banaliser.
- La République doit veiller à ce que tous les croyants puissent pratiquer leur religion librement.
- Nos policiers exercent un métier difficile, exigeant et je salue le courage dont ils ont fait preuve durant les épisodes d’extrême violence à Dijon. Comme l’a annoncé le Premier ministre, 20 policiers viendront renforcer les effectifs dijonnais dans les prochains mois.

Elisabeth Borne (ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion)
- Les prochains 600 jours seront dédiés à l’action et à la mobilisation de tous: syndicats, entreprises, collectivités. Objectif : relancer l’économie et l’emploi en ne laissant personne au bord de la route.
- Notre priorité est de faire repartir notre pays et de sauver l'emploi, à travers le plan de relance. On ne peut pas pour autant ignorer la situation financière des régimes des retraites, qui s'est fortement dégradée, et la nécessité d'un système plus juste.

Jacqueline Gourault (ministre des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales)
Le dispositif Quartiers d’été renforce les activités pour les jeunes des quartiers prioritaires grâce à la mobilisation conjointe de L'État, des maires et des associations. Objectif : un été d’apprentissage, de découverte et de solidarité.

Roselyne Bachelot (ministre de la Culture)
- La culture subit un désastre inimaginable sur le plan économique, et sur le plan artistique. Un secteur comme le spectacle vivant, c'est moins 72% de chiffre d'affaires, c'est un drame épouvantable. On ne s'en est pas encore rendu compte parce qu'on est sous l'anesthésie de ce qui a été mobilisé par le gouvernement, mais ça ne peut pas durer. Cette situation d'urgence absolue est celle qui me mobilise au quotidien.
- J'espère que l'amour que je porte aux artistes, à la culture, la connaissance que j'ai des rouages les plus intimes de l'État en y ayant exercé les plus hautes fonctions à des postes différents, servira à sortir les dossiers et à gagner des arbitrages. C'est en tout cas ce que je m'emploie à faire.

Olivier Véran (ministre des Solidarités et de la Santé)
- Avec le Ségur de la santé, toutes celles et ceux qui prennent soin de nous au quotidien à l'hôpital verront de manière très concrète une hausse inédite de leur pouvoir d’achat.
- Ségur de la santé: Après 7 semaines d’échanges, les concertations prennent fin aujourd’hui. Un grand merci à Nicole Notat et à toutes celles et ceux qui y ont contribué. Rendez-vous la semaine prochaine pour la présentation de mesures historiques pour notre système de santé !

Annick Girardin (ministre de la Mer)
Être la voix des mers et des océans de France, promouvoir la préservation de la biodiversité marine et des littoraux, défendre et valoriser l’action des professionnels du secteur : des missions qui m’enthousiasment et m’honorent.

Marc Fesneau (ministre chargé des relations avec le Parlement et de la participation citoyenne)
A Vichy, Il y a 80 ans, 80 parlementaires d’horizons et de parcours différents ont dit non. Et se tenant debout, ils ont défendu l’honneur de la France. Ne les oublions jamais. «Il y a dans la vie de chacun un moment où il faut choisir de fuir ou de résister.» (C. Bukowski)

Elisabeth Moreno (ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances)
Ambition et proximité guideront toutes nos actions.

Franck Riester (ministre chargé du commerce extérieur et de l'attractivité)
Nous devons renforcer nos capacités à l’export et promouvoir partout dans le monde l’attractivité de nos territoires. Ce seront des leviers forts pour la relance et l’emploi.

Emmanuelle Wargon (ministre chargée du Logement)
[Plan de relance] Il sera très fortement axé sur les grands investissements d'avenir. Le bâtiment et la rénovation en font partie (...). C'est aussi l'occasion d'accélérer l'atteinte de nos objectifs écologiques.

Jean-Baptiste Djebbari (ministre chargé des Transports)
Chaque année, l’Etat dote le système ferroviaire de 15Mds d’€. Au sortir de la crise, nous allons faire encore plus avec la relance du fret ferroviaire, des trains de nuit, des petites lignes, et le déploiement des trains légers & à hydrogène.

Agnès Pannier-Runacher (ministre chargée de l'Industrie)
-La crise inédite que nous vivons appelle notre mobilisation totale sur le terrain aux côtés des élus locaux et des professionnels, des entrepreneurs et des salariés pour accompagner la relance.
- l'industrie sera au cœur de notre plan de relance : elle crée des emplois dans les territoires et c'est elle qui invente les solutions pour réussir la transition écologique et énergétique.

Alain Griset (ministre chargé des Petites et moyennes entreprises)
- Toutes les statistiques démontrent que les prochains mois risquent d'être difficiles pour les petites entreprises. Il faut trouver les bons outils pour répondre aux besoins de chacun, en fonction des secteurs.
- L'esprit d'entreprise s'est beaucoup développé. Il faut tenter de se mettre à son compte. Cette crise a démontré quelque chose : l'entreprise doit être prioritaire.Jean Castex l'a rappelé : nous serons à l'écoute et réactif, avec des solutions adaptées. Nous avons besoin de toutes les entreprises.

Roxana Maracineanu (ministre chargée des Sports)
Dès aujourd’hui, dans les territoires sortis de l’état d’urgence, la pratique de toutes les disciplines sportives, sports de combat compris, est désormais autorisée. Une bonne nouvelle qui ne doit pas nous empêcher de rester prudents et responsables

Marlène Schiappa (ministre chargée de la Citoyenneté)
- Je pilote tout ce qui touche à la citoyenneté au sens des politiques d'intégration, de cohésion ; je défends les valeurs de la République, notamment la laïcité, sous l'autorité du ministre de l'Intérieur. Celui-ci m'a demandé de prendre en charge l'engagement des forces de l'ordre dans la protection des femmes face aux violences. Et en tant que ministre déléguée, je le seconde Place Beauvau.
- J'ai publié en 2017 Laïcité, point ! Trop souvent, on accole un adjectif : il y aurait une laïcité ouverte, une autre stricte... Retrouvons l'esprit de la loi de 1905. Liberté de conscience fondamentale, de croire ou ne pas croire, et les lois de la République au-dessus de toute autre. Il faut le marteler sans quoi le communautarisme et le séparatisme prospèrent. 
- Nous sommes dans une situation d'urgence face à ce que [le politologue] Jérôme Fourquet appelle "le puzzle français". La République fait face à des attaques contre son unité. Je ne veux pas d'un pays composé de simili-communautés ne se parlant plus : il n'existe que la communauté nationale, indivisible. Au ministère de l'Intérieur, 290.000 femmes et hommes défendent tous les jours ces valeurs et protègent les plus faibles. Comme le dit Gérald Darmanin, c'est le premier des ministères sociaux! 
- Lutte contre contre le communautarisme et les séparatismes] D'abord, l’affirmation du principe de laïcité lors des parcours de naturalisation - je souhaite mettre en lumière ces cérémonies, moments solennels, émouvants pour ceux qui deviennent citoyens français! Ensuite, des opérations de reconquête républicaine de terrain comme lorsque Gérald Darmanin et moi allons, de nuit, Porte de la Chapelle à Paris, aux côtés des forces de l’ordre. Sans prévenir, parce que la République est chez elle partout.
Nous sommes dans la deuxième partie du quinquennat, je vais m’attacher à mettre les lois et décisions du Gouvernement en application, par exemple en matière d'asile et d'immigration.
- C'est deux piliers : humanité et fermeté. L'an dernier, j'ai obtenu que soit actée l'expulsion des étrangers coupables de violences sexuelles et sexistes. C'est du bon sens : si la maison de votre voisin s'effondre, vous l'accueillez. Mais s'il se met à tabasser votre sœur, vous le virez!
- Le Président a choisi un ministre de l'Intérieur en qui il a confiance, point. Ceux qui relaient d'autres rumeurs se trompent.
Grand professionnel unanimement reconnu, il est légitime et efficace que Laurent Nuñez soit reconduit. 
- [Gérald Darmanin visé par une enquête pour viol] Je comprends les questions. La réponse, ce sont trois non lieux en justice. Je suis féministe depuis toujours, jamais je n’aurais accepté de travailler avec un homme reconnu coupable de viol! Mais je vois aussi les tentatives de récupération politique de ceux qui sont uniquement dans l'opposition au gouvernement. Regardons les actes : le ministère de l'Intérieur met 230 millions pour concrétiser le Grenelle des violences conjugales côté police. Mercredi, le ministre a demandé aux directeurs d'administration de construire un objectif de 50% de femmes aux plus hauts postes. Quand il était à l'Action et aux Comptes publics, il a accompagné la hausse des crédits de mon ministère. Et j'ai toute confiance dans ma successeure, Elisabeth Moreno. Ce gouvernement agit pour l’égalité femmes-hommes, j’en suis garante.
- [Eric Dupond-Moretti, estimait en 2018, au sujet du délit d’outrage sexiste que vous avez créé, que "le gouvernement déconn[ait] complètement" en voulant "infliger une infraction pour avoir sifflé" une femme] Il s’exprimait comme avocat il est désormais le Garde des Sceaux et je suis sure qu'il fera appliquer cette loi votée à l'unanimité - qui condamne le harcèlement de rue, pas les regards appuyés! Je le répète : regardons les actes.

Brigitte Klinkert (ministre chargée de l'Insertion)
Fière de faire partie de ce collectif, au travail avec Elisabeth Borne pour que la relance puisse bénéficier à tous.

Nadia Hai (ministre chargée de la Ville)
Écoute et efficacité seront notre boussole pour répondre aux besoins des français face à la crise. L’unité nationale se construit avec les français et nous en sommes les garants.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Richard Ferrand (président de l’Assemblée nationale)
- Édouard Philippe a été, sans conteste, un excellent premier ministre. Le président a souhaité une «réinvention», tracer un nouveau chemin jalonné par le dialogue… Il n’est pas anormal que, en restant fidèle à ses projets initiaux tout en donnant une inflexion plus sociale, plus solidaire, plus écologique, il ait pu juger utile de changer d’équipe.
[Avènement du sarkozysme en macronie] Absurde! On ne qualifie pas la sensibilité d’une équipe gouvernementale en contrôlant les appellations d’origine. Le projet que porte le président et la tonalité qu’il a souhaité donner à cette nouvelle phase de son quinquennat s’incarnent dans les personnalités qui proviennent d’horizons politiques différents, comme au premier jour. L’équipe est cohérente et compétente. J’ajoute que j’ai en commun avec le premier ministre l’esprit du rugby: le jeu collectif, savoir faire pack.
- Le MoDem est très présent au sein du gouvernement.
- Avant la crise du Covid, le chômage avait baissé à un niveau historique, la dette publique était stabilisée, les impôts avaient baissé et la France enregistrait un record d’investissements étrangers… Notre politique donnait des résultats. Renouer avec le fil du quinquennat est donc essentiel, après cette rupture d’une ampleur mondiale et d’une violence sociale et économique totalement inégalée dans notre histoire récente. Le président puis le premier ministre ont clairement dit reprendre le cap initial en incluant une forte dimension sociale et de dialogue. On reprend, on continue et on améliore!
Un groupe politique reflète la réalité de la société française. Or notre pays a vécu des secousses importantes avec les «gilets jaunes» puis la contestation sur les retraites et le Covid. Les tangages parlementaires sont beaucoup plus imputables à la météo de la mer qu’à la qualité du capitaine du bateau.
- Deux réalités: notre système de retraite est injuste ; le financement de notre modèle social interroge sur le long terme. Par conséquent, il faut évidemment remettre en chantier une réforme juste. Sans doute faudra-t-il aborder de manière distincte le volet du financement. En ayant mis les deux sujets ensemble, nous avons peut-être commis l’erreur de méthode qui a fait que le seul enjeu budgétaire - qui est majeur - est venu effacer le progrès social que représente incontestablement le système de retraite par points que nous portons.
- [Loi bioéthique] Ceux qui ne veulent pas de ce texte voudraient utiliser fallacieusement la crise et ses conséquences pour le repousser ad aeternam alors qu’il doit revenir devant l’Assemblée.
- J’ai indiqué, dans mes recommandations en réponse à la consultation du président, qu’il existait une forte attente de planification rénovée et d’anticipation. S’il est décidé qu’une structure ou une organisation peut être confiée dans ce sens à une personnalité éminente, cela me réjouirait.
- [Municipales] Un insuccès certes mais un début prometteur. Seules l’abnégation et la constance permettent une implantation territoriale durable. En 2021, je souhaite que tous les acteurs de la majorité s’engagent pour mobiliser nos concitoyens et briguer des responsabilités locales. Se soumettre au suffrage universel sans être dans le sillage d’une élection présidentielle est exigeant et nécessaire. La démocratie et l’engagement dans les territoires exigent que sur le terrain, tout le monde aille au charbon.
- L’année 2021 sera un moment important de notre vie démocratique avec des élections départementales et régionales. Je souhaite que, partout, les ministres s’engagent dans les élections régionales et que, partout, les députés se présentent aux départementales dans leur circonscription. Chacun doit vérifier sa capacité à obtenir sur le terrain la légitimité populaire. Tout le monde doit être candidat. Je souhaite que personne ne se dérobe. Il faut que les ministres comme les députés s’engagent sans craindre qu’un échec condamne leur avenir. Au contraire! À mes yeux, déserter la confrontation électorale signe une forme de renoncement, s’y élancer est courageux et porteur d’avenir.
- Il y a 80 ans à Vichy, 80 parlementaires dirent non aux pleins pouvoirs à Pétain et au sabordage de la République. Je salue leur mémoire et leur courage, en opposition à ce qui se révéla une grande lâcheté de notre histoire.
- L’irruption de la violence dans une assemblée démocratique est intolérable. Les menaces et les actes à l’égard des élus régionaux de Bretagne placent leurs auteurs en marge de la République, de la Bretagne tolérante et ouverte que nous aimons.

Stanislas Guerini (délégué général)
- [Manifestations contre «la culture du viol en marche»] Ce slogan est intolérable. Tout comme le bafouement de la présomption d’innocence auquel on assiste. Son affichage sans filtre en titre d'articles de presse me choque. Depuis 3 ans, notre mouvement se bat sans relâche contre les violences faites aux femmes. Hier encore, nous avons voté une loi pour mieux protéger les victimes de violences conjugales. Nous continuerons le combat.
- La mort de Philippe Monguillot, chauffeur de bus à Bayonne, est un drame qui nous bouleverse et nous révolte tous. Au nom de LaREM, j’adresse mes sincères condoléances à sa famille et ses collègues. Toutes nos pensées les accompagnent.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
- Je n’ai aucune raison de remettre en jeu [cette fonction] puisque j’ai été élu en juillet dernier pour rester président du groupe jusqu’à la fin du quinquennat
- Je n’ai jamais eu la prétention d’entrer au gouvernement. Je suis président du groupe parlementaire, j’ai un mandat de mes collègues que je dois accomplir
- Nous avons hâte de nous mettre au travail [avec un plan de relance] écologique, économique et solidaire. [Il faut] remettre le pays sur les bons rails économiques et sociaux dans un climat public apaisé.
- [Réforme des retraites] Une réforme essentielle en matière de justice, notamment pour mettre fin à un certain nombre d’inégalités de retraite qui sont de purs scandales. Nous sommes tous conscients que, à cause de la crise économique et sociale, les financements des régimes de retraite sont dégradés. La priorité est à la discussion avec les partenaires sociaux. [La réforme doit être menée] avec une méthode qui embarque tout le monde pour ne pas être un sujet de clivage et de tensions dans notre pays.
- À chaque fois qu’un gouvernement se forme, les nominations sont prises à partie ou instrumentalisées par un courant d’opinion ou une association.

Aurore Bergé (porte-parole)
- Sainte Sophie est un joyau, un symbole de réconciliation avec l'histoire et l'affirmation d'une Turquie qui fut laïque...
- [Manifestation contre les nominations de Darmanin et Dupond-Moretti] Je vois plutôt ici une insulte à la présomption d'innocence, oubliant volontairement d'ailleurs que l'accusation portée a déjà 2 fois été rejetée par la justice... Quant à dénier à un justiciable le droit à une défense et à l'avocat pénaliste son rôle... c'est affligeant.

●MoDem
Nathalie Avy-Elimas (députée)
- [Rapport sur l’adaptation de la politique familiale aux défis de la société du XXIe siècle] Ce rapport part d’un constat simple: la démographie française est en baisse. Sur les dix dernières années, on a assisté à une diminution d’environ 100.000 naissances, faisant passer le nombre d’enfants par femme en-dessous de ce qu’il faudrait pour assurer le renouvellement des générations, à 1,87 enfant. Il faut rappeler que derrière la question de la natalité, c’est le financement de de notre système de solidarités qui est en jeu. Un pays vieillissant est un pays qui a du mal à payer ses retraites, ou à prendre en charge la dépendance.
- Au-delà de la relance de la natalité, il est nécessaire de redonner du pouvoir d’achat aux Français suite à la crise sanitaire. Les familles, qui ont servi de valeur refuge pendant cette période, ont été mises à rude épreuve. Nous devons désormais leur redonner confiance en l’avenir. Un exemple de mesure en ce sens : après les deux coups de rabot successifs qui ont été portés au quotient familial, les familles de la classe intermédiaire ont vu leurs impôts augmenter de 790 € par an en moyenne. Je propose de relever son plafond afin d’alléger la charge fiscale qui pèse sur les foyers avec enfants. Un autre objectif concerne la conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle. Les parents, en particulier les femmes, doivent pouvoir aller travailler sereinement, sans que la question du mode de garde de leur enfant ne soit un casse-tête. C’est pourquoi je préconise de mettre en place un véritable service public de la petite enfance, afin de garantir à tous les parents un mode de garde pour leur enfant de 0 à 3 ans, avec une attention particulière portée sur les familles monoparentales.
- Ce que je souhaite, c’est un véritable plan pour la famille, une trajectoire claire et ambitieuse. Je l’appelle effectivement un « Family Act » à la française, à l’instar de ce que font nos voisins allemands ou italiens, qui n’hésitent pas à investir 22 milliards d’euros dans la famille. Nous devons nous aussi prendre ce virage en faveur d’une politique familiale renforcée, pour en faire un outil économique puissant au service de la relance de notre pays. A l’inverse, un statu quo ne ferait que rajouter de la crise à la crise.
- Je plaide pour une universalité pleine et entière des allocations familiales. Concrètement, cela implique de supprimer toute condition de ressource pour les attribuer. Ce principe, qui contribue à la cohésion sociale de notre pays, ne fait pas obstacle à l’existence de prestations destinées prioritairement aux familles les plus modestes. Ensuite, il s’agit de verser les allocations familiales dès le premier enfant et ainsi supprimer le rang de l’enfant dans la famille. Les allocations familiales ont été conçues pour compenser financièrement les coûts engendrés par l’arrivée d’un enfant, il n’est donc pas compréhensible qu’elles ne soient versées qu’à partir du 2e enfant. Pour finir, nous devons regarder la famille sous toutes ses formes et dans son ensemble, à tous les âges de la vie, de la petite enfance jusqu’à la dépendance.

Philippe Michel-Kleisbauer (député)
[Rapport à destination de l’OTAN sur le combat en milieu urbain] Plus de 53% de la population mondiale vit aujourd'hui en zone urbaine. À l'horizon de 2050 ce sera plus de 70%. Dès 2030 nous compterons plus de 40 mégapoles, c'est-à-dire des villes de plus de 10 millions d'habitants chacune. Mis à part le tsunami ou des épidémies, les pires drames humains de la dernière décennie ont été le résultat de combats en milieu urbain, en Syrie, au Yémen ou en Ukraine, confrontant des belligérants étatiques et non-étatiques. Hélas ces combats ont été plus meurtriers que jamais pour les populations civiles; 70% des civils qui ont trouvé la mort au cours de cette décennie à l'occasion d'une guerre vivaient en milieu urbain. Ce constat accablant doit nous conduire à agir. (…) Mes préconisations portent principalement sur l'anticipation et la dissuasion de tous conflits en milieu urbain par le renforcement du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance ce qui ne peut se faire que par une bonne coopération entre Etats membres et associés. Ce rapport est un pur travail d'anticipation et de scénario afin que les parlementaires de l'Alliance réfléchissent et se préparent à affronter de telles crises, il ne doit pas être générateur d'anxiété pour nos concitoyens, ne pas être pris au pied de la lettre, mais être l'objet de débats, d'échanges et contrepoints.

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)
- Des millions de Français ne retrouveront jamais d'emploi si on ne transforme pas l'assurance-chômage pour nous préparer au choc de la révolution numérique!
- Dans la série écolo-dingues, voilà la mairie de Lyon opposé aux trains! Vive les camions qui franchissent les Alpes? Ou stop aux échanges transalpins?
- Le port du masque doit être obligatoire dans tous les espaces publics ! Je crains que l’épidémie ne reparte.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire