lundi 13 juillet 2020

Présidentielle USA 2020. Propos centristes. – Unir et réunir les Américains; Trump, incompétent, menteur et corrompu; soins de santé; crise épidémique de la covid19; racisme; pauvreté; scandale Roger Stone…


Voici une sélection, ce 13 juillet 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux aux Etats-Unis dans le cadre des élections présidentielles du 3 novembre prochain.

● Parti démocrate
Joe Biden (candidat du parti démocrate à la présidentielle, ancien vice-président)
- Nous avons besoin d’un président qui choisira toujours d’unir plutôt que de diviser, parce qu’il n’y a rien que nous ne pouvons accomplir quand nous le faisons ensemble.
- Je ne me fais pas d'illusion sur la difficulté de la route à parcourir. Mais je suis optimiste pour une raison, avant toute autre : Je connais l'histoire et le cœur de ce pays. Si on leur en donne la chance, les Américains ordinaires peuvent faire des choses extraordinaires.
- Je vois une Amérique différente de celle du président Trump. Une qui, malgré tous nos défauts et échecs, est encore présente après plus de deux siècles, celle qui est dédiée à l'égalité, à la liberté, à la dignité humaine et à la justice. Je sais que nous pouvons atteindre nos idéaux les plus élevés ensemble.
- Les soins de santé sont une question très personnelle pour moi. Et en tant que président, je ferai tout ce que je peux pour m'assurer que chaque Américain ait accès aux soins dont il a besoin.
- Donald Trump est la pire personne possible pour nous mener à travers ce moment. Nous avons besoin d'un vrai leadership, maintenant. Des vies sont en jeu.
- Il est difficile de croire que cela doit être dit, mais contrairement à ce président, j’écoute les experts et leurs conseils au lieu de les faire taire.
- Les États-Unis ont plus de 3 millions de cas de COVID-19, et plus de 130 000 personnes sont mortes. Pourtant, Donald Trump continue à dire qu'il "s'évanouira". C’est incroyable. Nous payons chaque jour le prix de l'incompétence de ce président.
- À toutes les infirmières et infirleirs en première ligne de ce combat, merci. Vous êtes des héros américains.
- Je l'ai déjà dit, et je le répéterai: Donald Trump est le président le plus corrompu de l'histoire américaine moderne. Chaque jour qu'il reste au pouvoir, il menace encore plus l'avenir de notre démocratie. Nous devons le rejeter en novembre.
- En janvier dernier, lorsque le président Trump a signé la "phase un" de son vain accord commercial avec Pékin, j'ai clairement fait savoir que personne ne devait être dupé par les promesses vides de Trump de parvenir à une véritable "phase deux" de cet accord. C'est bien de voir qu'il admet finalement que j'avais raison.

Nancy Pelosi (speaker de la Chambre des représentants)
- Le Président Trump et son gouvernement s'en prennent à la santé de nos enfants alors qu'ils poussent les écoles à rouvrir.
- Le fait est que le président a échoué de toutes les façons. Aujourd'hui, son déni des faits menace la sécurité des enfants et des familles dans tout le pays alors qu'il tente de rouvrir rapidement nos écoles.
- Personne – pas même le président – n’est au-dessus de la loi.
- La décision du président Trump de commuer la condamnation de Roger Stone, le principal conseiller de sa campagne de 2016, ce qui pourrait l'impliquer directement dans une faute à caractère criminelle, est un acte de corruption stupéfiant.

Hillary Clinton (ancienne secrétaire d’Etat)
Pas de sarcasme : J’aurais vraiment souhaité que Donald Trump ait décidé de vendre des masques Trump 2020. Pensez à toutes les vies qui auraient pu être sauvées.

Pete Buttigieg (maire de South Bend, Indiana)
- Si c’était juste de la politique, nous ne serions pas gênés de vous [Trump] voir prendre ces étranges décisions à propos de quelle colline où mourir. Mais le truc est que sur cette colline il y a beaucoup d'Américains avec vous, avec beaucoup plus que la politique en jeu.
- Cette présidence n'est pas seulement dangereuse : elle est épuisante. Souvenons-nous que ce n'est pas nécessairement comme ça que ça doit se passer jusqu'au 3 novembre.

Cory Booker (sénateur du New Jersey)
Il faut le dire. La voie vers la justice climatique exigera que ce mouvement soit beaucoup plus inclusif et diversifié.

Julian Castro (ex-maire de San Diego & ex-ministre d’Obama)
Nous avons été touchés par une pandémie mondiale. Nous avons été frappés par un choc économique. Si Trump et McConnell n’agissent pas bientôt, nous serons touchés par la plus grande expulsion de logements et la plus grande crise des sans-abri depuis la Grande dépression.

Amy Klobuchar (sénatrice du Minnesota)
- Le Président insiste pour créer une histoire de division. Je vois une autre histoire : de voisins qui prennent soin des aînés. Les travailleurs de la santé risquent leur vie pour prendre soin de leur communauté. Les gens se rassemblent pour se maintenir en sécurité et en bonne santé. Ce cœur, c’est l’histoire de l’Amérique.
- Paul Wellstone a dit: "La politique, c'est l'amélioration de la vie des gens." Partout les législateurs doivent se rappeler pourquoi nous avons été élus: au service du peuple américain. Pour gagner leur confiance. Pour améliorer leur vie.
- 32% des ménages américains n'ont pas pu payer leur logement en juillet. La vie et les moyens de subsistance des peuples sont en jeu. Nous devons protéger les Américains contre les saisies et les expulsions pendant la pandémie.

Kamala Harris (sénatrice de Californie)
- Donald Trump sème la haine et la division depuis près de quatre ans. Nous avons besoin d'un président qui relèvera la condition et l'esprit du peuple américain, ramenant la dignité au Bureau ovale. Joe Biden le fera.
- La présidence n'est pas la seule chose en jeu en novembre. Dans tout le pays, les gouverneurs démocrates ont combattu à tout moment le programme désastreux de Trump. Les gouverneurs démocrates ont la chance de remporter des victoires historiques dans des états clés du champ de bataille.
- Il y a deux systèmes de justice en Amérique : un pour Trump et ses acolytes, et un pour tous les autres. Ce n’est pas juste et les gens en ont assez. En novembre, terminons ce cauchemar national.
- Ne laissez jamais les Républicains et cette administration vous faire sentir seuls. Vous n'êtes pas seuls. Ensemble, nous nous battrons pour ce qui est juste.
- C’est profondément troublant que Facebook ait les moyens de lutter vigoureusement contre la suppression du droit de vote d’électeurs et de protéger les droits civiques, mais n’ait pas encore agi.
- Depuis l’esclavage, les lois Jim Crow et la répression policière, l’histoire de l’Amérique a été définie par deux systèmes de justice. Et le résultat est que les Noirs-Américains n’ont pas été traités comme des êtres humains. Adopter la Loi sur la justice dans la police est une étape pour rendre notre système de justice plus équitable pour tous.
- Le manque de leadership de Betsy DeVos [ministre de l’éducation] sur la manière de rouvrir les écoles en toute sécurité est dangereux pour nos étudiants, nos enseignants et le personnel. Elle n'a pas de plan.

Michael Bennet (sénateur du Colorado)
- [Trump commue la peine de prison de Roger Stone] C'est ainsi que nous perdons notre démocratie. Les Américains de toutes les parties doivent se lever et rejeter l'assaut ouvertement assumé et soutenu du président Trump contre notre état de droit.
-La sénatrice Kamala Harris et moi-même avons appelé Facebook à tenir compte de l'appel des groupes de défense des droits civiques à travers le pays exigeant une action réelle pour lutter contre la prolifération de la haine, le nationalisme blanc et la suppression du droit de vote d’électeurs sur ses plateformes.

Jay Inslee (gouverneur de l’Etat de Washington)
Je veux que les écoles rouvrent cet automne. Et nous sommes actuellement sur le point de le faire. Mais je n'enverrai pas nos enfants et nos éducateurs si cela n'est pas sûr. Notre priorité numéro un depuis le début a été de maintenir la sécurité des habitants de l’Etat de Washington. Cela n'a pas changé.

● Autres
Third Way
- Plus de 130 000 Américains sont morts. Plus de 3 millions de cas ont été diagnostiqués. Plus d'un travailleur sur quatre a déposé une demande de chômage. Mais le président a joué "lui-même" le rôle de premier plan de la victime impuissante.
- Comme le dit le New York Times: "Les femmes des banlieues qui ont fait leurs études universitaires ne veulent pas soutenir quelqu'un qui est perçu comme intolérant sur les questions raciales. Cela est vrai depuis de nombreuses années, et c'est particulièrement vrai maintenant, après le meurtre de George Floyd." [Ces femmes disent] "C’est tout simplement extrêmement clivant." "Il a apporté plus de division à ce pays que nous n’en avons vu depuis la Loi sur les droits civils." "La façon dont il parle si grossièrement des femmes, je peux le voir dire la même chose de façon raciste."


Aucun commentaire:

Publier un commentaire