samedi 13 janvier 2018

Actualités du Centre. Allemagne – Nouvelle gouvernance au centre et plus pro-européenne prévue

Angela Merkel (CDU) & Martin Schulz (SPD)
Avec l’accord entre la CDU-CSU et le SPD – qui doit être encore complété puis validé par les militants –, l’Allemagne s’achemine, à nouveau, vers un gouvernement de «grande coalition» (regroupant les deux partis dominants de la scène politique depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale) et, sans doute, une gouvernance, sinon du Centre, un peu plus au centre que lors de la précédente législature.
Si cette accord permet à Angela Merkel de demeurer chancelière et aux démocrates chrétiens de la CDU de ne pas revenir devant les électeurs (même si les sondages indiquent que les résultats seraient les mêmes que lors des législatives de septembre dernier) et au pays d’éviter une crise politique, voire une montée des extrémistes avec le parti d’extrême-gauche Die Linke mais surtout les fascistes de l’AfD, il posera sans doute plus de problèmes aux sociaux-démocrates du SPD qui avaient enregistré leur pire résultat depuis 1945 et qui vont devoir, à nouveau, être les alliés secondaires dans cette coalition.
Néanmoins, après la déconvenue électorale, Merkel et son parti vont sans doute adopter une politique plus sociale et plus pro-européenne, ce que demandait le SPD pour conclure une alliance.
Concernant l’Union européenne, le texte de l’accord indique que l’Allemagne veut un «nouveau départ» pour l'Europe qui doit «plus qu'avant prendre son destin entre ses mains».
Dans ce cadre, l'Allemagne veut participer «activement au débat sur l'avenir de l'UE» au niveau fiscal, économique (compétitivité, investissement, etc.) social (dont la mobilité) mais aussi sur les valeurs démocratiques devant la montée des extrémismes et des populismes.
Concernant la zone euro, l’accord indique que «nous soutenons les crédits budgétaires spécifiques destinés à la stabilisation économique et à la convergence sociale ainsi qu'au soutien des réformes structurelles dans la zone euro, qui pourraient constituer le point de départ d'un futur budget d'investissement pour la zone euro».
Un engagement qui a été salué par le président de la république français, Emmanuel Macron qui a déclaré, «Je suis heureux et satisfait que Mme Merkel puisse avancer vers un gouvernement de coalition qui sera utile et qui est attendu par l'Europe et la France».


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire