samedi 23 juillet 2011

Une Semaine en Centrisme. Leaders centristes: profiter de l’été pour exister


Les leaders centristes prendront-ils des vacances? Rien n’est moins sûr car ils doivent, à la fois, exister en vue des présidentielles et marquer leur territoire.
Ainsi, François Bayrou et Jean-Louis Borloo multiplient les déclarations et les apparitions afin de se rappeler au bon souvenir des électeurs centristes mais également pour prouver qu’ils sont, chacun, le «vrai» leader du Centre et des modérés.
Il faut dire que les enjeux sont désormais clairement marqués.
D’une part, il y a une place à prendre comme représentant du Centre à la présidentielle et ils sont deux et demi à se battre pour l’avoir: François Bayrou, Jean-Louis Borloo et le pâle Hervé Morin absent de l’échappée actuelle, lâché par les deux premiers dès les premières difficultés.
D’autre part, cette place, si un de ceux-ci parvient à l’occuper, ne garantit actuellement pas grand-chose, un score au premier tour de la présidentielle entre 10% et 15%, voire un petit peu plus.
Ceci sera loin de suffire pour être présent au second tour. Il va donc falloir labourer le terrain central, des modérés de droite aux modérés de gauche en passant, évidemment, par les centristes.
Et si aucun d’eux n’est là au second tour, il leur faudra malgré tout un score assez substantiel, au-dessus de 10%, pour pouvoir négocier entre les deux tours en vue des législatives qui suivront et de la constitution du gouvernement qui sera issu des deux élections.
En règle générale, l’été n’est guère encombré de la parole politique, ce qui permet à ceux qui s’expriment de faire plus facilement l’actualité et d’avancer leurs pions.
Malheureusement, pour les cadors centristes, la primaire socialiste fait que les prétendants à la candidature socialiste vont également occuper le terrain.
Dès lors, François Bayrou et Jean-Louis Borloo vont devoir dire ou proposer des choses qui feront le buzz médiatique mais aussi s’afficher.
Et ils ont déjà commencé.
C’est comme cela qu’il faut comprendre les propos de Jean-Louis Borloo sur la nécessité de convoquer un congrès (députés + sénateurs) pour parler de la dette, de la "règle d'or et de la situation de l’euro. Ou des gesticulations de François Bayrou pour démontrer qu’il est bien le seul centriste en lice pour la présidentielle.
Pas sûr que tout cela soit suffisant alors que le Centre demeure morcelé.
Mais ont-ils seulement une autre solution?...

Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC
Jean-Louis Pommery
Directeur des études du CREC

Aucun commentaire: