vendredi 23 septembre 2016

Actualités du Centre. Pour Bayrou, le Centre «uni et indépendant gouvernera la France»

Alors que s’ouvre la traditionnelle université de rentrée du Mouvement démocrate à Guidel dans le Morbihan, François Bayrou est revenu sur la situation du Centre en France à l’approche de l’élection présidentielle qu’il voit avec optimisme.
Dans un entretien sur LCI, il a ainsi déclaré que «le Centre est une famille politique qui a une vision originale de l’avenir».
Selon lui, «les enquêtes (d’opinion) montrent qu’il y a un très fort soutien dans l’opinion publique française à une proposition politique différente de celle des deux grands partis qui exercent le pouvoir depuis 30 ans. L’équipe qui soutient cette volonté pour le pays existe, elle est plus soudée qu’aucune autre équipe et parmi les élus, elle est forte. Simplement, depuis très longtemps, le Centre a renoncé à exister mais il ne demande qu’à renaître. Partout dans le pays, il y a des responsables qui se retrouvent dans cette vision et je dis que le Centre existera et gouvernera la France le jour où il acceptera d’être uni et indépendant».
Etrangement, il poursuit en affirmant que c’est derrière Alain Juppé, un non-centriste, que peut renaître ce Centre «indépendant», un peu comme en 1995 où lui et ses amis avaient soutenus Edouard Balladur:
«Aujourd’hui, la plupart de ces responsables se retrouvent autour d’Alain Juppé. Ils retrouvent là une possibilité, une compatibilité pour changer la vie politique française. C’est une force, simplement c’est une force qui ne s’est pas révélée depuis longtemps».
Dans un entretien à Ouest France, François Bayrou précise sa pensée:
«Pour moi, il n’y a pas des centres, il ya un seul Centre. Les appareils sont concurrents, il y a des rivalités, mais le Centre est en fait le courant le plus homogène de la vie politique française. Ce Centre a été mis sous le boisseau parce qu’un certain nombre de ses responsables ont été séduits par l’idée d’un parti unique et parce que la loi électorale l’a constamment privé de la représentation qui devait être la sienne. Or c’est une faute historique que d’avoir fait le soi-disant «parti unique de la Droite et du Centre» (ndlr: idée d’Alain Juppé…). Ainsi, la Droite n’a pas pu jouer son rôle et le Front national a prospéré. Et le Centre n’a pas pu jouer son rôle, notamment dans l’Ouest, et le Parti socialiste s’est installé. La France a besoin d’un vrai Centre».
Et de répéter: «le jour où il sera uni et indépendant, il gouvernera la France».
Quant à savoir ce qu’il pense de la création d’un axe central, allant de Juppé à Valls et Macron (qu’il critique à nouveau), défendu, entre autres, par le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde, il botte en touche:
«Une recomposition est nécessaire, mais elle n’est envisageable que sans faux-semblants et sans masques. Les grands courants politiques ont leur ADN, leurs convictions, leur histoire. C’est à partir de cela qu’ils peuvent assumer de prendre leur part de l’avenir. Voilà pourquoi il faut des institutions qui garantissent le pluralisme. Il faut que chacun soit représenté à sa juste part, en fonction du soutien des Français. Et il faut un président rassembleur. C’est ainsi que nous pouvons changer la politique française. Le Centre, pour moi, c’est cela : la revendication d’une authenticité, et pas la tentation permanente de se jeter dans les bras des voisins».



Aucun commentaire: