jeudi 4 février 2021

Propos centristes. France – Lutte contre la covid19; la bataille des droits de l’Humain; loi sur le respect des principes républicains; télétravail; droit à l’enfant; loi bioéthique…

Voici une sélection, ce 4 février 2021, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.


► Emmanuel Macron (Président de la République)

- [Cancer] Le tabac, c’est 70 000 nouveaux cas de cancer chaque année. Alors, oui, nous actionnerons tous les leviers de dissuasion possibles : prix, extension des espaces sans tabac, campagnes d’information, meilleur accompagnement de ceux qui arrêtent de fumer … Derrière des chiffres souvent froids et impersonnels, il y a des vies. Des deuils que l’on peut éviter. Des familles qui peuvent se reconstruire. L’espoir, pour beaucoup de patients. La reconnaissance d’une Nation pour ses soignants et chercheurs.

- [Tribune (cosignée avec Angela Merkel, Chancelière fédérale d’Allemagne, Charles Michel, Président du Conseil européen, Macky Sall, Président de la République du Sénégal, Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU, et Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne): Face au Covid19, nous devons bâtir un multilatéralisme plus solidaire]
Le 8 septembre 2000, 189 pays signaient la déclaration du Millénaire, dessinant les principes de la coopération internationale pour une nouvelle ère de progrès autour d’objectifs communs. Au sortir de la guerre froide, nous avions confiance dans notre capacité à bâtir un ordre multilatéral qui permette de faire face aux grands enjeux de l’époque, comme la faim et l’extrême pauvreté, la dégradation de l’environnement, les maladies et les chocs économiques, et de prévenir les conflits. Au mois de septembre 2015, tous les pays ont de nouveau pris l’engagement de relever ensemble les défis mondiaux par l’intermédiaire du Programme de développement durable à l’horizon 2030.
Notre monde a connu des évolutions contradictoires, conduisant à une augmentation de la richesse à l’échelle planétaire tandis que dans le même temps, les inégalités persistaient ou s’accentuaient. La démocratie a gagné du terrain en parallèle à la résurgence du nationalisme et du protectionnisme. Au cours des dernières décennies, deux crises majeures ont bouleversé nos sociétés et fragilisé nos cadres d’action communs, semant le doute sur notre capacité à surmonter les chocs, à lutter contre leurs causes structurelles et à garantir un avenir meilleur aux générations futures. Elles nous ont également rappelé à quel point nos destins sont liés.
Pour préparer l’avenir, nous devons apporter des réponses inédites et ambitieuses aux crises les plus graves. La crise que nous traversons actuellement peut, nous en sommes convaincus, être l’occasion de forger un nouveau consensus au service d’un ordre international fondé sur le multilatéralisme et l’état de droit grâce à une coopération efficace, à la solidarité et à la concertation. Dans cet esprit, nous sommes déterminés à travailler ensemble avec les Nations unies, les organisations régionales, les enceintes internationales comme le G7 et le G20 et des coalitions ad hoc pour relever les défis mondiaux d’aujourd’hui et de demain.
L’urgence est d’abord sanitaire. La crise du Covid19 met à l’épreuve la solidarité internationale comme jamais auparavant. Elle nous a rappelé une évidence : face à une pandémie, la chaîne de notre sécurité sanitaire est aussi solide que son maillon le plus faible. Partout, le Covid19 menace la population et l’économie.
Cette pandémie exige une réponse internationale forte et concertée pour étendre rapidement l’accès aux tests, aux traitements et aux vaccins, étant entendu qu’une large couverture vaccinale est un bien public mondial qui doit être accessible à tous à un prix abordable. A cet égard, nous apportons notre soutien plein et entier à l’accélérateur « ACT », dispositif inédit lancé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les partenaires du G20 en avril 2020 pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre le Covid19.
Pour atteindre son but, ce dispositif a besoin urgemment d’un soutien politique et financier plus large. Nous encourageons également la libre circulation des données entre les partenaires et l’octroi volontaire de licences en matière de propriété intellectuelle. A plus long terme, nous devrons procéder à une évaluation indépendante et globale de notre réponse afin de tirer tous les enseignements de cette pandémie et de mieux nous préparer à la perspective d’une éventuelle pandémie future. L’OMS a un rôle crucial à jouer dans ce processus.
Mais l’urgence est aussi environnementale. Dans la perspective de la COP26 de Glasgow (Ecosse), nous devons intensifier nos efforts pour lutter contre le changement climatique et rendre nos économies plus durables. En 2021, les pays représentant plus de 65 % des émissions mondiales auront vraisemblablement pris des engagements ambitieux en matière de neutralité carbone. L’ensemble des gouvernements, des entreprises, des villes et des institutions financières doivent désormais adhérer à la coalition mondiale pour parvenir à la neutralité carbone, comme le prévoit l’accord de Paris, et commencer à agir en mettant en œuvre des mesures concrètes.
La pandémie a provoqué la pire crise économique que le monde ait connue depuis la seconde guerre mondiale. Il est absolument essentiel de rebâtir une économie mondiale robuste et stable. En effet, la crise actuelle menace d’anéantir les progrès accomplis depuis plus de vingt ans dans la lutte contre la pauvreté et l’inégalité entre les femmes et les hommes. Les inégalités menacent nos démocraties en portant gravement atteinte à la cohésion sociale.
Il est certain que la mondialisation et la coopération internationale ont permis à des centaines de millions de personnes de sortir de la pauvreté, mais près de la moitié de la population mondiale rencontre toujours des difficultés pour satisfaire ses besoins de base. Dans de nombreux pays, le fossé entre riches et pauvres est devenu insoutenable, les femmes ne bénéficient toujours pas des mêmes opportunités que les hommes, et nombreux sont ceux qui ont besoin d’être rassurés quant aux bienfaits de la mondialisation.
À l’heure où nous aidons nos économies à surmonter la pire récession depuis 1945, notre priorité absolue demeure de garantir des échanges commerciaux libres et fondés sur des règles, sans lesquels la croissance solidaire et durable ne peut s’envisager, de renforcer l’Organisation mondiale du commerce et de tirer pleinement parti du potentiel du commerce international au profit de notre reprise économique. La protection de l’environnement, de la santé et des normes sociales doit être au cœur nos modèles économiques tout en permettant l’innovation nécessaire.
Nous devons faire en sorte que la reprise mondiale bénéficie à tous. A cet égard, nous devons accroître notre soutien aux pays en développement, en particulier en Afrique, en nous appuyant sur des partenariats existants comme le Pacte avec l’Afrique du G20, ou son effort conjoint avec le Club de Paris dans le cadre de l’Initiative de suspension du service de la dette. Il est essentiel d’aider davantage ces pays à réduire le fardeau de leur dette et d’assurer le financement durable de leurs économies en ayant recours à tout l’éventail des instruments financiers internationaux, tels que les droits de tirage spéciaux dans le cadre du Fonds monétaire international.
L’essor des nouvelles technologies constitue un atout précieux au service du progrès et de la solidarité : il a permis de sauver des vies pendant la pandémie et il contribue à l’ouverture et à la résilience des personnes et des sociétés, des économies et des Etats. Pourtant, près de la moitié de la population mondiale n’est pas connectée et ne peut pas accéder aux avantages de ces technologies, et c’est aussi le cas pour plus de la moitié des femmes et des filles.
Par ailleurs, l’incroyable puissance des nouvelles technologies peut être détournée afin de limiter les droits et les libertés des citoyens, de semer la haine ou de commettre des crimes graves. Nous devons tirer profit des initiatives existantes et mobiliser les acteurs concernés pour réguler efficacement l’Internet afin de créer un environnement numérique sûr, libre et ouvert, dans lequel la circulation des données soit sécurisée et les avantages soient démultipliés. En particulier pour les personnes les plus défavorisées. Nous devons aussi traiter les problématiques fiscales de la transformation numérique de l’économie et lutter contre la concurrence fiscale dommageable.
Enfin, la crise sanitaire a interrompu les études de millions d’écoliers et d’étudiants. Nous devons tenir la promesse de dispenser un enseignement à toutes et à tous et permettre aux nouvelles générations d’acquérir les compétences et les connaissances scientifiques de base, mais également de développer leur curiosité envers d’autres cultures, leur tolérance, ainsi que leur respect du pluralisme et de la liberté de conscience. Les enfants et les jeunes sont notre avenir et leur éducation est une nécessité.
Le multilatéralisme n’est pas juste une technique diplomatique parmi d’autres pour répondre à ces enjeux. Il façonne un ordre mondial, une manière bien particulière d’organiser les relations internationales, qui s’appuie sur la coopération, l’état de droit, l’action collective et des principes communs. Plutôt que d’opposer les civilisations et les valeurs les unes aux autres, nous devons bâtir un multilatéralisme plus solidaire, dans le respect de nos différences et de nos valeurs communes inscrites dans la Déclaration universelle des droits de l’homme.
Le monde d’après le Covid-19 ne sera pas le monde d’avant. A nous de tirer parti des différentes enceintes et possibilités, telles que le Forum de Paris sur la paix, pour relever ces défis avec lucidité. Nous invitons toutes les figures politiques, économiques, religieuses et intellectuelles à contribuer à cette conversation mondiale.

- [Covid19] J'ai confiance en notre capacité à nous mobiliser pour freiner le virus.

- [Covid19] C’est par notre vigilance collective que nous réussirons. Tester, au moindre symptôme. Alerter, pour limiter la propagation. Protéger, en respectant l’isolement.

- [Covid19] Ce qui nous contraint aujourd’hui dans la campagne de vaccination, c’est l’accès aux doses. Nous avons un calendrier. Entre fin février et début mars, 4 sites français vont produire le vaccin. Notre mobilisation reste totale. D'ici à la fin de l'été, nous aurons proposé à tous les Français adultes qui le souhaitent un vaccin.

- [Covid19] Nous ne pourrons vaincre le virus que si dans tous les pays d'Europe où nous circulons librement nous arrivons à avoir la même campagne de vaccination. Il nous faut vacciner en Européens. C'est notre stratégie.

 

Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)

- Aux étudiants, comme à tous les Français, nous continuerons à tenir un langage de vérité et de responsabilité.

- Partout en France, la campagne de vaccination se poursuit : nous avons atteint et même dépassé les premiers objectifs que nous avions fixés. Nous le devons à la mobilisation de nos soignants et de tous les acteurs de la chaîne de santé. Fier de leur engagement!

 

Jean-Yves Le Drian (ministre de l'Europe et des Affaires étrangères)

- Les droits de l'Homme sont de plus en plus menacés dans le monde. C'est une véritable bataille des modèles à laquelle nous assistons.

- La situation en Russie est très grave avec une dérive autoritaire.

- [Russie] Les arrestations arbitraires, collectives et préventives qui ont été mises en œuvre sont parfaitement inacceptables. Nous demandons la libération immédiate d'Alexeï Navalny.

- Nous voulons garder un lien de dialogue ferme avec la Russie qui est notre voisin.

- La situation en Birmanie est extrêmement grave. Ce coup d'Etat est inacceptable.

- Nous avons déjà pris des sanctions contre certains responsables [du coup d’Etat au Myanmar]. Il faudra en prendre au niveau européen.

- [Covid19] Ce qui a changé, c'est que les Français et les Européens s'ils veulent voyager devront présenter les raisons de leurs déplacements.

- [Recherche scientifique] Je ne réduis pas le poids de la France à l'échec à un moment donné d'un laboratoire.

 

Barbara Pompili (ministre de la Transition écologique)

- [Indice de réparabilité de 0 à 10 affichée sur plusieurs catégories de produits] Une avancée structurante, utile à tous, pour faire émerger une culture de la réparabilité en France.

- Je le réaffirme clairement : le projet minier Montagne d’Or en Guyane est incompatible avec nos ambitions environnementales. Le Gouvernement a déposé un recours contre l'injonction du tribunal administratif de Cayenne à prolonger la concession du site.

 

Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports)

30 minutes d’activité physique par jour! C’est une réalité dans 800 écoles primaires de France et nous l’étendrons dans chaque école qui le souhaitera. Pour la bonne santé de nos élèves et leur épanouissement.

 

Bruno Le Maire (ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance)

Ayons confiance ! Malgré l'épuisement lié aux restrictions sanitaires qui pèsent sur la vie de chacun, ne cédons pas aux discours défaitistes. La France a une capacité de rebond économique exceptionnelle. Notre économie a des fondamentaux solides. Nous nous relèverons ensemble.

 

Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur)

- Séparatisme: Il y a aujourd’hui chez une certaine droite, par anti-macronisme primaire, par politique politicienne, le refus de voter un texte extrêmement courageux qui porte des dispositions fortes et qui devrait faire l’unanimité chez les républicains au sens large.

- Évidemment qu’il peut y avoir des actes terroristes liés à l’immigration. Mais on mentirait si on disait aux Français qu’en stoppant l’immigration on stopperait le terrorisme. L’islamisme que nous combattons n’a ni frontière, ni identité, ni religion.

- Loi séparatisme : l’article Premier a été adopté à l’unaminite moins 1 voix. Cet article très important garantit le respect du principe de neutralité et de laïcité pour les salariés des entreprises délégataires d’un service public : transport, piscine...

- Madame Le Pen est exactement le contraire de ce qu'elle dit, elle n’a pas voté la loi permettant de fermer les lieux de culte en lien avec le terrorisme. La vérité c'est que l’extrême droite vit des problèmes des Français et qu'elle ne souhaite pas les résoudre.

- Dire que Mila n'est pas protégée par la République est un scandale absolu. Des policiers et des gendarmes risquent tous les jours leur vie pour la protéger.

 

Elisabeth Borne (ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion)

- [Télétravail] Je confirme que mes services vont renforcer leurs interventions en entreprises pour conseiller, contrôler et le cas échéant sanctionner.

- J'ai conscience que le télétravail est un effort important que l'on demande. Mais il est essentiel pour éviter un nouveau confinement. Entreprises et salariés doivent le mettre en œuvre au maximum : il est la règle pour toutes les tâches qui peuvent être faites à distance.

- Quand on recrute un apprenti, on prépare les compétences dont on aura besoin dans 2 ou 3 ans.

- [Plus de 450.000 apprentis recrutés l'année dernière] 2020 est un record historique pour l'apprentissage dans notre pays. Un record inespéré dans le contexte actuel de crise.

 

Eric Dupond-Moretti (Garde des Sceaux, ministre de la Justice)

- Il n'y a pas à proprement parler de droit à l'enfant mais il y a des enfants qui sont sujets de droits. Réfléchissons ensemble à celles et ceux qui ont tellement envie d'avoir un enfant et qui pourraient s'entendre dire qu'ils n'ont aucun droit. Réfléchissons à cette brutalité.

- Les délais de traitement de la Justice sont trop longs. Magistrats, greffiers, avocats doivent pouvoir travailler ensemble à des solutions créatives et innovantes pour résorber les stocks de dossiers à traiter. Un groupe de travail me remettra dès mars des propositions concrètes. (…)Ce que je veux, c’est qu’on déstocke, que les délais de jugement soient réduits.

 

Roselyne Bachelot (ministre de la Culture)

Le Président de la République a annoncé une année blanche: durée d’indemnisation chômage des intermittents repoussée au 31/08/21, devenue pour tous la date d’examen des droits.

 

Olivier Véran (ministre des Solidarités et de la Santé)

Combattre le surendettement, c’est lutter contre une spirale qui pousse trop de familles dans la pauvreté. En 2021, 500 points conseil budget soutiendront dans toute la France celles et ceux que la crise plonge dans la difficulté.

 

Frédérique Vidal (ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation)

- Un cadre clair et adapté pour garantir la liberté des chercheurs dans le respect de nos principes éthiques: c'est l'exigence au cœur du projet de loi Bioéthique. (…) Ce texte est résolument tourné vers nos chercheurs, dont je veux saluer ici l’extraordinaire mobilisation ces derniers mois.

- Lancement d'Horizon Europe, le programme de recherche et d'innovation le plus ambitieux au monde. Horizon Europe, c'est un investissement massif dans la recherche et l'innovation pour pouvoir bâtir une Europe plus verte, plus saine et plus. Plus que jamais nous savons que l'Europe qui nous aidera à surmonter cette crise est une Europe forte et unie. Une Europe qui nous protège.

 

Julien Denormandie (ministre de l'Agriculture et de l'alimentation)

- La loi Egalim aujourd'hui, il y a des acteurs qui ne la respectent pas. Nous démultiplions les contrôles, partout sur le territoire.

- France relance continue de se déployer sur l’ensemble du territoire pour accélérer le développement d’une alimentation plus locale !

 

Amélie de Montchalin (ministre de la Transformation et de la fonction publique)

- Nous ne renforçons pas le télétravail parce que c'est la règle, mais parce que ça marche. C'est une de nos armes les plus puissantes contre la covid19, et pour éviter un confinement.

- Chaque semaine, avec le Président et le Premier ministre, je m'assurerai personnellement que le nombre d'agents qui télétravaillent augmente, mais aussi le nombre de jours télétravaillés.

- Je demande à tous les secrétaires généraux des ministères d'augmenter sans attendre le nombre de jours télétravaillés dans les administrations.

 

Elisabeth Moreno (ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances)

- Les chantiers d'insertion sont un moyen efficace pour : redonner confiance aux personnes éloignées de l'emploi, concrétiser un projet professionnel, s'insérer durablement dans l'emploi.

- Via la formation et l'emploi, le plan 1jeune1solution a vocation à permettre à chaque jeune de trouver sa place dans la société.

- La PMA pour toutes est un enjeu de justice sociale. Sans remboursement par la sécurité sociale, cet engagement sera ineffectif. Le gouvernement est déterminé à rendre concrète cette mesure d'égalité.

- On ne devrait même pas parler de consentement dans le cadre de l’inceste.

- Un féminicide est et restera toujours un féminicide de trop. En 2020, 90 féminicides ont été perpétrés, ôtant la vie à des femmes innocentes, endeuillant des familles et brisant la vie de trop nombreux enfants. Le gouvernement est pleinement mobilisé pour enrayer ce fléau.

 

Franck Riester (ministre chargé du commerce extérieur et de l'attractivité)

- Sur Mercosur, j’ai rappelé que la France ne transigera pas sur les exigences que nous avons posées le 18 septembre en matière: de lutte contre la déforestation, de mise en œuvre de l’Accord de Paris, de respect des normes européennes sur les produits agro-alimentaires.

- Nous souhaitons que la relance de l’export soit pleinement alignée avec notre ambition environnementale & climatique. C’est pourquoi nous avons décidé d’intégrer un volet verdissement aux outils que nous déployons avec la Team France export.

- Le nucléaire est clé pour: notre avenir écologique & économique, la souveraineté industrielle et l’indépendance énergétique européenne.

 

Olivier Dussopt (ministre chargé des Comptes publics)

- Le gouvernement est mobilisé pour accompagner l’économie. Nous sommes aussi vigilants pour lutter contre les fraudes et les abus au chômage partiel et au fonds de solidarité. 1€ versé doit être 1€ utile à l’économie. Nous serons intransigeants.

- [Fraude sociale] Il n’y a jamais eu de tolérance envers les fraudeurs. Mais avec la crise et les moyens actuellement déployés, notre politique de tolérance zéro est d’autant plus nécessaire.

- La fraude aux prestations et cotisations sociales détectée en 2019 s’élève à 1,5 milliard d’euros. Elle est nécessairement plus élevée en réalité - elle est régulièrement évaluée entre 5 et 6,5 milliards pour les cotisations sociales - mais, en tout cas, on est très loin des dizaines de milliards que certains avancent. (…)  Je ne suis pas là pour nourrir les passions. J’ai demandé aux équipes d’appliquer le plan de façon chirurgicale en se basant sur des faits.

 

Agnès Pannier-Runacher (ministre chargée de l'Industrie)

- La tension mondiale sur l'approvisionnement en vaccins est très forte. C'est pourquoi nous nous sommes assurés que la production des vaccins à destination des européens soit assurée sur le sol européen : nous ne dépendons pas des pays qui pourraient fermer leurs frontières.

- Le vaccin Moderna sera produit en France en mars, celui de Pfizer en avril.

- [Vaccins covid19] Nous accompagnons, depuis juin 2020, 4 entreprises qui vont produire en France. S'ajoutent à ces sites Sanofi qui produira pour Pfizer-BioNtech en Allemagne. Et nous accompagnerons d’autres sites pour produire + vite et + fort, comme l’a demandé le Président de la République.

- [Vaccins covid19] Avant fin février, nous aurons 1 million de doses par semaine. (…)Sur les 3 sous-traitants en France, on table sur une centaine de millions de doses pour l'année 2021.

- Entre 2005 et 2015, la part des médicaments fabriqués en France a été divisée par 2. Ce gouvernement a refait de la politique industrielle en matière de santé une priorité. Notre engagement est total pour reconstituer une R&D et des sites industriels en France.

- [Vaccins covid19] J'ai mis en place un commando vaccins à Bercy, composé d'experts du public et du privé en industrialisation de vaccins et produits pharmaceutiques. L'enjeu : mobiliser tous les laboratoires et sous-traitants pour lever tous les freins à la production de vaccins.

- La France va produire des vaccins: courant mars, la production débutera pour le vaccin Moderna ; courant avril débutera la production du vaccin PfizerBioNTech; en mai, ce sera au tour de la production du vaccin Curevac, s'il obtient la mise sur le marché.

 

Alain Griset (ministre chargé des Petites et moyennes entreprises)

- Ce n'est pas moi qui le dis mais les chiffres : les dispositifs d'aide aux entreprises ont bénéficié en majorité aux plus petites d'entre elles. Et jusqu'à ce que nous soyons sortis de cette crise, l'État continuera d'être à vos côtés.

- Aujourd'hui, l'activité économique fonctionne à 90% ! Les 10% restants ne fonctionnent pas du tout, il y a un fossé important, c'est pour ça que les aides sont ciblées pour les soutenir.

- Il y a un vrai sujet autour des soldes aujourd'hui, la période ne correspond plus à grand chose. Il faut remettre le sujet sur la table avec les professionnels.

- Nous n'avons pas de date de réouverture pour les restaurants. Les dispositifs d'aides actuels correspondent à leur demande. Je comprends leur désir de travailler mais les aides sont là.

- Certaines entreprises craignent de ne pas pouvoir rembourser les PGE ou les étalements de charges sociales. Nous allons négocier avec l'UE pour permettre un allongement de la durée de remboursement des PGE.

- Emmanuel Macron a choisi le couvre-feu, c'est un geste fort car le confinement est difficile à supporter. Chacun doit jouer son rôle pour qu'on puisse tenir comme ça, mais nous ne sommes pas à l'abri avec le variant anglais.

 

Marlène Schiappa (ministre chargée de la Citoyenneté)

- La majorité des associations respecte et défend les principes républicains mais une minorité d’entre elles relaie l’idéologie islamiste. Le contrat d’engagement républicain soutient les élus locaux qui défendent les valeurs républicaines!

- Bracelet anti-rapprochement, saisie des armes, téléphone grave danger… Via le Grenelle des violences conjugales les mesures fortes contre les féminicides commencent à faire leurs preuves !

 

Clément Beaune (secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes)

- Vote au Sénat du texte approuvant le plan de relance européen. La France sera le 5ème pays à ratifier ce plan, essentiel pour l’Europe, urgent pour nos économies ! Merci à tous ceux qui ont soutenu ce combat commun, au-delà des sensibilités politiques.

- C’est pour les 350 000 travailleurs frontaliers français que nous n’avons pas fermé complètement les frontières. Mais nous avons pris des mesures strictes : un test PCR négatif est exigé avant chaque voyage intra-européen.

- Il faut agir en coordination européenne. On le fait de manière proportionnée, au fur et à mesure de l’épidémie. Je ne peux pas laisser dire qu’on a gardé les frontières ouvertes.

- On compare souvent la situation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Mais le Royaume-Uni prend énormément de risques, que nos autorités scientifiques ne recommandent pas. Nous avons décidé de prendre plus de précautions.

- Pourquoi on l’a fait à 27 ? Si les pays avaient produit une solution industrielle dans leur coin, la France et l'Allemagne auraient eu accès à des vaccins, mais pas tous les pays. Au sein de l'Europe, si on ne résout pas ensemble le problème de la pandémie, on réimporte le virus.

 

Nathalie Elimas (secrétaire d’Etat chargée de l’Education prioritaire)

- Face à la Covid19, notre responsabilité est de toujours plus protéger nos élèves et nos personnels. C’est pourquoi nous adaptons le protocole sanitaire dans les écoles à chaque fois que c’est nécessaire.

- Comme le montre le lancement de nouveaux dispositifs comme les Territoires éducatifs ruraux, nous renforçons sans cesse les moyens mis à la disposition de nos écoles rurales.

 

Sarah El Hairy (secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et de l’Engagement)

Je le dis à chaque jeune: pensez au Service civique. Il est mnt compatible avec votre agenda étudiant, indemnisé jusqu'à 690€. C'est 1mission qui fait se sentir utile, qui permet des rencontres, qui apporte de la nouveauté dans un quotidien qui peut être répétitif depuis 11mois.

 

Cédric O (secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques)

- Première réunion de travail avec l’Arcep. Généralisation de la fibre, qualité de service, 5G, transition environnementale... les chantiers sont nombreux, avec un objectif commun : permettre aux Français d'être connectés au réseau partout, tout le temps.

- Poursuite des échanges sur le déploiement de la 5G avec le comité de dialogue de l’anfr [Agence nationale des fréquences]. Mesures d'exposition aux ondes, rôle de l'innovation dans la transition écologique, service universel... de nombreux enjeux sur lesquels nous devons continuer à avancer ensemble.

 

Adrien Taquet (secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles)

[Message aux professionnels de la petite enfance]
Assistants maternels, personnels de crèche et de micro-crèche, auxiliaires parentaux : dans la tempête de l’année écoulée, vous avez su réinterroger vos métiers pour continuer d’accompagner nos tout-petits avec patience malgré l’inquiétude – pour eux, pour vous, pour vos proches, avec bienveillance malgré la fatigue accumulée des confinements et déconfinements. Je vous suis, nous vous sommes redevables, et je tiens en préambule à vous remercier et à vous assurer que je porte haut et à chaque occasion ce constat aussi évident qu’essentiel.
La crise sanitaire vous met à l’épreuve, mais dès avant son déclenchement vous faisiez connaître à juste titre votre souhait de voir les métiers de la petite enfance reconnus pour ce qu’ils sont : une responsabilité immense – prendre soin des jeunes enfants, un défi exaltant – leur présenter le monde, un de ces rares métiers sur lesquels une société tout entière se repose. Peut-être ne l’avons-nous pas assez, ou pas assez bien dit. Peut-être avons-nous voulu croire que cela allait sans dire. Peut-être, pris par les urgences, le quotidien, la technique, avons-nous trop longtemps oublié de le dire.
Je vous l’écris aujourd’hui : cette mandature, ce Gouvernement qui se sont donnés comme combat celui contre la lutte des inégalités de destin, voient en chacun des six cent mille professionnels de la petite enfance un acteur de l’égalité des chances dès le plus jeune âge. C’est pourquoi nous avons placé vos métiers, vos lieux d’exercice, vos précieuses compétences et expériences au cœur de notre action – à commencer par les mille premiers jours bien sûr, mais aussi la stratégie de prévention et de protection de l’enfance, la stratégie de soutien à la parentalité, la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté. Pas un chantier ouvert sans que nous ne vous y inscrivions.

En même temps que pour les enfants que vous accueillez et pour les parents que vous accompagnez, nous agissons pour vous, car agir pour les uns sans agir en même temps pour les autres n’est pas possible, tant se tiennent et se renforcent mutuellement les bien-être de chacun. L’année 2021 verra à cet égard plusieurs évolutions majeures.
Il s’agit d’abord de l’aboutissement de la réforme des règles applicables aux modes d’accueil du jeune enfant, après plus de deux ans de travail de préparation et de concertation en lien étroit avec vos représentants, dont je tiens à saluer à cette occasion l’esprit de sérieux, de pragmatisme et de coopération dont ils ont dans leur immense majorité su faire preuve. Des règles pour vous simplifier la vie au quotidien, et faire en sorte que vous puissiez consacrer la plus grande partie de votre temps aux missions qui vous ont conduits à rejoindre ces métiers ; des règles plus simples pour être mieux comprises, mieux acceptées, mieux appliquées – des règles avec un cap clair : celui de la qualité de l’accueil, telle que définie par la charte nationale de la qualité de l’accueil du jeune enfant établie en 2016.

C’est un texte d’équilibre entre toutes les sensibilités qui traversent le secteur – raison pour laquelle, comme dans tout compromis, chacun trouve des motifs de satisfaction et de regret : regret notamment qu’il n’aille pas assez vite, ou pas assez loin, dans un sens ou dans l’autre, et certains d’entre vous ont souhaité l’exprimer ce 2 février. Je le comprends. Mais rien n’aurait été plus insatisfaisant qu’un statu quo devenu de l’avis de tous intenable – règles imprécises, embrouillées, sans vision d’ensemble et semant la tension entre des acteurs qui tous pourtant partagent le seul objectif qui doit nous rassembler : faire aux enfants qui nous viennent le meilleur accueil dont nous sommes capables.
Il s’agit aussi de préserver vos emplois et de nous aider à relancer collectivement la création de solutions d’accueil pour les parents de jeunes enfants. La branche famille de la sécurité sociale a adopté un plan de soutien et de rebond sans précédent : 200 millions d’euros supplémentaires y seront consacrés d’ici la fin de la mandature, alliant soutien massif à l’investissement en 2021, rehaussement des aides au fonctionnement pérennes dans tous les territoires prioritaires, et expérimentation inédite d’un accompagnement technique au montage de projet, dans toutes ses dimensions, pour ceux des porteurs qui en ressentent le besoin. Je tiens à saluer cette décision forte et audacieuse et à en remercier la caisse nationale des allocations familiales.
Il s’agit enfin d’apporter des réponses aux questions laissées depuis trop longtemps en suspens concernant votre niveau de rémunération, la construction de passerelles entre diplômes et qualifications, et la possibilité d’accéder à des parcours de progression professionnelle attractifs. J’ai conscience que les « plans métiers » des dernières années vous ont parfois déçus. Je suis convaincu qu’ils péchaient moins par leur degré d’ambition, qu’ils ne se sont heurtés dans leur mise en œuvre, à une difficulté objective que vous connaissez bien : la dispersion des métiers de l’accueil du jeune enfant entre plusieurs instances professionnelles, qui rend redoutablement complexe la conduite de tout projet d’envergure à l’échelle du secteur.
C’est pour surmonter cet obstacle, en rassemblant autour d’une même table tous les employeurs et tous les employés, quels que soient leur contexte d‘exercice ou leur statut, que j’ai annoncé la création d’un comité de filière « Petite enfance ». La première étape consistera à recevoir dans les prochains jours tous les syndicats et toutes les associations qui vous représentent, pour recueillir leurs points de vue et attentes à l’égard du futur comité en termes de chantiers à ouvrir, de modalités de discussion interne, et de degré de formalisation. Sa constitution effective avant l’été constituera un progrès majeur vers un monde de l’accueil du jeune enfant unifié, enfin placé en capacité d’affronter par lui-même ses défis collectifs, enfin doté d’une instance de dialogue à sa mesure, propre à lui permettre de nourrir, de conforter et de traduire en actes l’identité professionnelle dont vous avez raison d’être fiers.
Je suis moi aussi fier du travail déjà accompli avec vous, confiant que nous saurons le poursuivre dans le même esprit de coopération et d’imagination, et impatient de vous retrouver pour dessiner ensemble l’avenir du secteur.

 

Gabriel Attal (porte-parole du gouvernement)

Nous constatons une stabilité du nombre de cas positifs mais la situation reste fragile. Ces chiffres n'indiquent ni accalmie. ni explosion. Il existe un chemin pour tenir ensemble. Le confinement n'est pas une fatalité.

 

► Partis politiques

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

 

Christophe Castaner (président du groupe à l’Assemblée nationale)

- Vivre dans un monde guéri du cancer : nous ferons tout pour que cela arrive. En renforçant la prévention, en amplifiant le dépistage, et en investissant 1,7Md€ sur 5 ans, pour la recherche notamment. Ensemble battons-nous !

- Une fois de plus, le Sénat n’a pas saisi l’opportunité de voter ce qui est pourtant une mesure d’égalité et de progrès. Avec les LaREM, nous voterons la PMA pour toutes dès son retour à l’Assemblée. Et j’en suis très fier !

- Pourquoi est-ce que Mélenchon est dans la caricature ? Parce que c’est une habitude chez lui. Mais non, nous ne faisons pas d’amalgames. Au contraire, ceux qui pratiquent l’islam en France le savent : notre ennemi commun, c’est l’islamisme.

- L'ampleur du phénomène #MeTooInceste montre qu'il est urgent d'agir. Allons vite et dépassons les clivages. Reprendre le texte qui est passé au Sénat nous ferait gagner du temps.

 

● UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)

- Je pense que le confinement sera inévitable. Plus il viendra tard, moins on perdra économiquement, on arrivera vers les beaux jours et on aura vacciné + de monde : cela dépendra de nos comportements individuels.

- Après nous avoir menti sur les masques, oui il y a un manque de transparence du gouvernement! Personne ne sait ce qu'il se passe au Conseil de Défense ! Nous n'avons aucune donnée sur les variants!

- Le projet de loi Principes républicains ne s'attaque pas à la racine. Nous souhaitons que les guerres de bandes ethniques deviennent un crime contre la République. Mais nous n'avons même pas le droit d'en débattre!

 

● Mouvement radical

Laurent Hénart (président)

- Il y a eu 2 défauts d'anticipation : 1/ sur les vaccins et la répartition des centres de vaccination. 2/ sur le dépistage et l'isolement.

- On pourrait faire mieux sur le dépistage de la covid19, notamment avec les tests salivaires.

- [Vaccins covid19] Il faut que les PME et TPE puissent rentrer dans le système. Il faudra nécessairement revoir les processus d'agrément pour plus de fluidité et d'adaptabilité.

- La confiance sur la vaccination s'est installée. Il ne faut pas enrayer cet engouement avec des polémiques.

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.