mardi 25 décembre 2018

L’Humeur du Centriste. Etoile et gilet, cherchez l’erreur jaune…

Gilet jaune nazi
On ne fera pas l’injure de croire que les individus qui ont choisi de porter un gilet couleur jaune ait pensé à faire un rapprochement entre leur condition et celle d’autres individus qui furent obligés de porter une étoile couleur jaune dans l’un des pires moment de l’Humanité.
Et pourtant, personne d’un peu cultivé (et nous ne ferons pas, non plus, l’injure, de prétendre que les porteurs de gilets sont des béotiens sans aucune connaissance historique) ne peut ne pas savoir que six millions de juifs à l’étoile jaune sont morts dans des camps d’extermination nazis.
On peut donc dire que le choix de la couleur jaune (quelle que soit l’utilité d’un gilet pour se faire reconnaitre lors de travaux dangereux ou d’événements graves comme un accident de la route et donc le symbole qu’il peut avoir dans ce mouvement de foule), n’est pas fortuite.
Mais, tenter le moindre rapprochement entre cette étoile et ce gilet serait d’une telle infamie que l’on ne veut même pas y songer un instant.
Néanmoins, la collision entre eux a bien eu lieu dans des manifestations des porteurs de gilet avec des propos négationnistes, antisémites et nazis.
Elle a également eu lieu dans le métro de Paris où trois personnages revenant d’en découdre avec les forces de l’ordre ont fait des gestes et tenus des propos antisémites.
Ceux-ci révulsèrent une vieille dame assise dans le wagon où ils s’étaient installés qui se leva et leur dit qu’elle était juive, que son père avait été déporté au camp le plus ignoble des nazis, Auschwitz, où il était mort, tout en leur demandant d’arrêter leurs comportements.
Au lieu de faire profil bas, ces énergumènes lui crièrent dessus et l’insultèrent, tout en continuant leurs gestes obscènes (et hurlant également «Macron démission»).
Tout cela, direz-vous n’est qu’un événement isolé.
Et bien, non, il n’est pas isolé parce que, sans cesse, sur leurs ronds-points, leurs barricades et dans les cortèges de leurs manifestations, des gilets rouges tiennent des propos xénophobes, racistes, antisémites, homophobes, lancent des appels à la violence au meurtre (et même les mettent en scène comme la décapitation du Président de la république), frappent tout ce qui se trouve à leur portée (journalistes, routiers étrangers, policiers, etc.).
Il serait temps que ceux qui idéalisent les gilets jaunes se réveillent et aient ce minimum de pudeur face à ce mouvement de foule où la pire racaille a trouvé le moyen d’exprimer toute sa haine contre tout.
Oui, certainement qu’il y a des personnes qui font partie du mouvement et qui ne s’identifient pas à celle-ci mais on a souvent peine à en trouver qui la condamnent sans aucune hésitation.
Et se taire, dans ce genre de circonstances, c’est acquiescer aux propos tenus et aux gestes accomplis.
C’est pourquoi, moi, centriste, je ne me tairai jamais face à l’ignoble.

Centristement votre,

Le Centriste


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire