jeudi 30 novembre 2017

L’Humeur du Centriste. Quand les clowns tristes insultent le Centre

Un politicien opportuniste et menteur, un pseudo-philosophe mondain en quête de strapontin ministériel, un avocaillon narcissique spécialisé dans sa propre publicité, un grotesque populiste démagogue adepte du luxe… pour lui, voici quelques uns des personnages pathétiques à l’avant-garde des insultes actuelles contre le Centre, venues de toute part et qui ont repris de plus belle depuis que les centristes occupent le pouvoir.
Car ces clowns qui ne sont pas blancs et encore moins augustes mais tristes ne sont pas les seuls à se répandre sur un Centre qui, selon ces opposants, n’existe pas!
Selon eux, un centriste n’est qu’un «être fourbe et faux qui trahit au moment où on a besoin de lui», un «truc» qui «dégoûte» et qui vit dans un «marigot» à la «vacuité idéologique» et «ne porte jamais aucune idée nouvelle, aucune vision du monde originale».
En lisant cela, on se demande pourquoi l’éradication des centristes n’est pas grande cause nationale!
Bien sûr, tout cela n’est pas nouveau et montre la «qualité» intellectuelle de ceux qui tiennent ce genre de propos injurieux.
Ils ne méritent même pas que je les cite ici.
En revanche, c’est avec grand plaisir que je leur oppose quelques noms de centristes, pris au hasard de l’Histoire et j’incite, avec la plus grande modestie, ces tristes sires à se cultiver (non, il n’est jamais trop tard…):
Confucius, Aristote, Plaute, d’Aquin, Descartes, Fénelon, Montesquieu, Condorcet, Sieyès, Lincoln, Tocqueville, Dewey, Theodore Roosevelt, Waldeck-Rousseau, Briand, Sangnier, Mounier, Schuman, Clinton, Obama et Macron.
Et, pour tout vous dire, je préfère nettement leur compagnie revigorante et pleine d’humanisme que celle de ces clowns tristes, vraiment très tristes…

Centristement votre.

Le Centrisme


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire