vendredi 1 août 2008

Actualités-Etats-Unis
Présidentielle 2008
La liste des vice-présidents possibles de Barack Obama


Le nombre des colistiers possibles du candidat démocrate à la Maison Blanche Barack Obama pour le poste de vice-président se réduit et l'ancienne rivale du sénateur de l'Illinois Hillary Clinton semble avoir peu de chances d'être retenue selon certains analystes mais rien n’a filtré de ce côté-là des responsables de la campagne du candidat présumé du Parti démocrate. Le choix d'un colistier est souvent considéré comme la plus importante décision qu'un candidat à la présidence est amené à prendre avant l'élection. Selon le journal spécialisé Politico, le gouverneur de Virginie (est) Tim Kaine semble tenir la corde. Le Washington Post semble du même avis et affirme mardi en Une que M. Kaine a eu de "très sérieuses" discussions avec M. Obama ces derniers jours. M. Kaine, 50 ans, est non seulement le gouverneur d'un Etat considéré comme crucial dans la perspective de l'élection présidentielle de novembre mais il pourrait également aider M. Obama à conquérir les électeurs catholiques dont il est proche et à séduire les Hispaniques. Avocat des droits civiques, M. Kaine a été missionnaire catholique au Honduras et parle couramment l'espagnol. Son principal handicap est d'être peu connu au niveau national et sans expérience sur les questions de sécurité nationale. "C'est flatteur d'être mentionné" comme possible candidat à la vice-présidence. "Ma mère aime ça", a dit mardi M. Kaine sur une radio locale de Washington mais, a-t-il souligné, la décision revient au sénateur Obama. Selon la presse américaine, le sénateur de l'Indiana (nord) Evan Bayh et le président de la commission des Affaires étrangères du Sénat Joe Biden font également partie des candidats sérieux au poste de vice-président. Parmi les autres noms cités figurent celui de Chris Dodd, président de la commission bancaire du Sénat, de l'ancien héros de la guerre du Vietnam, Chuck Hagel, sénateur républicain du Nebraska (centre) et de la gouverneure du Kansas (centre) Kathleen Sebelius. En revanche, selon le New York Times, il est peu probable que Hillary Clinton soit finalement retenue pour figurer comme numéro deux sur le "ticket" démocrate. Interrogé dimanche sur NBC, M. Obama a dressé le portrait de son éventuel colistier. "Je veux quelqu'un d'intègre (...) Je veux quelqu'un d'indépendant, qui soit prêt à me dire à quel moment il ou elle pense que j'ai tort".

"Nous aurons beaucoup de problèmes à résoudre et beaucoup de travail à accomplir. Je ne suis pas intéressé par un vice-président pour me représenter seulement aux funérailles", a-t-il dit. M. Obama a également rendu un hommage appuyé à son ex-rivale affirmant qu'elle était "l'une des dirigeantes les plus efficaces, intelligentes et courageuses du parti démocrate". Mais, a-t-il ajouté, "nous devons changer fondamentalement non seulement notre politique mais aussi la façon de faire de la politique, la façon dont les choses se passent à Washington".

Or, pour beaucoup d'observateurs, cette phrase visait implicitement Mme Clinton dont le nom est étroitement associé à la politique politicienne de Washington depuis le début des années 1990. Cependant, note Adam Nagourney, chef du service politique du New York Times, si au cours des toutes prochaines semaines les sondages montraient que la lutte promet d'être difficile contre le républicain John McCain alors M. Obama pourrait se tourner de nouveau vers Mme Clinton.

Un sondage Gallup publié mardi par USA Today montre justement que le sénateur de l'Arizona a pris une sensible avance sur M. Obama (49% contre 45%) parmi les électeurs "exprimant le désir d'aller voter". Tous les autres sondages, dont ceux de Gallup, réalisés auprès des personnes inscrites sur les listes électorales, accordent à M. Obama entre trois et huit points d'avance. M. Obama devrait annoncer le nom de son colistier peu avant le début de la convention démocrate qui ouvre le 25 août à Denver (Colorado, ouest).

Aucun commentaire: