mercredi 21 avril 2010

Actualités du Centre – Grande Bretagne – Nick Clegg, jeune comme Obama et phénomène médiatique comme Bayrou?


Alors que la presse anglaise en fait son chouchou mais se demande s’il a vraiment un programme, la presse française découvre Nick Clegg, le ledaer des libéraux démocrates, et les militants du Mouvement démocrate voient en lui l’alter ego britannique de François Bayrou en espérant que les prochaines présidentielles françaises ressembleront aux prochaines législatives britanniques...

Jeune comme Barack Obama, Nick Clegg n’a pourtant, ni un charisme identique, ni un programme aussi ambitieux que le Président des Etats-Unis, même s’il tente de l’étoffer en récupérant des idées de l’Américain, notamment en matière de régulation financière. Prônant l’indépendance totale de son parti, il réjouit tous ceux qui, au Mouvement démocrate, pensent que c’est le créneau distinctif de François Bayrou. Néanmoins, le système électoral britannique, majoritaire à un tour, donne moins d’importance à des alliances électorales de l’autre côté de la Manche. De plus, le Parti libéral-démocrate atteint des scores électoraux de 20%, ce qui est loin d’être le cas du Mouvement démocrate…

En réalité, Nick Clegg se rapproche plus de François Bayrou pour être de centre-gauche (même s’il a recentré son discours ce qui n’est pas le cas du leader du Mouvement démocrate), pour avoir un programme assez flou et être surtout un phénomène avant tout médiatique, les journalistes ayant trouvé le moyen, comme en France en 2007, de donner un peu de peps à une campagne électorale morne en mettant en avant un «troisième homme» et aux électeurs de se défouler devant un choix peu attractif entre Gordon Brown, le Premier ministre travailliste sortant, et David Cameron, le leader du Parti conservateur.

Sa bonne prestation lors du premier débat électoral jamais organisé en Grande Bretagne a joué un rôle central. Mais il reste deux débats et après l’image, il va bien falloir parler plus largement des idées. Et celles de Nick Clegg risquent d’apparaître dans beaucoup de domaines comme assez faibles et dans d’autres peu populaires dans son pays (large ouverture à l’immigration et pro-européanisme). C’est après ces prochains rendez-vous qu’il faudra voir si les chances du leader des libéraux-démocrates sont réelles.

Aucun commentaire: