vendredi 28 juin 2019

Présidentielle USA 2020. Propos centristes lors du premier débat entre candidats à la primaire démocrate (session II)

Voici une sélection, ce 28 juin 2019, des propos tenus par les candidats centristes à la primaire démocrate lors du premier débat organisé entre eux le 27 juin à Miami (Floride).
Il s’agit de la deuxième session de ce débat avec dix candidats, le premier ayant eu lieu le 26 juin avec dix autres candidats.
A noter, selon l’ensemble des observateurs, la bonne performance, du côté centriste, de la sénatrice de Californie et ancienne procureure générale de cet Etat, Kamala Harris.
Concernant le favori actuel des sondages, l’ancien vice-président de Barack Obama, Joe Biden, les avis sont plus mitigés.
C’est essentiellement parce que le centriste et ancien sénateur du Delaware, a été la cible de toutes les attaques venues, bien sûr, des candidats situés à l’aile gauche du parti mais aussi, évidemment, du socialiste Bernie Sanders (dont on rappelle qu’il n’est pas membre du Parti démocrate).
Plus surprenant, Kamala Harris, pourtant centriste, a mené une attaque particulièrement agressive contre Joe Biden à propos des problèmes de race (la sénatrice est afro-américaine).
Elle a joué sur la longue carrière de Biden pour trouver des situations qui pourraient prêter à polémique même si elle ne l’a pas accusé formellement de racisme (ce qui serait quelque peu difficile puisqu’il a été pendant huit ans le vice-président du premier et seul président afro-américain des Etats-Unis!).
Rappelons qu’en ce qui concerne le Parti démocrate, où se trouvent désormais l’énorme majorité des centristes, organise la première de ses primaires le 3 février 2020 dans le New Hampshire.
La convention qui choisira le candidat du Parti démocrate se tiendra du 13 au 16 juillet 2020 dans la ville de Milwaukee (Wisconsin).

Joe Biden (Parti démocrate, ancien vice-président, candidat de la primaire présidentielle 2020)
- Donald Trump pense que Wall Street a construit l’Amérique. Les Américains ordinaires de la classe moyenne ont construit l’Amérique. Mon père avait une expression. Il disait: «Joe, un travail est beaucoup plus qu'un salaire. C'est à propos de ta dignité. C'est une question de respect. C'est être capable de regarder votre enfant dans les yeux et de dire que tout va bien se passer». Trop de gens appartenant à la classe moyenne ainsi que les gens pauvres ne sont pas dans ce cas. Ce que je dis, c'est qu'il faut être simple. Nous devons nous assurer que nous comprenons que pour rendre leur dignité à la classe moyenne, elle doit être couverte par une assurance santé en ayant les moyens de la payer. Nous devons nous assurer qu’ils puissent avoir une formation continue et qu'ils sont capables de la payer. Et nous devons nous assurer qu’ils sont capables de respirer de l’air pur et qu’ils ont de l’eau potable à boire. Donald Trump nous a mis dans une situation horrible. Nous avons une énorme inégalité de revenus. Et une chose sur laquelle je suis d’accord, c’est que nous pouvons opérer des coupes massives dans les niches fiscales et que j’éliminerai les baisses d’impôt décidées par Donald Trump en faveur des plus riches.
- Nous devons faire en sorte que tout le monde reçoive une bonne éducation. C’est la raison pour laquelle je propose que nous nous concentrions sur les écoles en détresse. C'est pourquoi je pense que nous devrions tripler le montant que nous dépensons pour les écoles. C'est pourquoi je pense que nous devrions avoir un système de maternelles universel. C'est pourquoi je pense que chaque personne diplômée du secondaire, soit 65 personnes sur 100, a maintenant besoin de quelque chose au-delà du secondaire et que nous devrions lui fournir les moyens de poursuivre son éducation. C'est pourquoi il devrait y avoir un collège communautaire gratuit et une réduction de moitié du coût d'un collège normal. C'est pourquoi nous devrions être en position de n’obliger personne à rembourser une dette d'études lorsque celle-ci gagne moins de 25 000 $ par an. Leur dette doit être gelée, aucun paiement d'intérêt ne doit leur être demandé tant qu'ils ne gagnent pas plus Nous ne pouvons pas mettre les gens dans une position où ils ne peuvent pas continuer leurs études. Nous pouvons donc faire beaucoup, mais nous devons faire en sorte que la formation continue soit accessible à tous afin que tous puissent être compétitifs au XXI° siècle. Ce n’est pas ce que nous faisons actuellement.
- Tout cela est très personnel pour moi. Lorsque ma femme et ma fille ont été tuées dans un accident de voiture, mes deux garçons ont été grièvement blessés. Je ne peut pas imaginer ce que j’aurais fait si je n'avais pas eu accès à des soins de santé adéquats. Et puis, quand mon fils est rentré d'Irak après un an, on lui a diagnostiqué un cancer en phase terminale et on lui a donné quelques mois à vivre. Je ne peux même pas imaginer ce qui se serait passé si, en fait, on lui avait dit que pendant les six derniers mois de sa vie, il serait seul, qu’on lui résilierait son assurance. Le moyen le plus rapide pour aller de l’avant est de construire sur Obamacare, sur ce que nous avons déjà fait. Et deuxièmement, nous assurer que tout le monde a une option. Tout le monde, qu’il ait une assurance privée, une assurance employeur ou qu’il n’ya pas d’assurance, doit, en fait, pouvoir souscrire à un régime de type Medicare. Regardez, l'urgence compte. Il y a des gens actuellement confrontés à ce que j'ai vécu et à ce que nous avons dû affronter, sans l'aide que j'avais. Nous devons bouger maintenant.
- Nous ne pouvons pas laisser des personnes malades, peu importe d'où elles viennent et quel que soit leur statut, rester sans couverture santé. On ne peut pas faire ça. Il faut s'en occuper, point final.
Nous pouvons négocier avec ces compagnies d’assurance-santé. Nous pouvons mettre en prison les dirigeants de celles qui font des publicités trompeuses, comme celles sur les opioïdes, celles qui paient les médecins pour qu’ils en prescrivent. Nous pourrions veiller à ce que le gouvernement soit en mesure de négocier le prix des médicaments, quel que soit leur coût, en faveur de tous les bénéficiaires de l'assurance-maladie.
- [Crise migratoire] La première chose que je ferais, c’est d’unir les familles. J'apporterais immédiatement des milliards de dollars d'aide aux pays de la région. Je parle de politique étrangère. Je suis le gars qui a conclu un accord bipartite à la toute fin de notre mandat [de Barack Obama et Joe Biden], pour dépenser 740 millions de dollars pour faire face au problème, pour régler sur le fond les causes du départ des gens de leurs pays.  Ça fonctionnait. Nous avons alors constaté une nette diminution du nombre d’enfants qui venaient. La crise a été atténuée. Et Trump est arrivé, et a immédiatement cessé les aides. Deuxième chose à faire: la loi exige maintenant le regroupement de ces familles. Nous réunirions ces familles, point final. Et sinon, nous placerons ces enfants dans une situation où ils seront en sécurité jusqu'à ce que nous puissions retrouver leurs parents. Et enfin, l’affirmation que les enfants dans des cages n’ont pas besoin d’un lit, ni d’une couverture, ni d’une brosse à dents, c’est scandaleux. Et nous y mettrons fin.
- Je n'ai jamais fait l'éloge des racistes. Ce n'est pas vrai. (…) D’abord, j'étais un défenseur public [nommé pour défendre ceux qui n’ont pas les moyens de se défendre en justice]. Je ne suis pas devenu procureur. J'ai quitté un bon cabinet d'avocats pour devenir défenseur public, alors que ma ville était en flammes à cause de l'assassinat de Dr. King. Ensuite, pardonnez-moi, en tant que vice-président des États-Unis, j’ai travaillé avec un homme afin de régler ces problèmes de manière très importante. (…) Mais l’essentiel ici est tout ce que j’ai fait dans ma carrière, j’ai soutenu la cause des droits civils. Je continue de penser que nous devons apporter des changements fondamentaux aux droits civils, et ces droits civils, en passant, n’incluent pas seulement des Afro-Américains, mais la communauté LGBT.
- J'ai soutenu l'ERA (Equal rights amendment, proposition d’amendement de la Constitution pour l’égalité des droits de vote) dès le début. Je suis le gars qui a prolongé la loi sur les droits de vote de 25 ans. Nous sommes arrivés au moment où nous avons obtenu 98 votes sur 98 votants au Sénat américain. J'ai également affirmé avec force que ce dont nous traitions était le fait d'empêcher les gens d'accéder aux urnes.
- [Travailler de manière bipartisane] Quand j’étais vice-président, nous avons eu besoin de trois voix pour adopter la loi de 800 milliards de dollars sur la relance de l’économie afin de nous empêcher de sombrer dans la dépression. Et j'ai réussi à avoir les trois votes nécessaires de républicains. Nous devions pouvoir empêcher le gouvernement de fermer ses portes et de faire faillite. Mais parfois, ça ne marche pas. Parfois, il faut aller au combat contre les républicains. Je suis allé dans 20 États pour soutenir plus de 60 candidats, et devinez quoi? Nous les avons battus et nous avons reconquis la Chambre des représentants.
- Durant ma vice-présidence, nous avons construit le plus grand parc éolien au monde, la plus grande installation d'énergie solaire au monde. Nous avons fait baisser le prix, le prix concurrentiel de ces deux énergies renouvelables - des sources renouvelables. Quand je serai élu, j'insisterai immédiatement pour que nous construisions effectivement 500 000 stations de recharge à travers les États-Unis d'Amérique, en collaboration avec les gouverneurs, les maires et d'autres, afin que nous puissions avoir un avenir de véhicule entièrement électrique d'ici 2020 - d'ici 2030. Je m'assurerai que nous investirons investi 400 millions de dollars dans les nouvelles sciences et technologies, pour être un exportateur non seulement de l'économie verte, mais également d'une économie pouvant créer des millions d'emplois. Mais j’adhérerai immédiatement à l'Accord de Paris sur le climat. Je remonterai la barre dans cet accord car nous représentons 15% du problème; 85% du monde compose le reste. Nous avons donc besoin de quelqu'un qui sache comment rassembler le reste du monde, le rassembler et faire quelque chose, comme nous l'avons fait avec Barack Obama.
- Je suis la seule personne à avoir battu la NRA à l'échelle nationale. Je suis le gars qui a adopté le projet de loi Brady, la vérification des antécédents, numéro un. Numéro deux, nous avons augmenté cette vérification des antécédents sous l'administration Obama-Biden. Je suis aussi le seul gars à avoir obtenu l'interdiction des armes d'assaut, ainsi que le nombre de chargeurs d'une arme à feu. Je rachèterais ces armes. Nous avons déjà commencé à en parler. Nous avons essayé de le faire. Je pense que cela peut être fait. Et il devrait être exigé que nous le fassions. Et c'est une bonne dépense. Enfin, nous devrions avoir des armes intelligentes. Aucune arme ne devrait être vendue à moins que votre mesure biométrique puisse tirer sur la gâchette. C'est notre droit de faire ça. Nous pouvons faire ça. Notre ennemi est les fabricants d’armes à feu, et non la NRA, les fabricants d’armes à feu.
- Une fois que Bush a abusé de ce pouvoir, ce qui s'est passé est que nous avons été élus après cela. Le président s'est tourné vers moi et a dit, Joe, sortez nos troupes de combat d'Irak. J'avais la responsabilité de faire sortir 150 000 soldats des troupes de combat d'Irak et mon fils était l'un d'entre eux. Je pense aussi que nous ne devrions pas avoir de troupes de combat en Afghanistan. Ça doit finir. Et je pense que vous ne trouverez personne qui ait mis en place davantage d'alliances pour faire face à la véritable menace apatride qui existe. Nous ne pouvons agir seuls face au terrorisme. J'éliminerais donc la partie de la loi qui nous permettait d'entrer en guerre et veillerais à ce que la restant de la loi ne puisse être utilisé que pour ce qui était prévu au départ, à savoir poursuivre les terroristes, mais jamais seuls. C'est pourquoi nous devons réparer nos alliances. Nous avons réuni 65 pays pour combattre ISIS en Irak et ailleurs. C'est ce que je ferais. C'est ce que j'ai fait. Et je sais comment le faire.
- Je suis prêt à diriger ce pays parce que je pense qu'il est important de restaurer l'âme de ce pays. Le président actuel l'a détruite. C'est le seul président de notre histoire à avoir assimilé les racistes et les suprémacistes blancs à des gens ordinaires et honnêtes. En fait, il est le seul président à avoir des relations proches avec les dictateurs tout en faisant un pied de nez à nos alliés. Je me présente à la présidence parce que je pense que nous devons rétablir l’épine dorsale de l’Amérique, les pauvres et les travailleurs de la classe moyenne. Vous ne pouvez pas faire cela sans restaurer la dignité qu’ils avaient autrefois. Dernière chose, nous devons unir les États-Unis d’Amérique (…). Si nous le faisons, il n'y a pas une seule chose que les Américains ne peuvent pas faire. Ce sont les États-Unis d'Amérique. Nous pouvons faire n'importe quoi si nous sommes ensemble, ensemble.

Kamala Harris (Parti démocrate, sénatrice de Californie, candidate de la primaire présidentielle 2020)
- Les républicains et Donald Trump ont adopté un projet de loi relatif aux impôts qui profite aux 1% les plus riches et aux plus grandes entreprises du pays (…) que les familles de la classe moyenne paieront d'une manière ou d'une autre (...) Et le premier jour, j’abrogerai cette facture fiscale qui profite au 1% et aux plus grandes entreprises américaines.
- Les familles qui travaillent ont besoin de soutien et doivent pouvoir s’élever socialement. Et franchement, cette économie ne fonctionne pas pour les travailleurs. Pendant trop longtemps, les règles ont été écrites en faveur des personnes qui ont le plus et non en faveur des personnes qui travaillent le plus, raison pour laquelle je propose de modifier le code des impôts de manière à ce que chaque famille gagnant moins de 100 000 dollars par an recevra un crédit d’impôt pouvant aller jusqu’à 500 dollars par mois, ce qui fera toute la différence pour ces familles qui pourront passer la fin du mois avec dignité et avec ou sans soutien.
- Une partie du problème qui se pose aux États-Unis aujourd’hui, et nous avons tous voyagé à travers le pays, ce sont ces gens qui occupent deux ou trois emplois. Vous savez, ce président déambule en parlant de sa grande économie. Vous lui demandez, eh bien, comment mesurez-vous cette grandeur de votre économie? Et il parle de la bourse. C'est bien si vous possédez des actions. Tant de familles en Amérique n’en ont pas. Vous lui demandez, comment mesurez-vous la grandeur de votre économie? Et ils indiquent les chiffres du chômage. Eh bien, en Amérique, les gens travaillent. Ils travaillent deux et trois emplois. Alors, quand on parle d'emplois, soyons vraiment clairs. Dans notre Amérique, personne ne devrait avoir à occuper plus d'un travail pour avoir un toit et de la nourriture sur la table.
- Il y a, chaque nuit en Amérique, un parent qui a vu que son enfant avait une température incontrôlable, appelle le 911 [service d’urgence], que dois-je faire? Et on leur dit, emmenez l'enfant aux urgences. Et ainsi, ils montent dans leur voiture et conduisent. Ils sont assis sur le parking à l'extérieur de la salle des urgences et regardent ces portes coulissantes en verre pendant qu'ils ont la main sur le front de leur enfant, sachant que s'ils traversent les portes, même s’ils ont une assurance, ils auront droit à une franchise de 5 000 $. C'est ce que font les compagnies d'assurance en Amérique aujourd'hui.
- Immédiatement le 20 janvier 2021, je vais (…) immédiatement, par action de l'exécutif [executive order], rétablir le statut et la protection DACA pour ces jeunes [nés aux Etats-Unis mais dont les parents sont entrés illégalement dans le pays]. J'étendrai cette protection à la procédure d’expulsion de leurs parents et pour les anciens combattants, qui sont sans papiers, qui ont servi notre pays et se sont battus pour notre démocratie. Je mettrai également immédiatement en place un processus efficace d'examen des demandes d'asile. Je libérerai les enfants des cages. Je vais me débarrasser des centres de détention privés. (...) Il s'agit de refléter les valeurs de notre pays et non d'enfermer des enfants en les séparant de leurs parents.
- Je veux qu'une victime de viol puisse courir au milieu pour faire signe à un policier et dénoncer le crime commis contre elle. Je veux que quelqu'un qui a été victime d'un crime réel puisse faire cela et ne pas avoir peur que s'il le fait, il soit expulsé, car l'agresseur dira que c'est lui le criminel.
- Il n'y a pas un homme noir que je connaisse, qu'il soit un parent, un ami ou un collègue, qui n'ait fait l'objet d'aucune forme de profilage ou de discrimination. En grandissant, ma sœur et moi avons dû ne plus jouer avec la voisine qui nous a dit que ses parents ne le voulaient pas parce que nous étions noires.
- Tout d’abord, je n’appelle même pas cela le changement climatique. C'est une crise climatique. Cela représente une menace existentielle pour nous en tant qu'espèce. Et le fait que nous ayons un président des États-Unis qui a adopté la science-fiction avant la science fait courir un péril à notre société. Je me suis rendu, pendant que les braises couvaient, sur les lieux des feux de forêt en Californie. J'ai parlé à des pompiers qui luttaient contre un incendie alors que les maisons brûlaient. Et sur cette question, c’est une question cruciale qui concerne ce que nous devons faire pour faire face à ce qui est immédiat et devant nous maintenant. C'est pourquoi je soutiens le «Green New Deal» (mesures contre le changement climatique proposées par la représentante de New York, Alexandra Occasio-Cortez]. C’est la raison pour laquelle je crois que dès le premier jour et en tant que présidente, nous reviendrons dans l’Accord de Paris, car nous devons prendre ces questions au sérieux. (…) Vous avez déjà demandé quelle était la plus grande menace pour la sécurité nationale des États-Unis. C'est Donald Trump. Et je vais vous dire pourquoi. Le changement climatique représente une menace existentielle. Il nie la science. Vous voulez parler de la Corée du Nord, véritable menace en matière d'arsenal nucléaire, mais que fait-il? Il embrasse Kim Jong-un, un dictateur, pour une séance de photos. Poutine. Vous voulez parler de la Russie? Il met la parole du président russe au-dessus de la parole de la communauté américaine du renseignement quand il s'agit de menaces sur notre démocratie et nos élections.
- Le problème est que le Congrès n’a pas eu le courage d’agir et c’est pourquoi, lorsque je serai élue présidente des États-Unis, je donnerai 100 jours au Congrès des États-Unis pour rassembler toutes ses bonnes idées et mettre un projet de loi sur mon bureau pour une signature. Et s’ils ne le font pas, je prendrai des mesures pour mettre en place la politique de vérification des antécédents la plus complète que nous ayons eue. Je demanderai à l'administration sur les armes à feu de supprimer leurs licences aux revendeurs d'armes à feu qui violent la loi. Et je vais interdire par ordre exécutif l'importation d'armes d'assaut. Parce que je vais vous dire qu'en tant que procureur, j'ai vu tellement de photos d'autopsie. J'ai embrassé tant de mères qui sont les mères de victimes d'homicide. Et j'ai assisté à tellement de funérailles d'officiers de police. C'est assez. C'est assez. (…) En tant que présidente, je vais agir.
- Premièrement, nous avons besoin d’un candidat qui ait la capacité d’empêcher Donald Trump d’être à la Maison blanche pendant quatre années de plus, et je le ferai. Deuxièmement, cette élection est à propos de vous. Il s’agit de vos espoirs et de vos rêves et de vos peurs et de ce qui vous réveille à 3 heures du matin. Et c’est pourquoi j’ai ce que j’appelle un programme de travail de 3 heures du matin, qui comprend tout ce que nous devons faire pour fournir des soins de santé et comment vous serez en mesure de payer les factures d’ici la fin du mois. Et quand je pense à ce dont notre pays a besoin, je vous promets que je serai une présidente qui dirige avec dignité, honnêteté, dit la vérité et donne à la famille américaine tout ce dont elle a besoin pour finir ses fins de mois de manière et à leur permettre de prospérer.

Michael Bennet (Parti démocrate, sénateur du Colorado, candidat de la primaire présidentielle 2020)
- Je suis tout à fait d’accord avec Bernie Sanders sur le défi fondamental auquel nous sommes confrontés en tant que pays: 40 années sans croissance économique pour 90% des Américains; 160 000 familles dans les premiers 1% ont la même richesse que les 90% inférieures; et nous avons la pire inégalité de revenus que nous ayons eue en 100 ans. Là où je ne suis pas d’accord, c’est sa solution d’assurance-maladie pour tous. Vous savez, j'ai proposé de passer aux soins de santé universels, ce que nous devons faire. C'est un droit. Les soins de santé sont un droit. Nous devons parvenir à des soins de santé universels. Je pense que la solution consiste à achever le travail que nous avons commencé avec Obamacare et à créer une option publique permettant à chaque famille et à chaque personne en Amérique de choisir si elle souhaite ou non une option publique, avoir l'assurance-maladie pour tous ou s'ils veulent conserver leur assurance privée.
- Il y a des millions de personnes en Amérique qui n'ont pas d'assurance maladie aujourd'hui parce qu'elles ne le peuvent pas. Ils sont trop riches. Riches? Ils gagnent trop d'argent pour être sur Medicaid [programme pour les plus démunis]. Ils ne peuvent pas se payer une assurance maladie.
- La plus grande menace pour notre sécurité nationale actuellement est la Russie, pas la Chine, à cause de ce qu’ils ont fait avec notre élection. Pour la Chine, je pense que le président a eu raison de la faire reculer mais il l'a fait de manière totalement fausse. Nous devrions mobiliser le reste du monde entier, qui a le même intérêt à faire reculer la politique commerciale mercantiliste de la Chine, et je pense que nous pouvons le faire.
- Quand je vois ces enfants à la frontière, je vois ma mère, parce que je sais qu'elle se voit elle-même, car elle a été séparée de ses parents pendant des années au cours de l'Holocauste en Pologne. Et pour que Donald Trump fasse ce qu’il fait aux enfants et à leurs familles à la frontière - je dis cela en tant que rédacteur du projet de loi sur l’immigration de 2013 qui a ouvert la voie à la citoyenneté pour 11 millions de personnes dans ce pays - Le Dream Act le plus progressiste qui ait jamais été conçu et adopté, a obtenu 68 voix au Sénat, avec une sécurité à la frontière de 46 milliards de dollars sophistiquée, une sécurité à la frontière du XXI° siècle sophistiquée, et non un mur médiéval. Le président a fait de la frontière des États-Unis un symbole d'hostilité nativiste que le monde entier regarde, alors que nous devrions être représentés par la Statue de la Liberté, qui a amené mes parents dans ce pays. Nous devons changer les choses.
- Premièrement, le blocage au Sénat ne disparaîtra pas par magie tant que Mitch McConnell sera là. Deuxièmement, c’est pourquoi il est si important pour nous de remporter non seulement la présidence, de pouvoir compter sur une personne pouvant se présenter dans les 50 États, mais également de remporter le Sénat. Et c'est pourquoi nous devons proposer des politiques qui peuvent être soutenues, telles que la loi sur l'assurance-maladie, afin de pouvoir constituer une large coalition d'Américains afin de vaincre (…) Nous devons mettre fin au gerrymandering. Nous devons mettre fin à la corruption politique. La Cour suprême a déclaré aujourd'hui qu'elle ne pouvait rien faire à ce sujet. Nous devons renverser Citizens United. Le tribunal est celui qui nous a donné Citizens United. Et l’attaque contre le droit de vote dans Shelby v. Holder est un problème sur lequel nous devons nous pencher (…) Nous sommes confrontés à des problèmes structurels que nous devons résoudre avec une large coalition. C'est la seule façon de le faire. Nous devons éliminer la corruption à Washington, étendre le droit des citoyens de se rendre aux urnes et je pense que nous pourrons alors réussir.
- Nous devons restaurer notre démocratie chez nous. (…) Nous avons un président qui ne croit pas à la loi, il ne croit pas à la liberté de la presse, il ne croit pas à un pouvoir judiciaire indépendant. Il croit en la corruption qu'il a apportée à Washington. Et c'est ce que nous devons changer, et c'est pourquoi tout le monde est ici ce soir et j'apprécie le fait qu'ils soient ici pour cette raison. Deuxièmement, nous devons rétablir les relations qu'il a détruites avec nos alliés, pas seulement en Europe. Il s'est rendu au G20 hier soir et a attaqué le Japon, l'Allemagne et un troisième de nos alliés sans rien dire sur la Corée du Nord ou la Russie. Et quand vous avez une situation où vous avez un président qui dit que quelque chose s'est passé dans le détroit d'Ormuz et que le monde entier ne sait pas s'il faut le croire ou non, c'est un problème énorme en ce qui concerne la sécurité nationale des Etats-Unis d'Amérique. Et nous devons changer cela.
- Ma mère et ses parents sont venus aux États-Unis pour reconstruire leur vie brisée, dans le seul pays où ils ont pu le faire. Trois cents ans auparavant, la famille de mes parents était venue chercher la liberté de religion ici. Aux États-Unis, la capacité d’une génération de faire mieux que la suivante est gravement menacée, en particulier chez les enfants vivant dans la pauvreté, comme ceux pour lesquels j’avais travaillé auparavant dans les écoles publiques de Denver. C'est pourquoi je me présente à la présidence. J'ai eu deux campagnes difficiles dans le Colorado, mais en rassemblant les gens, pas en faisant des promesses en l'air. Et je crois que nous devons former une large coalition d’Américains pour battre Donald Trump, mettre un terme à la corruption à Washington et créer une nouvelle ère de démocratie américaine et de possibilités à saisir. Ce sera difficile à faire, mais c'est ce à quoi nos parents se seraient attendus, c'est ce que nos enfants méritent.

John Hickenlooper (Parti démocrate, exgouverneur du Colorado, candidat de la primaire présidentielle 2020)
Je pense que le résultat final est que, si nous ne définissons pas clairement que nous ne sommes pas socialistes, les républicains vont nous attaquer de toutes les manières possibles et nous appellent socialistes. Et si vous regardez le Green New Deal, où j'admire le sens de l'urgence et à quel point il est important de lutter contre les changements climatiques - je suis un scientifique -, mais nous ne pouvons pas promettre à tous les États-Unis un poste au sein du gouvernement. Si nous voulons une couverture maladie universelle, j'estime que les soins de santé sont un droit et non un privilège, mais vous ne pouvez pas vous attendre à éliminer l'assurance privée pour 180 millions de personnes, dont beaucoup ne veulent pas l'abandonner. Au Colorado, nous avons réuni des entreprises et des organisations à but non lucratif, et nous avons obtenu une couverture de santé quasi universelle. Nous avons été le premier État aux États-Unis à amener la communauté environnementale et l'industrie pétrolière et gazière à s'attaquer de manière agressive aux émissions de méthane. Nous avons également été le premier endroit à élargir les droits en matière de procréation, et nous avons réduit de 54% le nombre de grossesses précoces. Nous avons fait de grandes choses progressistes que les gens ont dites impossibles à faire. J'ai fait ce que tout le monde ici parle encore de faire. Eh bien, certes, les images que nous avons vues cette semaine ne font qu'aggraver l'impact émotionnel que le monde nous juge. Si vous m'aviez jamais dit à un moment de ma vie que ce pays condamnerait des agents fédéraux à prendre des enfants dans les bras de leurs parents, à les mettre dans des cages, au Colorado, on appelle cela un enlèvement, je vous aurais dit que c'était impossible. Et la première chose à faire est de reconnaître la crise humanitaire à la frontière. Nous veillons à ce qu'il y ait suffisamment d'installations en place pour que les femmes et les enfants ne soient pas séparés de leur famille, que les enfants soient avec leur famille. (…) Nous devons nous assurer que nous fournissons non seulement un abri, mais également de la nourriture, des vêtements et un accès aux soins médicaux.
- Je partage le sens de l'urgence. Je suis un scientifique, alors je sais que, dans 10 ou 12 ans, nous subirons des dommages irréversibles. Dans le Colorado, nous fermons deux centrales au charbon et les remplaçons par des centrales éoliennes, solaires et des batteries. Les factures mensuelles baissent. Nous construisons un réseau pour les véhicules électriques. Nous travaillons avec l'industrie pétrolière et gazière et nous avons créé le premier règlement sur le méthane au pays. Le méthane est 25 fois pire que le C02. (…) Si vous regardez le vrai problème, le C02, le plus gros polluant du CO2, est la Chine, ce sont les États-Unis. (…) Je pense que nous devons réunir des personnes, des entreprises, des organisations à but non lucratif - et nous ne pouvons pas diaboliser toutes les entreprises. Parce qu'en fin de compte, si nous ne pouvons pas le faire nous serons condamnés à l'échec. Nous n’avons aucun moyen de le faire sans réunir tout le monde.
- Le Colorado est un des États les plus progressistes d'Amérique. Nous avons élargi la santé reproductive pour réduire les avortements chez les adolescentes de 64%. Nous avons été le premier État à légaliser la marijuana et nous avons transformé notre système de justice. Nous avons passé des vérifications universelles pour les armes à feu. Nous avons atteint une couverture de santé quasi universelle. Nous avons attaqué le changement climatique en appliquant les réglementations les plus strictes en matière de méthane au pays. Et au cours des trois dernières années, nous avons été la première économie en Amérique. Vous n'avez pas besoin d'un grand gouvernement pour faire de grandes choses. Je le sais parce que je suis la seule personne ici qui a réellement fait les grandes choses progressistes dont tout le monde parle. Si nous nous tournons vers le socialisme, nous risquons d'aider à réélire le pire président de l'histoire américaine.

Eric Swalwell (Parti démocrate, représentant de Californie, candidat de la primaire présidentielle 2020)
- Vous ne pouvez pas compter sur ceux qui sont au gouvernement depuis 30 ans et qui étaient présents lors de la création de ce problème pour le résoudre. C’est à la prochaine génération, les 40 millions d’entre nous qui n’avons pas les moyens de fonder une famille, qui ne peuvent pas faire accepter leurs bonnes idées, qui veulent créer une entreprise mais qui ne peuvent pas acheter leur première maison. C'est la génération qui sera capable de résoudre la dette des prêts étudiants. Cette génération est prête à diriger.
- Nous devons toujours être un pays où la technologie crée plus d'emplois qu'elle n'en détruit. (…) Nous devons donc moderniser nos écoles, valoriser les enseignants qui préparent nos enfants, effacer la dette étudiante de tout enseignant affecté à une communauté qui en a besoin, investir dans les communautés américaines, notamment là où se trouvent les meilleurs exportateurs.
- J'avais 6 ans lorsqu'un candidat à la présidence est venu à la convention démocrate de Californie et a déclaré qu'il était temps de passer le flambeau à une nouvelle génération d'Américains. Ce candidat était alors le sénateur Joe Biden. Joe Biden avait raison lorsqu'il a déclaré qu'il était temps de passer le flambeau à une nouvelle génération d'Américains il y a 32 ans. Il a toujours raison aujourd'hui. Si nous voulons résoudre les problèmes d'automatisation, passez le flambeau. Si nous voulons résoudre les problèmes de chaos climatique, passez le flambeau. Si nous voulons résoudre le problème de la dette liée aux prêts étudiants, passez le flambeau. Si nous voulons mettre fin à la violence armée pour les familles qui ont peur d'envoyer leurs enfants à l'école, passez le flambeau.
- Mon district du Congrès est l'un des plus diversifiés d'Amérique et nous voyons les avantages lorsque les gens contribuent et deviennent une partie intégrante de la communauté et ne font pas partie de l'économie souterraine.
- Gardez vos pistolets, vos fusils, vos fusils, mais nous prendrons les armes les plus dangereuses des personnes les plus dangereuses. La NRA est dans le pétrin, à cause des mères, du Brady Group, de Gifford, de Mars. Mais je suis le seul candidat sur cette scène à réclamer l'interdiction et le rachat de toutes les armes d'assaut américaines. J'ai vu les plans des autres candidats ici. Ils laisseraient tous 15 millions d'armes d'assaut dans nos communautés. Ils ne feraient aucune chose pour sauver une seule vie à Parkland. Je vais aborder cette question en tant que procureur. Je vais l'aborder comme la seule personne sur cette scène qui a voté et passé les vérifications des antécédents. Mais aussi en tant que parent, d’une génération qui envoie nos enfants à l’école où nous examinons ce qu’ils portent afin que nous puissions nous en souvenir au cas où nous devrions les identifier plus tard. Une génération qui a vu des milliers d’enfants noirs tués dans nos rues. Et une génération qui va au théâtre et nous regardons en fait où se trouvent les issues de secours. Nous n'avons pas à vivre de cette façon. Nous devons être un pays qui aime nos enfants plus que nous aimons nos armes.
- Nous ne pouvons pas être un parti tourné vers l'avenir si nous nous tournons vers le passé pour notre leadership. Je suis membre du Congrès, mais aussi père d'un enfant de 2 ans et d’un nourrisson. Quand je ne change pas de couche, je change Washington. La plupart du temps, les couches sentent mieux. Je suis allé au Congrès à 31 ans et j'ai trouvé un Washington qui ne fonctionne pas pour des gens comme vous et moi. Il est fait de riches et de déconnectés. J'ai été le premier membre de ma famille à aller au collège et à avoir une dette de prêt étudiant.
- [Ma] génération demande des solutions audacieuses. C'est pourquoi je me présente à la présidence.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire