vendredi 8 juillet 2011

Une semaine en Centrisme. Centre: recherche dynamique désespérément


La trêve politique estivale se fait sur un pauvre constat pour le Centre. Il n’a pas réussi à se rassembler et il ne parvient pas à susciter une dynamique d’adhésion dans la population qui pourrait lui permettre de peser lors des prochaines élections présidentielles et législatives autrement que par monnayer ses voix de premier tour afin d’obtenir quelques gratifications mineures.
Mais pour que cette dynamique existe, il faudrait que le Centre puisse en être le déclencheur. Or, soyons honnête, qu’est-ce que l’image actuelle des centristes? Des hommes et des femmes politiques en train de se dénigrer les uns et les autres sans réel projet politique et dont les motivations semblent être beaucoup plus personnelles que tournées vers le bien être des Français.
Quant aux leaders, ils sont incapables de susciter un engouement «obamesque»! François Bayrou et Jean-Louis Borloo occupent la scène politique depuis longtemps et ne sont guère vus comme des agents de la rénovation, tout autant que Jean Arthuis. Hervé Morin, Jean-Christophe Lagarde, François Sauvadet et quelques jeunes et moins jeunes loups sont incapables de s’imposer aux yeux du grand public.
Qu’est-ce qui pourrait bien dynamiser le Centre?
C’est difficile à dire car une dynamique comporte de multiples éléments qui ne sont guère tous rationnels. Quand François Bayrou explique que le Centre doit trouver en lui-même la justification de son existence et non attendre que des événements extérieurs le fasse exister, il a raison. Néanmoins, la conjoncture a toujours joué un rôle dans tous les mouvements qui portent un parti ou un courant politique et/ou qui permettent de remporter une élection.
Comme le rappelait récemment Pascal Perrineau, le directeur du Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris), dans Le Figaro, pratiquement toutes les élections présidentielles de la V° République ont connu des surprises, de la mise en ballotage du Général de Gaulle en 1965 à l’élimination du deuxième tour de Lionel Jospin en 2002 en passant par la victoire de François Mitterrand en 1981, voire à celle de Valéry Giscard d’Estaing en 1974.
Et ces surprises n’étaient pas perceptibles jusqu’à quelques semaines ou même quelques jours avant le scrutin. Mais elles étaient toutes la résultante d’une conjoncture particulière qui permet, finalement, à un candidat de l’emporter ou à un autre de sombrer après avoir été le favori.
Du coup, si le Centre recherche désespérément une dynamique, rien n’est pourtant donné, alors que nous à plus de neuf mois du premier tour de l’élection présidentielle. Les centristes ont encore un peu de temps pour susciter un mouvement d’adhésion. De même, leurs concurrents ont encore du temps pour leur offrir une plus grande exposition…
Reste que l’analyse de la situation du Centre, morcelé, miné par les inimitiés et ayant une image très troublée dans l’opinion publique et les médias n’incite guère à l’optimisme.
Ce qu’il faudrait pour mettre un peu d’ordre dans le petit monde du Centre, c’est qu’au moins les centristes s’appliquent à eux-mêmes ce qu’ils réclament des autres: la responsabilité.

Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC
Jean-Louis Pommery
Directeur des études du CREC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire