samedi 30 juillet 2016

Actualités du Centre. Etats-Unis. Trump veut «casser la gueule» du centriste Bloomberg!

Michael Bloomberg & Donald Trump
Et si le centriste Michael Bloomberg avait délivré, lors de la Convention démocrate de Philadelphie, le discours le plus efficace contre Donald Trump?
En tout cas, ce dernier ne s’y est pas trompé en estimant tout le mal qu’il pourrait lui faire par sa réaction rageuse aux propos de l’ancien maire de New York.
Ainsi, il a déclaré, lors d’une conférence de presse, qu’il allait «casser la figure» de Bloomberg (dont il n’a pas cité le nom alors) puis dans un tweet d’une mesquinerie coutumière chez lui où lui prédit (là, il le cite nommément) moins de 10% des voix s’il se représente à la mairie de New York…
Pourquoi tant de haine de la part de Trump vis-à-vis de Bloomberg?
Tout simplement parce que ce dernier est, non seulement, un Newyorkais comme Trump mais c’est aussi un milliardaire comme prétend l’être le candidat républicain (il refuse de publier sa feuille d’impôt donc il faut le croire sur parole).
Et ce que dit Bloomberg, c’est que Trump n’a rien créé tout seul, que sa famille lui a donné des millions de dollars pour s’installer (alors que lui a commencé sans rien et a monté un empire des médias financiers), qu’il est un escroc qui ne paye pas ses fournisseurs, qui profite de manière éhontée de ses salariés et ainsi de suite.
Et, dans une attaque d’une rare puissance, avec une voix posée et un regard d’acier, il a traité Trump d’«hypocrite» et a expliqué qu’en tant que Newyorkais il savait «reconnaitre un escroc» quand il en voyait un puis s’est exclamé «Trump veut diriger le pays comme il dirige ses affaires, que Dieu nous en protège!»
On comprend la colère que cela a du provoquer chez un narcissique égocentrique comme Donald Trump, lui qui se présente comme «le seul à pouvoir réparer l’Amérique»…
Mais de là à vouloir casser la figure à Bloomberg, c’est bien la première fois qu’un candidat d’un des deux grands partis à la présidence menace un opposant de lui «casser la figure».
Pour autant, cette sortie de Trump pourrait préfigurer une nouvelle d’attaques bien plus ordurières de sa part puisqu’en réponse aux propos sur sa personne lors de la Convention démocrate, il a déclaré que, désormais, il ne serait plus «le gentil gars» qu’il était jusqu’à présent (sic!) et qu’il allait s’en prendre à tous ceux qui sont contre lui.



Aucun commentaire: