mercredi 7 mai 2008

Actualités-Etats-Unis

Présidentielle 2008

Barack Obama sur la voie de l’investiture démocrate


Avec une victoire confortable en Caroline du Nord et une courte défaite dans l'Indiana, Barack Obama s'est donné mardi un nouvel élan face à Hillary Rodham Clinton qui le met plus que jamais en position de devenir le premier candidat noir crédible à la Maison Blanche. Même si tout n'est pas joué. Selon un décompte établi par l'Associated Press, le sénateur de l'Illinois demeure largement en tête en termes de délégués avec 1840,5 délégués contre 1.684 pour Mme Clinton. Il en faut 2.025 pour s'assurer l'investiture lors de la convention de Denver en août prochain.

Au total, 187 délégués étaient en jeu mardi dans les deux primaires de l'Indiana et de la Caroline du Nord. Dans ces deux Etats, Obama obtenait 94 délégués contre au moins 75 à Clinton alors qu'il en restait 18 à attribuer dont 16 en Caroline du Nord et seulement deux en Indiana. Après sa défaite en Caroline du Nord et une victoire étriquée dans l'Indiana, Hillary Clinton voit fondre ses chances de réduire l'écart qui la sépare de son rival. Mais la sénatrice de New York a d'ores et déjà exprimé son intention d'aller jusqu'au bout. En passe de remporter la primaire de l'Indiana, qui prenait de fait des allures d'ultimatum pour la sénatrice de New York, Mme Clinton s'est adressée à ses partisans réunis à Indianapolis: "Grâce à vous, c'est cap sur la Maison Blanche à toute allure", s'est-elle exclamée, réaffirmant sa détermination à lutter jusqu'au bout dans une campagne qui dure depuis plus de 15 mois et s'est déjà déployée dans la quasi totalité des 50 Etats américains.

Son rival qui s'exprimait à Raleigh en Caroline du Nord, s'est exclamé: "Ce soir, nous sommes à moins de 200 délégués de l'investiture pour l'élection présidentielle des Etats-Unis". Il a qualifié sa victoire en Caroline du Nord de victoire contre la "politique de division et la politique de distraction". Le sénateur de l'Illinois a affirmé à ses partisans qu'il était capable de dépasser la politique politicienne qui consiste à marquer des points plutôt qu'à résoudre les problèmes. Ce que veulent les Américains, a-t-il dit, "ce ne sont plus des pirouettes, mais des réponses honnêtes". Il a ajouté qu'Hillary Clinton avait gagné dans l'Indiana. Plusieurs milliers de bulletins restaient toutefois à comptabiliser dans des comtés clés. Barack Obama, sénateur de 46 ans inexpérimenté mais au verbe lyrique, a surpris le monde politique américain en gagnant 11 primaires d'affilée en février. Il est alors apparu en mesure de battre Hillary Clinton, donnée au départ comme la probable future candidate du parti démocrate à l'élection présidentielle de novembre. Mais l'ancienne première dame, un moment au bord de l'élimination a su rebondir en remportant des primaires cruciales en mars et en avril. Les difficultés rencontrées par Obama pour consolider définitivement son avance avaient fini par instiller le doute sur sa capacité à séduire l'électorat ouvrier blanc sans lequel le parti démocrate ne peut espérer ravir la Maison Blanche.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire